2 Chroniques 33:1-13

2 Chroniques 33:1-13

Manassé, roi de Juda – Son idolâtrie

33 Manassé était âgé de 12 ans lorsqu'il commença à régner,1 et il régna 55 ans à Jérusalem.
1 date : 698 av. J.-C.

2 Et il fit ce qui est mal aux yeux de l'Éternel, selon les abominations des nations que l'Éternel avait dépossédées devant les fils d'Israël.

3 Et il rebâtit les hauts lieux que son père Ézéchias avait démolis, et il éleva des autels aux Baals, et fit des ashères. Et il se prosterna devant toute l'armée des cieux et les servit.

4 Et il bâtit des autels dans la Maison de l'Éternel, dont l'Éternel avait dit : « C'est dans Jérusalem que sera mon nom pour toujours. »

5 Et il bâtit des autels à toute l'armée des cieux dans les deux parvis de la Maison de l'Éternel.

6 Et il fit passer, lui, ses fils par le feu dans la vallée de Ben-Hinnom. Et il tirait des présages, et pratiquait les sortilèges et la magie ; et il établit des nécromanciens et des diseurs de bonne aventure. Il fit, de multiples façons, ce qui est mal aux yeux de l'Éternel pour le provoquer à la colère.

7 Et il plaça une idole sculptée, l'idole qu'il avait faite, dans la Maison de Dieu, dont Dieu avait dit à David et à son fils Salomon : « C'est dans cette Maison, et à Jérusalem que j'ai choisie parmi toutes les tribus d'Israël, que je mettrai mon nom pour toujours.

8 Et je n'éloignerai plus les pieds d'Israël de dessus la terre où j'ai fait se tenir vos pères, si seulement ils prennent garde à faire tout ce que je leur ai commandé par l'intermédiaire1 de Moïse, selon toute la Loi, et les statuts, et les ordonnances. »
1 littéralement : par la main.

9 Mais Manassé fit errer Juda et les habitants de Jérusalem en leur faisant faire le mal plus que les nations que l'Éternel avait détruites devant les fils d'Israël.

Grâce de l'Éternel en faveur de Manassé

10 Et l'Éternel parla à Manassé et à son peuple, mais ils n'y firent pas attention.

11 Alors l'Éternel fit venir contre eux les chefs de l'armée du roi d'Assyrie, et ils prirent Manassé avec des crochets, et le lièrent avec deux chaînes1 de bronze, et l'emmenèrent à Babylone.
1 ou : avec des chaînes.

12 Mais quand il fut dans la détresse, il implora l'Éternel son Dieu, et il s'humilia profondément devant le Dieu de ses pères.

13 Et il le pria, et l'Éternel1 se laissa fléchir par lui, et écouta sa supplication, et le ramena à Jérusalem dans son royaume. Et Manassé reconnut que c'est l'Éternel qui est Dieu.
1 littéralement : il.

Le règne de Manassé bat un double record: celui de la longueur (55 ans) et celui de la méchanceté. Qu'est-ce qui explique cette durée exceptionnelle, alors que justement l'iniquité était particulièrement insupportable aux regards de l'Éternel? Nous le comprenons avec émerveillement: C'est la patience de la grâce. N'oublions pas que celle-ci caractérise d'un bout à l'autre ces deux livres des Chroniques.

Après avoir parlé à Manassé et à son peuple — mais ils n’y firent pas attention (v. 10) — l’Éternel emploie le langage des chaînes et de la captivité, et celui-ci est enfin écouté. L'exemple de Manassé nous apprend qu'il n'y a pas de si grand pécheur dont Dieu ne puisse changer le cœur. Et ce récit est, de toute l'Écriture, un des plus encourageants. Ne pensons jamais qu'une personne est trop enfoncée dans le mal pour être sauvée.

C'est aussi l'histoire prophétique d'Israël que nous avons en raccourci dans le règne impie de Manassé. Le nom de ce roi signifie «oubli» et nous rappelle la déclaration de l'Éternel: «Mon peuple m'a oublié pendant des jours sans nombre» (Jérémie 2:32 jr 2.29-37). L’exil actuel d'Israël sous le joug des nations a été la conséquence de cet abandon; mais sera également, comme pour Manassé, le moyen de réveiller enfin sa conscience et son cœur.