2 Rois 19:1-13

2 Rois 19:1-13

Ézéchias se tourne vers l'Éternel et consulte le prophète Ésaïe

19 Et il arriva, quand le roi Ézéchias eut entendu [cela], qu'il déchira ses vêtements, et se couvrit d'une toile de sac, et entra dans la maison de l'Éternel.

2 Et il envoya Éliakim qui était [établi] sur la maison, et Shebna le scribe, et les [plus] anciens des sacrificateurs, couverts de toiles de sac, vers le prophète Ésaïe, fils d'Amots.

3 Et ils lui dirent : « Ainsi dit Ézéchias : Ce jour est un jour de détresse, et de punition, et de mépris1. Car des fils sont près de sortir [du ventre maternel], mais il n'y a aucune force pour [les] mettre au monde.
1 ou : réjection.

4 Peut-être l'Éternel ton Dieu entendra-t-il toutes les paroles du Rab-Shaké que le roi d'Assyrie son seigneur a envoyé pour outrager le Dieu vivant, et punira-t-il les paroles que l'Éternel ton Dieu a entendues. Fais donc monter une prière pour le restant qui subsiste [encore]. »

Réponse de l'Éternel

5 Et les serviteurs du roi Ézéchias allèrent vers Ésaïe.

6 Alors Ésaïe leur dit : « Vous direz ainsi à votre seigneur : "Ainsi dit l'Éternel : Ne crains pas à cause des paroles que tu as entendues, par lesquelles les serviteurs1 du roi d'Assyrie m'ont injurié.
1 littéralement : jeunes hommes.

7 Voici, je vais mettre en lui un esprit, et il entendra une nouvelle, et retournera dans son pays, et je le ferai tomber par l'épée dans son pays." »

Nouvelles menaces du roi d'Assyrie

8 Or le Rab-Shaké s'en retourna et trouva le roi d'Assyrie faisant la guerre à Libna, car il avait appris qu'il était parti de Lakis.

9 Et le roi d'Assyrie1 entendit dire au sujet de Tirhaka, roi d'Éthiopie : « Voici, il est sorti pour te faire la guerre. » Et il envoya de nouveau des messagers à Ézéchias, en disant :
1 littéralement : il.

10 « Vous parlerez ainsi à Ézéchias, roi de Juda, en disant : Que ton Dieu en qui tu mets ta confiance ne te trompe pas, en disant : "Jérusalem ne sera pas livrée aux mains du roi d'Assyrie."

11 Voici, tu as entendu ce que les rois d'Assyrie ont fait à tous les pays, les détruisant entièrement. Et toi, tu serais délivré ?

12 Est-ce que les dieux des nations que mes pères ont détruites les ont délivrées, Gozan, et Charan, et Rétseph, et les fils d'Éden qui étaient à Thelassar ?

13 Où sont le roi de Hamath, et le roi d'Arpad, et le roi de la ville de Sepharvaïm, d'Héna et d'Ivva ? »

Devant l'assaut des armées assyriennes, Ézéchias a une étrange façon de mener la guerre. Au lieu d'une armure il se revêt d'un sac. Son quartier général, ce n'est pas sur le rempart qu'il l'établit, mais dans la maison de l'Éternel. Enfin, au lieu de faire appel à l'élite de ses soldats, il s'adresse à Ésaïe le prophète! Mais contre la hauteur et l’orgueil du roi d’Assyrie, n’est-ce pas de la bonne stratégie militaire enseignée par l’apôtre Paul? «Les armes de notre guerre ne sont pas charnelles — écrit-il en 2 Corinthiens 10:4, 5 2cr 10.1-6 — mais puissantes par Dieu pour la destruction des forteresses, détruisant les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu».

Ézéchias, dont le nom signifie «puissance de l'Éternel», sait auprès de qui trouver du secours (Psaume 121:2 ps 121.1-8). Sa confiance n'est pas déçue. «Ne crains pas...», lui fait répondre le prophète. Précieuse parole que nous entendons si souvent dans la Bible et en particulier de la bouche du Seigneur: «Ne crains pas, crois seulement...» (Marc 5:36 mc 5.21-43). Il a la langue des savants pour soutenir par une parole celui qui est fatigué (Ésaïe 50:4 es 50.4-9). L'âme craintive mais confiante, de son racheté encore dans l'épreuve, reçoit par cette parole la force et le courage nécessaires pour attendre la délivrance.