Esdras 9:5-15

Esdras 9:5-15

Prière d'Esdras en faveur des coupables

5 Et lors de l'offrande du soir, je me levai de mon humiliation et, mon vêtement et mon manteau déchirés, je tombai à genoux, et j'étendis mes mains vers l'Éternel mon Dieu,

6 et je dis : « Mon Dieu, j'ai honte et je suis confus de lever ma face vers toi, ô mon Dieu ! Car nos iniquités se sont multipliées par-dessus nos têtes, et notre culpabilité a grandi jusqu'aux cieux.

7 Depuis les jours de nos pères jusqu'à ce jour, nous avons été grandement coupables. Et à cause de nos iniquités, nous avons été livrés, nous, nos rois, nos sacrificateurs, aux mains des rois des pays, à l'épée, à la captivité, et au pillage, et à la confusion de face, comme [c'est le cas] aujourd'hui.

8 Et maintenant, pour un moment, une grâce nous est arrivée de la part de l'Éternel notre Dieu, pour nous laisser quelques rescapés et pour nous donner un clou1 dans son saint lieu, afin que notre Dieu éclaire nos yeux et nous redonne un peu de vie dans notre esclavage.
1 ou : cheville ; ou : pieu.

9 Car nous sommes des esclaves, mais notre Dieu ne nous a pas abandonnés dans notre esclavage. Et il a étendu sa bonté sur nous devant les rois de Perse, afin de nous redonner de la vie pour relever1 la Maison de notre Dieu, et pour restaurer ses ruines, et pour nous donner un abri sûr2 en Juda et à Jérusalem.
1 littéralement : élever. 2 littéralement : mur, rempart.

10 Et maintenant, ô notre Dieu, que dirons-nous après cela ? Car nous avons abandonné tes commandements,

11 ceux que tu as prescrits par l'intermédiaire1 de tes serviteurs les prophètes, en disant : "Le pays dans lequel vous entrez pour en prendre possession est un pays rendu impur par les impuretés des peuples des pays, par les abominations dont ils l'ont rempli d'un bout à l'autre avec leurs impuretés.
1 littéralement : par la main.

12 Et maintenant, ne donnez pas vos filles à leurs fils, et ne prenez pas leurs filles pour vos fils, et ne cherchez jamais leur paix et leur bien-être, afin que vous soyez forts, et que vous mangiez les biens1 du pays, et que vous les laissiez en possession à vos fils, pour toujours."
1 littéralement : le bon.

13 Et après tout ce qui nous est arrivé à cause de nos mauvaises œuvres et à cause de notre grande culpabilité — mais toi, notre Dieu, tu nous as moins punis que ne méritaient1 nos iniquités, et tu nous as donné des rescapés comme ceux-ci2
1 littéralement : tu as gardé en retrait {certaines] de. 2 selon d'autres : tu nous as donné une délivrance comme celle-ci.

14 est-ce que nous recommencerions à enfreindre tes commandements et à nous allier par mariage avec les peuples qui font1 ces abominations ? Ne serais-tu pas en colère contre nous jusqu'à nous exterminer, de sorte qu'il n'y aurait ni reste ni rescapés ?
1 littéralement : les peuples de.

15 Éternel, Dieu d'Israël, tu es juste, car nous sommes un reste de rescapés, comme [c'est le cas] aujourd'hui. Nous voici devant toi dans notre culpabilité, car, à cause de cela, personne ne peut se tenir devant toi. »

Remarquons et imitons l'attitude d'Esdras dans ce chapitre. Un autre aurait adressé au peuple les reproches les plus sévères. Esdras au contraire se place devant Dieu et s'accuse en même temps que tout Israël. En offrant douze taureaux et douze boucs (ch. 8 v. 35 ed 8.31-36), il avait réaffirmé l'unité du peuple de Dieu. Or une conséquence de cette unité est justement la responsabilité commune, la souffrance partagée (voir 1 Corinthiens 12:26 1cr 12.20-26). Quelle leçon nous donne ce serviteur de Dieu! Il nous apprend non seulement à ne pas montrer du doigt les fautes des autres chrétiens, mais à en être nous-mêmes honteux, affligés devant le Seigneur. «Mon Dieu, je suis confus, et j’ai honte de lever ma face vers toi…» — dit l’homme de Dieu (v. 6).

Les paroles d'Esdras sont bien touchantes. Elles opposent la miséricorde du Dieu d'Israël à l'ingratitude de Son peuple. Mais, tout en sentant profondément le poids du péché dont il n'était pas personnellement coupable, Esdras ne pouvait rien faire pour l'ôter de devant le regard d'un Dieu Saint. Un seul était en mesure d'accomplir l'expiation. Le Fils de Dieu, prenant sur Lui nos péchés comme étant les siens, a pu déclarer dans Son indicible douleur: «Mes iniquités m'ont atteint...» (Psaume 40:13 ps 40.12-14).