2 Chroniques 21:1-20

2 Chroniques 21:1-20

Mort de Josaphat – Règne de Joram, roi de Juda

21 Et Josaphat s'endormit avec ses pères,1 et il fut enterré avec ses pères dans la ville de David. Et Joram son fils régna à sa place.
1 date : 889 av. J.-C.

2 Et il avait des frères, fils de Josaphat : Azaria, et Jekhiel, et Zacharie, et Azaria, et Micaël, et Shephatia. Tous ceux-là étaient fils de Josaphat, roi d'Israël1.
1 Israël est désigné ici comme étant le peuple resté fidèle au roi descendant de David, c.-à-d. le royaume de Juda.

3 Et leur père leur avait fait de grands dons, en argent, et en or, et en objets précieux, avec des villes fortifiées en Juda. Mais il avait donné le royaume à Joram, parce qu'il était le premier-né.

4 Et Joram s'établit1 sur le royaume de son père, et devint fort, et tua par l'épée tous ses frères et même quelques-uns des chefs d'Israël.
1 littéralement : se leva.

Impiété de Joram – Jugement de l'Éternel

5 Joram était âgé de 32 ans lorsqu'il commença à régner,1 et il régna 8 ans à Jérusalem.
1 date : 892 av. J.-C.

6 Et il marcha dans la voie des rois d'Israël, comme l'avait fait la maison d'Achab, car il avait pour femme une fille d'Achab. Et il fit ce qui est mal aux yeux de l'Éternel.

7 Mais l'Éternel ne voulut pas détruire la maison de David, à cause de l'alliance qu'il avait faite avec David, et parce qu'il avait dit qu'il lui donnerait une lampe, à lui et à ses fils, pour toujours1.
1 littéralement : tous les jours.

8 Dans ses jours, Édom se révolta contre la domination1 de Juda, et ils établirent un roi sur eux.
1 littéralement : de dessous la main.

9 Et Joram partit avec ses chefs, et tous les chars avec lui. Et il arriva qu'il se leva de nuit et frappa Édom qui l'avait encerclé, ainsi que les chefs des chars.

10 Mais Édom se révolta contre la domination1 de Juda jusqu'à ce jour. Alors, dans ce même temps, Libna se révolta contre sa domination2, parce que Joram3 avait abandonné l'Éternel, le Dieu de ses pères.
1 littéralement : de dessous la main. 2 littéralement : de dessous sa main. 3 littéralement : il.

11 Il fit aussi des hauts lieux dans les montagnes de Juda, et il livra les habitants de Jérusalem à la prostitution, et il y poussa Juda.

12 Et un écrit d'Élie le prophète lui arriva, qui disait : « Ainsi dit l'Éternel, le Dieu de David ton père : Parce que tu n'as pas marché dans les voies de Josaphat ton père ni dans les voies d'Asa, roi de Juda,

13 mais que tu as marché dans la voie des rois d'Israël, et que tu as livré à la prostitution Juda et les habitants de Jérusalem, comme s'est prostituée la maison d'Achab, mais aussi parce que tu as tué tes frères, la maison de ton père, qui étaient meilleurs que toi,

14 — voici, l'Éternel frappera d'un grand fléau ton peuple, et tes fils, et tes femmes, et tous tes biens.

15 Et toi, [il te frappera] de grandes maladies, d'une maladie d'entrailles, jusqu'à ce que tes entrailles sortent par l'effet de la maladie, jour après jour. »

16 Et l'Éternel réveilla contre Joram l'esprit des Philistins et des Arabes qui sont à côté des Éthiopiens.

17 Et ils montèrent contre Juda, et en forcèrent l'entrée, et emmenèrent tous les biens qui furent trouvés dans la maison du roi, et aussi ses fils et ses femmes. Et il ne lui resta aucun fils, sinon Joakhaz1, le plus jeune de ses fils.
1 Joakhaz est appelé plus loin : Achazia.

18 Et après tout cela, l'Éternel le frappa dans ses entrailles d'une maladie incurable.

19 Cela arriva jour après jour, et vers l'époque où se terminait la 2e année, ses entrailles sortirent par l'effet de la maladie, et il mourut dans de terribles souffrances. Et son peuple ne fit pas brûler pour lui [des aromates], comme on en avait fait brûler pour ses pères.

20 Il était âgé de 32 ans lorsqu'il commença à régner, et il régna 8 ans à Jérusalem. Et il s'en alla sans être regretté, et on l'enterra dans la ville de David, mais non dans les tombeaux des rois.

Voici le livre des Chroniques qui paraît brusquement abandonner son caractère de livre de la grâce! Sauf exceptions justifiées par l’enchaînement des faits, il avait systématiquement couvert les fautes du peuple et de son roi, pour souligner au contraire tout le bien qui pouvait l'être. C'est une chose que nous devrions toujours faire, disons-le en passant! (lire 1 Pierre 4:8 1p 4.7-11).

Or les pages que nous abordons contrastent bien tristement avec les «bonnes choses» que Dieu s'était plu à relever jusqu'ici (ch. 12 v. 12 2ch 12.9-12 et ch. 19 v. 3 2ch 19.1-4). Mais il n'est vraiment plus possible à partir de maintenant de couvrir la méchanceté de Joram et de ses successeurs. Ce roi, gendre d'Achab et de Jézabel, meurtrier et idolâtre, pousse lui-même Juda à adorer les faux dieux. Terrible état,... qui fait cependant ressortir l’incomparable patience de Dieu envers Son pauvre peuple! De sorte que la grâce va continuer à briller dans ce livre, d'autant plus magnifique que les ténèbres s'épaissiront sur le royaume de Juda. Elle surabondera à mesure qu'abondera le péché (Romains 5:20 rm 5.19-21).

Un écrit d'Élie parvient à Joram pour récapituler ses crimes et l'avertir du jugement divin. Celui-ci ne manque pas de s'accomplir.