Esdras 3:1-13

Esdras 3:1-13

L'autel et le culte sont rétablis – Les fondations du Temple sont posées

3 Et quand arriva le 7e mois, les fils d'Israël étant dans leurs villes, le peuple se rassembla comme un seul homme à Jérusalem.

2 Et Jéshua, fils de Jotsadak, et ses frères les sacrificateurs, et Zorobabel, fils de Shealthiel, et ses frères, se levèrent et bâtirent l'autel du Dieu d'Israël, pour y offrir des holocaustes, selon ce qui est écrit dans la loi de Moïse, homme de Dieu.

3 Et ils établirent l'autel sur ses fondations1, car la terreur était sur eux, à cause des peuples de ces pays. Et ils offrirent dessus des holocaustes à l'Éternel, les holocaustes du matin et du soir.
1 littéralement : son piédestal.

4 Et ils firent la fête des Tabernacles, selon ce qui est écrit, et [offrirent] les holocaustes, jour après jour, selon leur nombre, selon l'ordonnance, le service de chaque jour1.
1 littéralement : la chose d'un jour en son jour.

5 Et après cela, [ils offrirent] l'holocauste continuel, et celui des nouvelles lunes et de tous les jours solennels de l'Éternel qui étaient sanctifiés, et [les holocaustes] de tous ceux qui offraient une offrande volontaire à l'Éternel.

6 Depuis le 1er jour du 7e mois, ils commencèrent à offrir des holocaustes à l'Éternel. Mais les fondations du Temple de l'Éternel n'étaient pas encore posées.

7 Alors ils donnèrent de l'argent aux tailleurs de pierre et aux charpentiers, ainsi que de la nourriture, et des boissons, et de l'huile aux Sidoniens et aux Tyriens, pour qu'ils fassent venir des bois de cèdre à Japho1, depuis le Liban, par la mer, suivant l'autorisation [reçue] de Cyrus, roi de Perse.
1 ou : Joppé.

8 Et dans la 2e année de leur arrivée à la Maison de Dieu à Jérusalem,1 au 2e mois, Zorobabel, fils de Shealthiel, et Jéshua, fils de Jotsadak, et le reste de leurs frères, les sacrificateurs, et les Lévites, et tous ceux qui étaient revenus de captivité à Jérusalem, commencèrent [le travail]. Et ils établirent les Lévites, depuis l'âge de 20 ans et au-dessus, pour surveiller les travaux de la Maison de l'Éternel.
1 date : 535 av. J.-C.

9 Alors Jéshua, et ses fils, et ses frères, Kadmiel et ses fils, les fils de Juda1, se tinrent là comme un seul [homme] pour surveiller ceux qui faisaient l'ouvrage dans la Maison de Dieu. [Il y avait aussi] les fils de Hénadad, leurs fils et leurs frères, les Lévites.
1 ou plutôt : Hodavia ; voir verset 2:40.

10 Et lorsque ceux qui construisaient posèrent les fondations du Temple de l'Éternel, on fit se tenir là1 les sacrificateurs revêtus [de leurs habits officiels], avec les trompettes, et les Lévites, fils d'Asaph, avec les cymbales, pour louer l'Éternel selon les directives2 de David, roi d'Israël.
1 littéralement : se tenir debout. 2 littéralement : sur les mains.

11 Et ils se répondaient en louant et en célébrant l'Éternel : « Car il est bon, car sa bonté envers Israël [est] pour toujours ! » Et tout le peuple poussait de grands cris, en louant l'Éternel, parce qu'on posait les fondations de la Maison de l'Éternel.

12 Et un grand nombre de sacrificateurs, et de Lévites, et de chefs des pères, ceux qui étaient âgés, qui avaient vu la première Maison, pleuraient d'une voix forte pendant qu'on posait sous leurs yeux les fondations de cette Maison, mais beaucoup poussaient des cris de joie, en élevant leur voix.

13 Et le peuple ne pouvait pas distinguer entre le bruit des cris de joie et la voix du peuple qui pleurait. Car le peuple poussait de grands cris et le bruit s'entendait au loin.

Le Psaume 137 ps 137.1-6 nous montre les captifs de Juda auprès des fleuves de Babylone, incapables de chanter à cause de leur tristesse. Mais maintenant c'est le Psaume 126 qu'ils réalisent: «Quand l'Éternel rétablit les déportésde Sion, nous étions comme ceux qui rêvent. Alors notre bouche fut remplie de rire, et notre langue de cris de joie... L'Éternel a fait de grandes choses pour nous; nous en avons été réjouis» (Psaume 126:1 à 3 ps 126.1-6). N'est-ce pas d'ailleurs un ordre divin? (Ésaïe 48:20 es 48.16-22). Ils célèbrent les «Tabernacles», fête de la joie (au verset 11 nous les voyons aussi chanter). Et leur première pensée est pour l'autel de l'Éternel qu'ils édifient «sur son emplacement». Leur motif est remarquable: «Car la terreur des peuples... était sur eux» (verset 3). La crainte les pousse, non à organiser leur protection, mais à se serrer autour de l'Éternel qui, Lui, les défendra.

Puis les fondements de la nouvelle maison sont posés. Cela donne lieu à une touchante cérémonie où joie et pleurs sont également de saison (voir Jérémie 33:10, 11 jr 33.10-16). Quel contraste avec le premier temple! Le même contraste existe entre les débuts de l'Église selon le livre des Actes, et le faible témoignage collectif que les croyants peuvent rendre au milieu de la ruine actuelle.