Job 38:1-18

Job 38:1-18

Première réponse de l'Éternel à Job (1)
Le Créateur soutient le monde inanimé

38 Et l'Éternel répondit à Job du milieu de la tornade et il dit :

2 « Qui est celui-ci qui obscurcit les desseins1 par des discours sans connaissance ?
1 c.-à-d. : les desseins de Dieu.

3 Mets donc une ceinture à tes reins, comme un homme ! Alors je t'interrogerai et tu m'instruiras.

4 « Où étais-tu quand j'ai fondé la terre ? Déclare[-le-moi] si tu as de l'intelligence !

5 Qui lui a établi sa mesure si tu le sais ? Ou qui a étendu le cordeau sur elle ?

6 Sur quoi ses bases sont-elles posées1 ? Ou qui a placé sa pierre angulaire,
1 proprement : plongées.

7 quand les étoiles du matin chantaient ensemble et que tous les fils de Dieu éclataient de joie ?

8 « Et qui a enfermé la mer avec des portes quand elle s'élança et sortit du ventre maternel1,
1 littéralement : utérus.

9 quand je fis de la nuée son vêtement et de l'obscurité ses langes ;

10 quand je lui fixai mes limites et lui mis des barres et des portes,

11 et quand j'ai dit : "Tu viendras jusqu'ici mais tu n'iras pas plus loin, et ici s'arrêtera l'orgueil de tes vagues" ?

12 « As-tu, depuis que tu vis1, donné des ordres au matin ? As-tu montré à l'aube du jour sa place,
1 littéralement : depuis tes jours.

13 pour qu'elle saisisse les bords de la terre et que les méchants en soient secoués ?

14 Elle1 se transforme comme l'argile sous le sceau2 et [toutes choses] se présentent comme parées d'un vêtement.
1 c.-à-d. : la terre. 2 littéralement : d'un sceau.

15 Et les méchants sont privés de leur lumière1 et le bras levé est brisé.
1 les ténèbres de la nuit sont la lumière des méchants.

16 « Es-tu allé aux sources de la mer et as-tu marché dans les profondeurs de l'abîme ?

17 Les portes de la mort ont-elles été mises à découvert pour toi ? Et as-tu vu les portes de l'ombre de la mort ?

18 As-tu considéré les vastes espaces de la terre ? Dis-le si tu sais tout cela.

«Que le Tout-puissant me réponde», s'était écrié Job (ch. 31 v. 35 jb 31.35-37; comp. ce que lui avait dit Éliphaz au ch. 5 v. 1 jb 5.1). Eh bien, ce Dieu qu'il croyait sourd et inaccessible exauce son désir, mais non pas comme Job l'aurait pensé! Car au lieu de répondre à ses questions, l'Éternel va à son tour lui en poser toute une série. Nous voyons souvent le Seigneur Jésus faire de même avec ses interlocuteurs (par ex.: Luc 10:25, 26 lc 10.25-28; ch. 20 v. 2 à 4 et 21 à 24 jb 20.1-26).

À cause de la haute opinion qu'il avait de lui-même (ch. 31 v. 37 jb 31.35-37), Job avait besoin d'être humilié; et c'est ce que Dieu va produire par ses questions: lui faire mesurer sa petitesse et sa profonde ignorance. La science d'observation, quand elle est objective, conduit à ce résultat, c'est pourquoi les plus grands savants sont souvent les plus modestes.

«Quand l'homme écoute, Dieu parle...» a dit quelqu'un. Et Dieu est patient; il a laissé à Job et à ses amis tout le temps d'exprimer leurs idées fausses; il a ensuite chargé Élihu de les réfuter. Enfin le silence s'est fait, Dieu peut parler, et il aura évidemment le dernier mot. Sachons, nous aussi, nous taire quelquefois, imposer silence à nos esprits agités, pour que Dieu puisse nous faire entendre sa voix.