Job 23:1-17; 24:1-25

Job 23:1-17; 24:1-25

Troisième réponse de Job à Éliphaz (1)
Job se plaint que Dieu lui est caché – Il affirme de nouveau son innocence et est terrifié.

23 Et Job prit la parole et dit :

2 « Encore aujourd'hui ma plainte est amère, ma1 main étouffe2 mon gémissement !
1 selon d'autres : sa. 2 littéralement : pèse sur.

3 Oh ! si je savais le trouver et parvenir1 là où il est assis !
1 ou : je viendrais.

4 J'exposerais [ma] juste cause devant lui et je remplirais ma bouche d'arguments.

5 Je connaîtrai les paroles qu'il me répondrait et je comprendrais ce qu'il me dirait.

6 M'accuserait-il dans la grandeur de sa force ? Non, mais il ferait attention à moi.

7 Là, un homme droit raisonnerait avec lui et je serais délivré pour toujours de mon juge.

8 Voici, je vais en avant1, mais il n'y est pas ; et en arrière2, mais je ne l'aperçois pas ;
1 ou : vers l'est. 2 ou : vers l'ouest.

9 à gauche1, quand il y opère, mais je ne le discerne pas ; il se cache à droite2 et je ne le vois pas.
1 ou : vers le nord. 2 ou : vers le sud.

10 Mais il connaît la voie que je suis. Il m'éprouve, je sortirai comme de l'or.

11 « Mon pied s'attache à ses pas ; j'ai gardé sa voie et je n'en ai pas dévié.

12 Je ne me suis pas détourné du commandement de ses lèvres ; j'ai serré [par-devers moi] les paroles de sa bouche plus que le propos de mon propre cœur1.
1 ou : plus que ce qui m'était donné pour ma propre portion.

13 Mais lui, il a une [pensée] et qui l'en fera revenir ? Ce que son âme désire, il le fait.

14 Car il achèvera ce qui est déterminé pour moi et bien des choses semblables sont avec lui.

15 C'est pourquoi je suis terrifié devant sa face ; je réfléchis et je suis effrayé devant lui.

16 Et °Dieu a fait fondre mon cœur et le Tout-Puissant m'a frappé de terreur,

17 parce que je n'ai pas été anéanti devant les ténèbres et qu'il ne m'a pas caché l'obscurité.

Troisième réponse de Job à Éliphaz (2)
Job dit que les jugements de Dieu sont incompréhensibles et que très souvent les méchants prospèrent

24 « Pourquoi des temps ne sont-ils pas réservés1 par devers le Tout-Puissant, et pourquoi ceux qui le connaissent ne voient-ils pas ses jours2 ?
1 c.-à-d. : réservés pour le jugement. 2 c.-à-d. : les jours de son intervention.

2 Ils déplacent les bornes, ils s'emparent d'un troupeau et le font paître.

3 Ils emmènent l'âne des orphelins et prennent en gage le bœuf de la veuve.

4 Ils détournent du chemin les pauvres. Les malheureux1 de la terre se cachent ensemble.
1 ailleurs souvent : affligés.

5 Voici, [comme des] ânes sauvages dans le désert, ils sortent pour leur travail dès le matin, à la recherche de leur nourriture ; la steppe leur [fournit] du pain pour les enfants.

6 Ils moissonnent le1 fourrage dans les champs, ils grappillent la vigne du méchant.
1 littéralement : leur ; celui des champs.

7 Ils passent la nuit tout nus, sans vêtement et n'ont pas de couverture contre le froid.

8 Ils sont trempés par les averses des montagnes et, sans refuge, ils se serrent contre le rocher.

9 Ils s'emparent de l'orphelin par la violence et ils prennent des gages1 [de la main] des pauvres.
1 selon quelques-uns : et ils prennent en gage ce qui est sur les pauvres ; voir Exode 22:25-26.

10 Ceux-là vont tout nus, sans vêtement et, affamés, ils portent la gerbe.

11 Entre leurs murs1 ils font de l'huile, ils foulent au pressoir et ont soif.
1 c.-à-d. : ceux des autres.

12 Des hommes gémissent hors de la ville, et l'âme des blessés à mort crie au secours, et °°Dieu ne prête pas attention à ces choses indignes1.
1 selon quelques-uns : à la prière.

13 « D'autres sont ennemis de la lumière, ils ne connaissent pas ses voies et ne restent pas dans ses sentiers.

14 Le meurtrier se lève avec la lumière, il tue le malheureux et le pauvre, et la nuit il est comme le voleur.

15 L'œil de celui qui commet l'adultère guette le crépuscule, en disant : Aucun œil ne m'apercevra — et il met un voile sur son visage.

16 Dans les ténèbres ils forcent les maisons, pendant le jour ils s'enferment ; ils ne connaissent pas la lumière.

17 Car le matin est pour eux tous l'ombre de la mort, parce qu'ils connaissent les terreurs de l'ombre de la mort.

18 « Ils sont rapides sur la surface des eaux1, leur part est maudite sur la terre. Ils ne prennent pas le chemin des vignes.
1 c.-à-d. : emportés comme l'est par les vagues un objet qui surnage.

19 [Comme] la sécheresse et la chaleur emportent l'eau de la neige, ainsi fait le Shéol1 à ceux qui ont péché.
1 Shéol : expression très vague pour désigner le séjour des âmes séparées du corps.

20 Le ventre maternel1 les oublie, les vers se nourrissent d'eux avec délice. On ne se souvient plus d'eux, et l'iniquité sera brisée comme un arbre.
1 littéralement : l'utérus.

21 Ils maltraitent la femme stérile qui ne donne pas naissance et ils ne font pas de bien à la veuve.

22 Mais par sa force Dieu1 emporte les puissants ; il se dresse2 et on n'est plus sûr de sa vie.
1 littéralement : il. 2 littéralement : il se lève.

23 Il leur donne la sécurité et ils s'appuient sur elle. Mais il a les yeux sur leurs voies.

24 Ils se sont élevés un peu [de temps], mais ils ne sont plus ; ils s'effondrent et sont recueillis comme tous [les autres] ; ils sont coupés comme la tête d'un épi.

25 Et s'il n'en est pas ainsi, qui me déclarera menteur et réduira mon discours à néant ? »

Job en est déjà à son huitième discours, et le fossé se creuse toujours plus entre lui et ses compagnons. Ces derniers, comme beaucoup de personnes aujourd'hui, voient en Dieu un Créateur souverain, trop grand pour condescendre à s'occuper en détail de leurs circonstances et pour tenir compte de leurs sentiments (voir ch. 22 v. 2, 3, 12 jb 22.1-14). Job a davantage de connaissance. Il sait que Dieu s'intéresse à lui — plus même qu'il ne voudrait (ch. 7 v. 19 jb 7.17-21) — mais il le croit inaccessible. «Oh! si je savais le trouver», s'écrie-t-il. Chacun de nous sait-il où trouver Dieu? Il s'est approché de nous en Jésus, de sorte que nous pouvons à notre tour nous approcher librement de lui par la prière et avoir accès là où Christ est assis, à la droite de Dieu (ch. 23 v. 3; Hébr. 4:16 hb 4.14-16).

Le v. 10 du ch. 23 rappelle le but de l'épreuve: «j'en sortirai comme de l'or», affirme Job. Bien qu'il lui manque encore le sentiment de la grâce qui opère pour son bien, notre patriarche est d'accord avec l'apôtre Pierre. Vous êtes — écrit celui-ci — affligés pour un peu de temps, si cela est nécessaire, «afin que l'épreuve de votre foi, bien plus précieuse que celle de l'or qui périt... soit trouvée tourner à louange, et à gloire, et à honneur, dans la révélation de Jésus Christ» (1 Pier. 1:7, 8 1p 1.3-9).