2 Rois 18:1-12

2 Rois 18:1-12

Ézéchias, roi de Juda

18 Et il arriva, dans la 3e année d'Osée, fils d'Éla, roi d'Israël, qu'Ézéchias, fils d'Achaz, roi de Juda, commença à régner.1
1 date : 727 av. J.-C.

2 Il était âgé de 25 ans lorsqu'il commença à régner, et il régna 29 ans à Jérusalem. Et le nom de sa mère était Abi, fille de Zacharie.

3 Et il fit ce qui est droit aux yeux de l'Éternel, selon tout ce qu'avait fait David son père.

4 C'est lui qui ôta les hauts lieux, et brisa les statues1, et coupa les ashères, et mit en pièces le serpent de bronze que Moïse avait fait2. Car jusqu'à ces jours-là, les fils d'Israël lui brûlaient de l'encens. Et il l'appela Nehushtan3.
1 ou : stèles. 2 voir Nombres 21:4-9. 3 Nehushtan : morceau de bronze.

5 Il mit sa confiance en l'Éternel, le Dieu d'Israël. Et après lui, il n'y en eut pas de semblable à lui parmi tous les rois de Juda, ni parmi ceux qui avaient été avant lui.

6 Et il s'attacha à l'Éternel, il ne se détourna pas de1 lui, et il garda les2 commandements que l'Éternel avait prescrits à Moïse.
1 littéralement : d'après. 2 littéralement : ses.

7 Et l'Éternel fut avec lui. Partout où il allait, il prospérait. Et il se révolta contre le roi d'Assyrie et ne le servit pas.

8 C'est lui qui frappa les Philistins jusqu'à Gaza et [qui dévasta] son territoire, depuis la Tour des Gardes jusqu'à la ville fortifiée.

Rappel de la prise de Samarie

9 Et il arriva, dans la 4e année du roi Ézéchias, qui était la 7e année d'Osée, fils d'Éla, roi d'Israël, que Shalmanéser, roi d'Assyrie, monta contre Samarie et l'assiégea.1
1 date : 724 av. J.-C.

10 Et ils la prirent au bout de 3 ans. Dans la 6e année d'Ézéchias, qui était la 9e année d'Osée, roi d'Israël, Samarie fut prise.

11 Et le roi d'Assyrie déporta Israël en Assyrie, et les établit à Khalakh, et sur les [rives du] Khabor, fleuve de Gozan, et dans les villes des Mèdes.

12 [C'est] parce qu'ils n'écoutèrent pas la voix de l'Éternel leur Dieu, et qu'ils transgressèrent son alliance, tout ce que Moïse, serviteur de l'Éternel, avait ordonné. Et ils n'écoutèrent pas et ne le mirent pas en pratique.

Il ne sera dorénavant plus question que de Juda jusqu'à la fin de ce livre. Dieu vient de récapituler tristement tous les péchés de Son peuple. Mais maintenant il va trouver de la joie à nous parler d'un roi fidèle. Aussi le règne d'Ézéchias n'occupera-t-il pas moins de onze chapitres de la Bible (ch. 18 à 20; 2 Chroniques 29 à 32; Ésaïe 36 à 39); comme si Dieu prenait plaisir, au moment de la ruine, et avant d'aborder une page plus sombre encore, à s'attarder sur la vie de Son pieux serviteur. Jusqu'à lui, le compte-rendu des meilleurs règnes comptait toujours cette réserve: «Seulement les hauts lieux ne furent pas ôtés». Ces hauts lieux où le peuple offrait des sacrifices (que ce soit à l'Éternel ou plus tard à des idoles) avaient subsisté en désobéissance à Deutéronome 12 dt 12.1-13.1. Ils nous font penser à toutes les traditions et superstitions qui ont remplacé dans la chrétienté les enseignements de la Bible au sujet de l'adoration. La vénération dont on entourait le serpent de bronze nous rappelle que la croix elle-même est devenue pour beaucoup un objet d'idolâtrie. Ézéchias ôte, brise, coupe et met en pièces.

Il rejette ensuite le joug de l'Assyrien et triomphe des Philistins selon la prophétie d'Ésaïe (Ésaïe 14:28... es 14.28-32).