2 Chroniques 13:13-22

2 Chroniques 13:13-22

13 Mais Jéroboam fit faire un détour à une embuscade pour venir derrière eux. Et ils étaient devant Juda et l'embuscade était derrière eux.

14 Et Juda se retourna, et voici, la bataille était contre eux, devant et derrière. Alors ils crièrent vers l'Éternel, et les sacrificateurs sonnèrent des trompettes,

15 et les hommes de Juda poussèrent des cris. Et il arriva, comme les hommes de Juda poussaient des cris, que Dieu frappa Jéroboam et tout Israël devant Abija et Juda.

16 Alors les fils d'Israël s'enfuirent devant Juda, et Dieu les livra entre leurs mains.

17 Et Abija et son peuple leur infligèrent une grande défaite, et 500 000 hommes d'élite tombèrent morts parmi [ceux d']Israël.

18 Et les fils d'Israël furent humiliés en ce temps-là, et les fils de Juda furent affermis, car ils s'étaient appuyés sur l'Éternel, le Dieu de leurs pères.

19 Et Abija poursuivit Jéroboam et lui prit des villes : Béthel et les villages qui en dépendent1, et Jeshana et les villages qui en dépendent, et Éphron et les villages qui en dépendent
1 littéralement : ses filles ; ici et ailleurs.

20 Et Jéroboam n'eut plus de force durant les jours d'Abija. Et l'Éternel le frappa et il mourut.

21 Et Abija s'affermit, et prit pour lui 14 femmes, et engendra 22 fils et 16 filles.

22 Et le reste des actes d'Abija, et ses voies, et ses paroles, sont écrits dans les commentaires d'Iddo le prophète.

La harangue d'Abija aux troupes d'Israël a été prononcée sur un ton de supériorité qui n'était pas de bon aloi. Il faut la manœuvre d'encerclement de Jéroboam pour mettre à l'épreuve le roi de Juda et son armée. En un moment, celle-ci se trouve prise à rebours, sur le point d'être écrasée. Mais une direction reste dégagée: le ciel. Les cris de détresse montent vers l'Éternel; à présent toute prétention s'en est allée. Et la foi se montre. Elle se sert d'un instrument de guerre étrange,... mais bien connu dans l'histoire d'Israël: les trompettes (voir Josué 6:4 jg 6.1-5; Juges 7:18 jg 7.16-22). Arme irrésistible, parce que la foi qui s'en sert s'appuie sur la Parole divine et sur ses promesses toujours valables (lire Nombres 10:9 nb 10.1-10). Eh bien, l'appel de la foi ne pouvait manquer d'être entendu! Le son éclatant a parlé au cœur de Dieu du danger que couraient les siens. Et sans doute a-t-il aussi parlé solennellement au cœur des hommes de Jéroboam en train de faire la guerre à leurs frères... et à l'Éternel.

L'armée d'Israël est taillée en pièces et humiliée (verset 18), ayant fourni la preuve que ni la force (verset 3), ni la ruse (verset 13) ne pouvaient venir à bout de la confiance en Dieu.