Job 5:1-27

Job 5:1-27

5 « Crie, je te prie ! Y a-t-il quelqu'un pour te répondre ? Et vers lequel des saints te tourneras-tu ?

2 Car la contrariété fait mourir le sot et la jalousie1 tue le simple.
1 ou : la colère.

3 Moi, j'ai vu le sot prendre racine et soudain j'ai maudit son habitation.

4 Ses fils s'éloignent du salut1, et ils sont écrasés à la porte [de la ville], et il n'y a personne pour délivrer.
1 ou : sont privés de tout secours.

5 Sa moisson, l'affamé la mange, et il la prend jusque parmi les ronces, et le piège guette ses biens.

6 Car l'affliction ne sort pas de la poussière et la misère ne germe pas du sol.

7 Car l'homme est né pour la souffrance, comme les étincelles1 s'élèvent dans les airs.
1 littéralement : les fils de la flamme.

8 « Mais moi, je rechercherai °Dieu1 et devant Dieu, je placerai ma cause.
1 hébreu : El ; voir la note à Genèse 14:18.

9 [C'est] lui qui fait de grandes choses qu'on ne peut pas sonder, des prodiges à ne pas pouvoir les compter.

10 [C'est lui] qui donne la pluie sur la surface de la terre et qui envoie des eaux sur la surface des champs.

11 Il place en haut ceux qui sont abaissés, et élève au bonheur ceux qui sont dans le deuil.

12 Il annule les projets des hommes rusés et leurs mains ne peuvent pas les faire réussir.

13 Il prend les sages1 à leur [propre] ruse et le projet des astucieux est renversé.
1 ou : gens habiles.

14 De jour, ils rencontrent les ténèbres et en plein midi ils marchent à tâtons, comme dans la nuit.

15 Et il sauve le pauvre de l'épée, de leur bouche, et de la main de celui qui est fort.

16 Et ce que le faible espère lui arrive, et l'iniquité a la bouche fermée.

17 « Voici, bienheureux est l'homme que °°Dieu reprend ! Ne méprise donc pas la discipline du Tout-Puissant.

18 Car c'est lui qui blesse et qui panse. Il frappe et ses mains guérissent.

19 En six détresses il te délivrera et dans sept le mal ne t'atteindra pas.

20 Il te délivrera de la mort pendant la famine et des coups1 de l'épée pendant la guerre.
1 littéralement : de la main.

21 Tu seras à l'abri du fouet de la langue et tu ne craindras pas la dévastation quand elle viendra.

22 Tu te moqueras de la dévastation et de la famine, et tu n'auras pas peur des bêtes de la terre.

23 Car tu auras une alliance avec les pierres des champs et les bêtes des champs seront en paix avec toi.

24 Tu sauras que ta tente est en paix, tu inspecteras ton domaine1 et tu n'y trouveras rien qui manque.
1 ou : tes parcs.

25 Et tu sauras que ta descendance est nombreuse et [que] ta progéniture [est] comme l'herbe de la terre.

26 Tu entreras dans la tombe en pleine vigueur1, comme on engrange un tas de gerbes en sa saison.
1 ou : en bonne vieillesse.

27 « Voici, nous avons examiné cela [et] c'est ainsi. Écoute-le et sache-le pour toi-même ! »

Le thème principal que les trois amis vont développer de diverses manières dans leurs discours est le suivant: Dieu est juste. Il n'aurait pas frappé Job si sévèrement si celui-ci ne l'avait pas mérité. Toutes ses épreuves sont une punition, un jugement. Qu'il confesse ses péchés et il sera rétabli! Or nous savons par le commencement du récit que Job ne s'était rendu coupable d'aucune faute particulière. L'Éternel lui-même disait à Satan: «Tu m'as incité contre lui pour l'engloutir sans cause (ch. 2 v. 3). Il était donc faux de considérer son épreuve comme une discipline. Mais, à l'exception de ce mot, les v. 17 et 18 sont un admirable résumé de toute son histoire. Rapprochons-les de Prov. 3:11, 12 pv 3.11-12, cité en Hébr. 12:5, 6 hb 12.4-7: «Mon fils, ne méprise pas l'instruction de l'Éternel, et n'aie pas en aversion sa réprimande; car celui que l'Éternel aime, il le discipline». L'Éternel avait bien quelque chose à reprendre et à redresser chez son serviteur: c'était un esprit de propre justice. Il avait fait la plaie, mais il allait aussi la guérir pour le bonheur de Job.

Celui que le Seigneur aime! Quelle consolation extraordinaire! La tempête que Satan déchaîne est finalement pour le croyant une preuve de l'amour divin.