Job 33:1-22

Job 33:1-22

Premier discours d'Élihu
Comment Dieu agit en grâce envers l'homme

33 « Mais maintenant, Job, écoute, je te prie, ce que je dis et prête l'oreille à toutes mes paroles.

2 Alors voici, j'ai ouvert ma bouche, ma langue parle dans mon palais.

3 Mes paroles seront selon la droiture de mon cœur et ce que je sais, mes lèvres le diront avec pureté.

4 L'Esprit de °Dieu m'a fait et le souffle du Tout-Puissant m'a donné la vie.

5 Si tu le peux, réponds-moi, arrange [des paroles] devant moi, tiens-toi là !

6 Voici, je suis comme toi devant °Dieu1, je suis tiré2 de l'argile, moi aussi.
1 selon d'autres : je suis de Dieu (ou : pour Dieu) selon ce que tu as dit. 2 littéralement : pris à partir.

7 Voici, ma terreur ne te troublera pas et mon autorité1 ne pèsera pas lourdement sur toi.
1 littéralement : poids, charge.

8 « Certainement tu as parlé à mes oreilles et j'ai entendu la voix de [tes] discours :

9 "Moi, je suis net, sans transgression ; je suis pur et il n'y a pas d'iniquité en moi.

10 Voici, Dieu1 trouve des occasions d'hostilité contre moi, il me considère comme son ennemi.
1 littéralement : il.

11 Il a mis mes pieds dans des entraves, il observe toutes mes voies."

12 « Voici, je te répondrai qu'en cela tu n'as pas été juste, car °°Dieu est plus grand que l'homme.

13 Pourquoi entres-tu en contestation avec lui ? Car d'aucune de ses actions il ne rend compte.

14 Mais °Dieu parle une fois et deux fois — [et] l'on n'y prend pas garde —

15 dans un rêve, dans une vision de la nuit, quand un profond sommeil tombe sur les hommes, quand ils dorment sur leurs lits.

16 Alors il ouvre l'oreille des hommes et scelle l'instruction qu'il leur donne1,
1 littéralement : leur instruction.

17 pour détourner l'homme de ce qu'il fait. Et il évite l'orgueil à1 l'homme fort,
1 littéralement : il couvre l'orgueil loin de.

18 il préserve son âme de la fosse et sa vie de se jeter sur l'épée.

19 Par la douleur aussi, il est corrigé sur son lit et la lutte de ses os est continuelle.

20 Et sa vie prend en dégoût le pain et son âme l'aliment qu'il aimait.

21 Sa chair dépérit et ne se voit plus, et ses os qu'on ne voyait pas sont mis à nu.

22 Et son âme s'approche de la fosse, et sa vie de ceux qui font mourir.

À deux reprises déjà Job a réclamé l'intervention d'un arbitre (ou d'un médiateur: ch. 9 v. 33 jb 9.30-35 et ch. 16 v. 21 jb 16.20-22). Désir qui est exaucé! Élihu va être pour lui l'interprète des pensées de Dieu. Ce rôle, Job l'avait compris, ne pouvait être rempli que par un homme comme lui (ch. 9. 32 jb 9.30-35). «Voici je suis comme toi quant à Dieu, je suis fait d'argile, moi aussi» — répond Élihu (v. 6).

L'Écriture nous apprend qu'il y a «un seul médiateur entre Dieu et les hommes, l'homme Christ Jésus...» (1 Tim. 2:5 1tm 2.1-8). Profond mystère de l'humanité du Seigneur, sans laquelle il n'aurait pas pu davantage se faire le porte-parole de l'homme devant Dieu!

«Dieu parle une fois, et deux fois...» (v. 14). Après avoir parlé par des prophètes, Dieu a parlé dans le Fils. Quelle attention le monde aurait-il dû porter à ce langage! (Hébr. 1:1, 2 hb 1.1-3; 2:1 hb 2.1-4). Pourtant notre v. 14 continue ainsi: ... «et l'on n'y prend pas garde». Si grande est l'indifférence et la dureté du cœur humain! C'est pourquoi la même épître avertit solennellement: «Prenez garde que vous ne refusiez pas... celui qui parle ainsi des cieux» (Hébr. 12:25 hb 12.25-26). Par une brève sentence, Élihu met de côté tous les raisonnements: «Dieu est plus grand que l'homme» (v. 12). Et il n'a pas de comptes à rendre à ce dernier (v. 13).