Job 12:1-25; 13:1-13

Job 12:1-25; 13:1-13

Première réponse de Job à Tsophar (1)
Job réfute les arguments de ses amis

12 Et Job prit la parole et dit :

2 « Vraiment vous êtes les [seuls] hommes1 et la sagesse mourra avec vous !
1 littéralement : le peuple.

3 Moi aussi, j'ai du sens1 comme vous, je ne vous suis pas inférieur. Et qui ne saurait pas des choses comme celles-là ?
1 littéralement : un cœur.

4 Je suis un objet de moquerie pour mes amis. Il crie vers °°Dieu et il lui répondra ; le juste, l'homme intègre est un objet de moquerie !

5 Celui qui est prêt à trébucher de ses pieds est une lampe méprisée pour les pensées de celui qui est à son aise1.
1 selon d'autres : Au malheur le mépris ! Selon les pensées de celui qui est à son aise, [le mépris] est prêt pour celui dont le pied trébuche.

6 « Les tentes des dévastateurs prospèrent et la confiance est pour ceux qui provoquent °Dieu, pour celui qui met °°Dieu dans sa main1.
1 voir Habakuk 1:11.

7 Mais interroge, je te prie, les bêtes et elles t'enseigneront, et les oiseaux des cieux et ils te l'annonceront.

8 Ou médite au sujet de la terre et elle t'enseignera, et les poissons de la mer te [le] raconteront.

9 Qui parmi eux tous ne sait pas que la main de l'Éternel a fait cela,

10 lui, dans la main duquel est l'âme de tout être vivant et l'esprit de toute chair d'homme ?

11 L'oreille n'examine-t-elle pas les discours comme le palais goûte les aliments ?

12 Chez les hommes âgés [se trouve] la sagesse et dans beaucoup de jours [se trouve] l'intelligence.

13 Avec lui est la sagesse et la force, à lui sont le conseil et l'intelligence.

14 Voici, il démolit et on ne reconstruit pas ; il enferme un homme et il ne sera pas libéré1.
1 littéralement : ouvert.

15 Voici, il retient les eaux et elles tarissent ; puis il les laisse aller et elles bouleversent la terre.

16 Avec lui est la force et la parfaite connaissance. À lui sont celui qui s'égare et celui qui égare [les autres].

17 Il emmène comme prisonniers1 les conseillers et il rend fous les juges.
1 littéralement : Il fait aller pieds nus.

18 Il desserre l'autorité des rois1 ; il attache une ceinture à leurs reins.
1 littéralement : Il fait ouvrir la discipline des rois.

19 Il emmène comme prisonniers1 les sacrificateurs2 et il renverse les autorités les plus stables.
1 littéralement : Il fait aller pieds nus. 2 ou : prêtres.

20 Il ôte la parole1 à ceux dont la parole est sûre2 et il enlève le discernement aux anciens.
1 littéralement : la lèvre. 2 selon d'autres : facile.

21 Il verse le mépris sur les notables et il relâche la ceinture des [hommes] forts.

22 Il révèle du milieu des ténèbres les choses profondes et il fait sortir à la lumière l'ombre de la mort.

23 Il agrandit les nations et les détruit ; il étend [au loin] les nations et il les ramène [dans leurs limites].

24 Il ôte le sens aux chefs des peuples de la terre et il les fait errer dans un désert où il n'y a pas de chemin.

25 Ils tâtonnent dans les ténèbres où il n'y a pas de lumière et il les fait errer comme un homme ivre.

13 « Voici, tout cela, mon œil l'a vu, mon oreille l'a entendu et l'a compris.

2 Ce que vous savez, je le sais moi aussi, je ne vous suis pas inférieur.

Première réponse de Job à Tsophar (2)
Job veut s'adresser à Dieu seul

3 « Mais moi, je parlerai au Tout-Puissant et je veux défendre ma cause devant °Dieu.

4 Mais vous, vous étalez des mensonges, vous êtes, vous tous, des médecins de néant !

5 Oh ! si seulement vous restiez dans le silence ! Alors ce serait votre sagesse.

6 « Écoutez, je vous prie, ma défense et prêtez attention aux arguments de mes lèvres !

7 Est-ce pour °Dieu que vous direz des choses injustes, et pour lui, que vous direz ce qui est faux ?

8 Prendrez-vous son parti ?1 Défendrez-vous la cause de °Dieu ?
1 littéralement : Relèverez-vous sa face ?

9 Vous est-il agréable qu'il vous sonde ? Ou bien, le tromperez-vous comme on trompe un homme ?

10 Certainement, il vous fera des reproches si en secret vous faites du favoritisme1.
1 littéralement : vous relevez la face.

11 Sa majesté ne vous épouvantera-t-elle pas ? Et sa frayeur ne tombera-t-elle pas sur vous ?

12 Vos paroles mémorables sont des proverbes de cendre, vos remparts sont des remparts d'argile.

13 « Gardez le silence, laissez-moi et moi, je parlerai, quoi qu'il m'arrive.

Les lieux communs que Tsophar vient d'énoncer comme si Job lui était inférieur en connaissance n'ont fait qu'humilier et vexer celui-ci. Non seulement il n'a pas été l'objet de la miséricorde qu'il était en droit d'attendre de la part de ses amis (ch. 6 v. 14 jb 6.14), mais il constate qu'il est devenu leur risée! (ch. 12 v. 4: voir aussi ch. 17 v. 2 jb 17.1-2; 21 v. 3 jb 21.1-6; 30 v. 1 jb 30.1; Ps. 35:15 ps 35.15-16). Comment ne pas évoquer les hochements de tête de ceux qui passaient devant le «Juste parfait» crucifié, en se moquant: «Il s'est confié en Dieu; qu'il le délivre maintenant, s'il tient à lui» (Matth. 27. 43 mt 27.41-43)? En d'autres termes: Si Dieu ne le délivre pas, c'est bien la preuve qu'il a mérité sa colère. (En somme, c'est ainsi que raisonnent les amis de Job à son sujet.) «Nous l'avons estimé battu, frappé de Dieu et affligé» — dira le peuple juif repentant quand il reviendra à Jésus son Sauveur (És. 53:4 es 53.4-5). Oui, Christ, précisément parce qu'il était le juste parfait, a connu et ressenti plus que personne l'amertume des accusations injustes. Mais sa confiance en son Dieu et son entière soumission n'ont pas été ébranlées (Ps. 56:6, 7, 12 ps 56.6-12).

Quel contraste avec Job qui n'a pu supporter ni la moquerie ni les accusations mensongères et qui pendant trois chapitres (12 à 14) va se faire l'avocat de «sa juste cause» (ch. 13 v. 18 jb 13.17-19).