Proverbes 3:1-20

Proverbes 3:1-20

La sagesse apporte beaucoup de bienfaits

3 Mon fils, n'oublie pas mon enseignement et que ton cœur garde1 mes commandements.
1 ou : observe ; ici et en 3:21 et 4:13.

2 Car ils t'ajouteront un prolongement de jours, et des années de vie, et la paix.

3 Que la bonté et la vérité ne t'abandonnent pas ; attache-les à ton cou, écris-les sur la tablette de ton cœur,

4 et tu trouveras la faveur et la bonne sagesse aux yeux de Dieu et des hommes.

5 De tout ton cœur, mets ta confiance en l'Éternel et ne t'appuie pas sur ton intelligence ;

6 dans toutes tes voies connais-le et il aplanira tes sentiers1.
1 ou : il rendra tes sentiers droits.

7 Ne sois pas sage à tes propres yeux ; crains l'Éternel et détourne-toi du mal ;

8 ce sera la santé pour ton nombril et un rafraîchissement pour tes os.

9 Honore l'Éternel de tes biens et des prémices de tout ton revenu ;

10 et tes greniers se rempliront d'abondance et tes cuves déborderont de vin nouveau.

11 Mon fils, ne méprise pas l'instruction1 de l'Éternel et n'aie pas en aversion sa réprimande.
1 ailleurs aussi : la correction.

12 Car l'Éternel discipline celui qu'il aime, comme un père le fils auquel il prend plaisir.

13 Bienheureux l'homme qui trouve la sagesse et l'homme qui obtient l'intelligence !

14 Car son acquisition est meilleure que l'acquisition de l'argent et son revenu [est meilleur] que l'or fin.

15 Elle est plus précieuse que les perles1 et aucune des choses auxquelles tu prends plaisir ne l'égale.
1 ou : corail ; ou : rubis.

16 [Une] longueur de jours est dans sa [main] droite, [et] la richesse et l'honneur [se trouvent] dans sa [main] gauche.

17 Ses voies sont des voies agréables et tous ses sentiers sont [des sentiers de] paix.

18 Elle est un arbre de vie pour ceux qui la saisissent et celui qui la tient ferme est rendu bienheureux.

19 L'Éternel a fondé la terre par la sagesse, il a établi les cieux par l'intelligence.

20 Par sa connaissance, les abîmes se fendirent1, et des nuages perle la rosée.
1 ou : se frayèrent un passage.

Elles sont pour toi, jeune ami croyant, ces paroles pleines d'amour de ton Père céleste: «Mon fils, n'oublie pas...». Cette expression «mon fils» est répétée quatorze fois dans les ch. 1 à 7. L'apôtre, citant aux Hébreux les versets 11 et 12, sera obligé de leur dire: «Vous avez oublié l'exhortation qui s'adresse à vous comme à des fils». Pesons donc bien les avertissements de ces chapitres, en nous rappelant qui nous les adresse (Hébreux 12:5, 25 hb 12.4-29).

La bonté et la vérité sont inséparables. Elles correspondent à la nature de ce Dieu d'amour et de lumière dont nous sommes les enfants. Serrons-les dans notre cœur (verset 3).

Ainsi que nous l'a montré le chapitre 2, il y a une intelligence à rechercher par la prière; celle par laquelle le Saint Esprit nous fait entrer dans les pensées de Dieu. Bienheureux celui qui l'obtient (verset 13). En revanche, il en est une autre dont il faut que je me méfie: ma propre intelligence (verset 5). Je ne puis en même temps m'appuyer sur elle et me confier en Dieu de tout mon cœur, suivre à la fois mes raisonnements... et les directions d'en haut. «Ne soyez pas sages à vos propres yeux», recommande Romains 12:16 rm 12.9-21 reprenant notre v. 7.

Les bénédictions promises ici au disciple de la Sagesse sont des bénédictions terrestres. À plus forte raison le chrétien devrait-il réaliser ces exhortations, puisque son appel est céleste.