Job 37:5-24

Job 37:5-24

5 °Dieu tonne merveilleusement de sa voix, faisant de grandes choses que nous ne comprenons pas.

6 Car il dit à la neige : "Tombe sur la terre !" [Il le dit] aussi à l'averse et à ses plus fortes averses1.
1 littéralement : à l'averse de pluie et à l'averse des pluies de sa force.

7 Il met un sceau sur la main de tout homme, afin que tous les hommes qu'il a faits le connaissent1.
1 ou : que tous les hommes connaissent son œuvre.

8 Les bêtes sauvages rentrent dans leurs tanières et se tiennent dans leurs repaires.

9 Des Chambres [du sud] vient la tempête et des vents du nord [vient] le froid.

10 Au souffle de °Dieu se forme la glace et la largeur des eaux se resserre.

11 Il charge aussi le nuage d'eau, sa lumière dissipe les nuées.

12 Et sous sa conduite elles tournoient en tous sens, pour accomplir tout ce qu'il leur commande à la surface du monde terrestre.

13 Il les fait venir soit comme fléau1, soit pour sa terre, soit en bonté.
1 littéralement : bâton.

14 « Écoute ceci, Job, tiens-toi là et discerne les œuvres merveilleuses de °Dieu !

15 Sais-tu comment °°Dieu les a disposées et comment il fait briller l'éclair1 de sa nuée ?
1 littéralement : la lumière.

16 Comprends-tu le balancement des nuages, les œuvres merveilleuses de celui qui est parfait en connaissance ?

17 Pourquoi tes vêtements sont-ils chauds quand la terre est tranquille par le vent du sud ?

18 As-tu étendu avec lui la voûte céleste, aussi solide qu'un miroir en métal fondu ?

19 « Fais-nous savoir ce que nous lui dirons ! Nous ne savons pas préparer [des paroles], à cause de [nos] ténèbres.

20 Faut-il l'avertir quand je veux parler ? Si quelqu'un lui parle, il sera sûrement englouti.

21 Et maintenant, on ne voit pas la lumière brillante, elle est [obscurcie] par les nuages ; mais le vent passe [et les chasse] et produit un ciel clair1.
1 littéralement : et les purifie ; c.-à-d. : rend le ciel pur ; le mot traduit ici par « nuages » est employé pour le ciel, la voûte céleste (verset 18).

22 L'or1 vient du nord ; °°Dieu s'entoure d'une majesté terrible.
1 selon d'autres : La lueur d'or.

23 Le Tout-Puissant, nous ne le trouvons pas. Grand en force, et en jugement1, et en parfaite justice, il n'opprime pas2.
1 ailleurs : droit. 2 ou : il ne répond pas.

24 C'est pourquoi les hommes le craindront. Il ne porte ses regards sur aucun des sages de cœur1. »
1 ou : Aucun des sages de cœur ne le verra.

Pour dépeindre l'état d'âme du patriarche et les voies de Dieu envers lui, Élihu prend ses exemples dans le ciel par un jour d'orage (voir déjà ch. 36 v. 27 à 29, 32, 33 jb 36.26-33; ch. 37 v. 2... jb 37.2-6). Les sombres nuages illustrent les deuils et les épreuves qui, pour un moment, avaient caché à Job la lumière de la face de Dieu. Il est difficile au cœur naturel d'en comprendre le mystérieux balancement (v. 16). Mais Job doit savoir une chose: ces nuages sont chargés par Dieu d'une eau de bénédiction pour lui (v. 11 et ch. 26 v. 8 jb 26.5-9). Car la pluie peut tomber de plusieurs manières: en bonté, pour la terre (Ps. 65. 11 ps 65.10-12), ou au contraire comme jugement, comme fléau (v. 13; comp. Ps. 148:7, 8 ps 148.7-8). Elle descend en gouttes abondantes et bienfaisantes (ch. 36 v. 27, 28 jb 36.26-33), sous forme d'averses fertilisantes (v. 6) ou au contraire en flots torrentiels — les pluies de sa force — qui ravagent le sol sans y pénétrer. Dans ce dernier cas, il s'agit d'un jugement, sans effet sur l'âme. Mais telle n'est pas la pensée de Dieu envers son serviteur Job. Il veut le bénir, il le corrige avec mesure (Jér. 10:24 jr 10.23-24) et lui fera dire avec le cantique:

Si quelquefois un nuage,
Vient me dérober ta beauté,
Ami divin, après l'orage,
Comme avant, brille ta clarté.
(comp. v. 21).