Néhémie 2:9-20

Néhémie 2:9-20

Arrivée de Néhémie à Jérusalem et inspection de nuit de l'état de la muraille

9 Et je vins auprès des gouverneurs de l'autre côté du Fleuve, et je leur donnai les lettres du roi. Or le roi avait envoyé avec moi des chefs de l'armée et des cavaliers.

10 Mais Sanballat le Horonite et Tobija, le serviteur ammonite, l'apprirent, et ils furent très mécontents de ce qu'un homme soit venu pour rechercher le bien des fils d'Israël.

11 Et j'arrivai à Jérusalem et je restai là trois jours.

12 Puis je me levai de nuit, moi et le petit nombre d'hommes qui étaient avec moi — et je n'avais informé personne de ce que mon Dieu m'avait mis à cœur de faire pour Jérusalem — et je n'avais pas de bête avec moi, sinon la bête que je montais.

13 Et je sortis de nuit, par la porte de la Vallée1, en face de la source du Dragon, et vers la porte du Fumier. Et je considérai les murailles de Jérusalem qui étaient en ruine, et ses portes consumées par le feu.
1 ou : du Ravin.

14 Et je passai à la porte de la Source, et à l'étang du Roi, et il n'y avait pas de place pour laisser passer la bête qui était sous moi.

15 Et je montai de nuit par le torrent et je considérai la muraille. Puis je revins, et j'entrai par la porte de la Vallée, et je m'en retournai.

16 Or les chefs1 ne savaient pas où j'étais allé ni ce que j'avais fait. Et jusque-là, je n'avais rien communiqué aux Juifs, ni aux sacrificateurs2, ni aux notables, ni aux chefs1, ni aux autres qui faisaient l'ouvrage.
1 ou : gouverneurs ; hébreu : segan ; mot d'origine perse. 2 ou : prêtres.

17 Et je leur dis : « Vous voyez la misère dans laquelle nous sommes, que Jérusalem est dévastée et que ses portes sont brûlées par le feu. Venez et construisons la muraille de Jérusalem, afin que nous ne soyons plus dans le déshonneur ! »

18 Puis je leur racontai comment la main de mon Dieu avait été bonne sur moi, et aussi les paroles que le roi m'avait dites. Et ils dirent : « Levons-nous et construisons ! » Et ils fortifièrent leurs mains pour bien faire.

19 Mais Sanballat le Horonite et Tobija, le serviteur ammonite, et Guéshem1 l'Arabe l'apprirent, et ils se moquèrent de nous, et nous méprisèrent, et dirent : « Qu'est-ce que vous faites là ? Voulez-vous vous révolter contre le roi ? »
1 ou : Gashmu ; voir verset 6:6.

20 Et je leur répondis et leur dis : « Le Dieu des cieux, lui, nous fera prospérer, et nous, ses serviteurs, nous nous lèverons et nous construirons. Mais vous, vous n'avez ni part, ni droit, ni souvenir à Jérusalem. »

Néhémie est arrivé à Jérusalem muni des lettres du roi. Il commence par faire l'inspection des murailles, ou plutôt de ce qu'il en reste. Son frère lui en avait parlé (ch. 1 v. 2, 3 nh 1.1-3), mais il désire se rendre compte par lui-même de l'étendue des dégâts. Grande est sa consternation devant ce spectacle auquel les habitants de Jérusalem, de leur côté, s'étaient habitués! Chrétiens, nous sommes certainement aussi en danger de ne plus souffrir de l'état de ruine dans lequel se trouve aujourd'hui l'Église responsable. Aucune muraille ne la protège plus contre l'envahissement du monde. Et un tel état fait parfaitement l'affaire de ses ennemis.

Du temps de Zorobabel et d'Esdras, ces ennemis s'appelaient pour Israël: Bishlam, Tabeël... puis Thathnaï, Shethar-Boznaï et leurs collègues. Il s'agit, sous Néhémie, de Sanballat, de Tobija et de Guéshem. Le diable se sert d'instruments divers. Il renouvelle son «personnel». Mais son but est toujours le même: Maintenir le peuple de Dieu dans l'abaissement et dans l'esclavage.

Néhémie sait s'y prendre pour exhorter les hommes de Jérusalem. Son nom signifie: l'Éternel a consolé. Il obtient cette réponse joyeuse et encourageante: «Levons-nous et bâtissons» (verset 18).