2 Chroniques 26:1-15

2 Chroniques 26:1-15

Ozias, roi de Juda

26 Et tout le peuple de Juda prit Ozias qui était âgé de 16 ans, et ils le firent roi à la place de son père Amatsia.1
1 date : 810 av. J.-C.

2 Ce fut lui qui reconstruisit1 Éloth2 et qui la restitua à Juda, après que le roi se fut endormi avec ses pères.
1 littéralement : bâtit. 2 c.-à-d. : Élath.

3 Ozias était âgé de 16 ans lorsqu'il commença à régner, et il régna 52 ans à Jérusalem. Et le nom de sa mère était Jecolia, de Jérusalem.

4 Et il fit ce qui est droit aux yeux de l'Éternel, selon tout ce qu'avait fait Amatsia son père.

5 Et il chercha Dieu pendant les jours de Zacharie qui avait l'intelligence des visions de Dieu. Et pendant les jours où il chercha l'Éternel, Dieu le fit prospérer.

6 Et il sortit et fit la guerre aux Philistins, et abattit la muraille de Gath, et la muraille de Jabné, et la muraille d'Asdod. Et il construisit des villes autour d'Asdod1 et au milieu des Philistins.
1 littéralement : en Asdod.

7 Et Dieu l'aida contre les Philistins, et contre les Arabes qui habitaient à Gur-Baal, et contre les Maonites1.
1 hébreu : Meünim.

8 Et les Ammonites apportèrent un tribut à Ozias. Et son renom parvint jusqu'à l'entrée de l'Égypte, car il était devenu extrêmement fort.

9 Et Ozias construisit des tours à Jérusalem, sur la porte de l'Angle, et sur la porte de la Vallée, et sur l'Encoignure, et il les fortifia.

10 Et il construisit des tours dans le désert et creusa beaucoup de puits. Car il avait beaucoup de bétail dans le Bas-Pays et sur le plateau, [et] des cultivateurs, et des vignerons dans les montagnes et au Carmel. En effet, il aimait l'agriculture1.
1 littéralement : la terre.

11 Et Ozias avait une armée1 pour faire la guerre, allant au combat par troupes, selon le nombre de leur recensement [fait] par le moyen2 de Jehiel le scribe et Maascéïa l'intendant, sous l'autorité3 de Hanania, l'un des chefs du roi.
1 littéralement : force. 2 littéralement : par la main. 3 littéralement : sous la main.

12 Le nombre total des chefs des pères, des hommes forts et courageux, était de 2 600.

13 Et il y avait sous leur autorité1 une armée2 de 307 500 [hommes] pour faire la guerre avec une puissante force, afin d'aider le roi contre l'ennemi.
1 littéralement : sous leur main. 2 littéralement : force d'armée.

14 Et Ozias leur prépara, pour toute l'armée, des boucliers1, et des javelots, et des casques, et des cuirasses, et des arcs, et des pierres de fronde.
1 littéralement : petits boucliers.

15 Et il fit à Jérusalem des machines inventées par un ingénieur, pour être [placées] sur les tours et sur le haut des remparts1, pour lancer des flèches et de grosses pierres. Et son renom s'étendit au loin, car il fut merveilleusement aidé jusqu'à ce qu'il soit devenu fort.
1 ou : sur les créneaux.

Le roi Ozias nous est présenté comme un homme d’une ouverture d’esprit exceptionnelle. Son règne particulièrement long (cinquante-deux ans) est rempli d'une activité remarquable. Le roi veille à ce que son peuple ne manque de rien: Puits, bétail, labours, vignobles; le tout accompagné d'une forte protection militaire. Bref, il assure à son royaume à la fois prospérité et sécurité. N'est-ce pas vers ces deux buts que tendent tous les efforts des hommes? Et à quoi cela les conduit-il en général? Est-ce à être reconnaissants envers Dieu? À employer leurs biens pour le service du Seigneur? Hélas, plutôt à s'en attribuer le mérite, à se confier dans les choses acquises, et à en jouir d'une manière égoïste! Ces mêmes dangers menacent un croyant qui est matériellement à son aise. Il risque beaucoup de s'appuyer sur ses propres ressources, de se sentir fort. Du même coup, il cesse de compter sur l'aide merveilleuse de Dieu (verset 15) et en perd le bénéfice. Dans ces conditions, une chute ne saurait tarder.

Ozias avait tout préparé pour résister à un assaut extérieur. Mais il avait négligé de veiller sur le front intérieur, autrement dit sur son propre cœur.