Job 38:19-38

Job 38:19-38

19 « Où est le chemin vers le séjour de la lumière et où les ténèbres ont-elles leur emplacement,

20 pour que tu les prennes à leur limite et que tu connaisses les sentiers de leur maison ?

21 Tu le sais, car tu étais déjà né et le nombre de tes jours est grand !

22 « Es-tu allé aux réserves de neige, et as-tu vu les réserves de grêle,

23 que j'ai mises de côté pour le temps de la détresse, pour le jour du combat et de la guerre ?

24 « Par quel chemin est distribuée la lumière et le vent d'est se répand-il sur la terre ?

25 Qui a ouvert des canaux aux pluies torrentielles et un chemin à l'éclair du tonnerre,

26 pour faire pleuvoir sur une terre où il n'y a personne, sur le désert où il n'y a aucun homme ;

27 pour rassasier les lieux dévastés et déserts, et pour faire germer l'herbe qui poussera ?

28 « La pluie a-t-elle un père ? Ou qui fait naître les gouttes de la rosée ?

29 Du ventre de qui sort la glace ? Et le givre des cieux, qui [lui] donne naissance ?

30 Comme la pierre, les eaux se figent et la surface de l'abîme se prend.

31 « Peux-tu serrer les liens des Pléiades ou détacher les cordes d'Orion ?

32 Fais-tu sortir les constellations du zodiaque en leurs saisons et conduis-tu la Grande Ourse avec ses petits1 ?
1 littéralement : fils.

33 Connais-tu les lois des cieux ou établis-tu leur pouvoir sur la terre ?

34 « Peux-tu élever ta voix vers les nuages afin que des torrents d'eau te couvrent ?

35 As-tu envoyé les éclairs afin qu'ils soient allés et t'aient dit : "Nous voici" ?

36 Qui a mis la sagesse dans les pensées les plus profondes ou qui donna l'intelligence à l'esprit ?1
1 plusieurs manuscrits portent : Qui a mis la sagesse dans l'ibis ou qui donna l'intelligence au coq ?

37 Qui a compté les nuages avec [sa] sagesse ? Et qui incline les outres des cieux,

38 quand la poussière coule comme du métal en fusion et que les mottes se collent entre elles ?

La création est le premier témoignage que Dieu rende de lui-même, et tout homme sans exception est responsable de discerner par le moyen de l'intelligence «ce qui ne peut pas se voir de lui, savoir et sa puissance éternelle et sa divinité». Contempler les «choses qui sont faites , sans reconnaître et honorer Celui qui les a faites rend les hommes inexcusables (Rom. 1:19, 20 rm 1.18-23).

Dieu nous invite avec Job à admirer son bel univers. Et de toutes les merveilles de la création, qui peut parler avec plus de compétence que son Auteur lui-même? Or celui qui a créé la lumière, qui a «serré les liens des Pléiades» et établi «les lois des cieux», est aussi celui qui condescend à s'occuper d'une seule âme: ici celle de Job; mais également la mienne et la vôtre! Comme l'exprime un cantique:

Le pécheur misérable
À plus de prix à ses yeux,
Que le cortège innombrable,
Des étoiles dans les cieux.

De tout temps les hommes se sont attachés à scruter les cieux. Certains y consacrent leur existence. N'est-il pas plus important de consacrer la nôtre à sonder les Écritures? (Jean 5:39 j 5.31-40). Car si «les cieux racontent la gloire de Dieu» (Ps. 19:2 ps 19.1-7), la Parole, elle, rend témoignage à sa grâce.