1 Samuel 26:1-12

1 Samuel 26:1-12

David épargne de nouveau Saül au désert de Ziph

26 Et les Ziphiens se rendirent auprès de Saül à Guibha, en disant : David ne se tient-il pas caché dans la colline de Hakila qui est en face de Jeshimon1 ?
1 ou : du désert.

2 Et Saül se leva et descendit au désert de Ziph, et avec lui 3 000 hommes d'élite d'Israël, pour rechercher David dans le désert de Ziph.

3 Et Saül dressa son camp dans la colline de Hakila qui est en face de Jeshimon1, sur le chemin. Or David habitait dans le désert et il vit que Saül l'avait suivi dans le2 désert.
1 ou : du désert. 2 littéralement : était venu derrière lui au.

4 Et David envoya des espions et il apprit avec certitude que Saül était venu.

5 Et David se leva et vint au lieu où Saül avait dressé son camp. Et David vit le lieu où étaient couchés Saül et Abner, fils de Ner, chef de son armée. Et Saül était couché dans l'enceinte des chars et le peuple avait dressé son camp tout autour de lui.

6 Et David prit la parole et s'adressa à Akhimélec le Héthien, et à Abishaï, fils de Tseruïa, frère de Joab, en disant : Qui descendra avec moi vers Saül, au camp ? Et Abishaï dit : Moi, je descendrai avec toi.

7 Et David et Abishaï allèrent de nuit vers le peuple. Et voici, Saül dormait, couché dans l'enceinte des chars, sa lance fichée en terre à son chevet. Et Abner et le peuple étaient couchés autour de lui.

8 Et Abishaï dit à David : Dieu a livré aujourd'hui ton ennemi entre tes mains. Et maintenant, je te prie, que je le frappe de la lance [en le clouant] à terre, une seule fois, et je ne le referai pas.

9 Et David dit à Abishaï : Ne le tue1 pas ! Car qui étendra sa main sur l'oint de l'Éternel et restera innocent ?
1 littéralement : détruis.

10 Et David dit : L'Éternel est vivant ! C'est à l'Éternel seul de le frapper, soit que son jour vienne et qu'il meure, soit qu'il descende à la bataille et soit emporté !

11 Loin de moi, par l'Éternel, que j'étende ma main sur l'oint de l'Éternel ! Mais prends maintenant, je te prie, la lance qui est à son chevet, et la cruche d'eau, et allons-nous-en.

12 Et David prit la lance et la cruche d'eau [qui étaient] au chevet de Saül, et ils s'en allèrent. Et personne ne [les] vit, et personne ne [le] sut, et personne ne se réveilla. Car ils dormaient tous, parce qu'un profond sommeil [envoyé] par l'Éternel était tombé sur eux.

La générosité de David au chapitre 24 avait paru toucher enfin le cœur de Saül. Mais, il ne s'agissait pas d'un vrai repentir! La lâche dénonciation des Ziphiens qui cherchent à se faire bien voir, remet le méchant roi en campagne contre celui qui doit un jour prendre sa place. Le Ps. 54 écrit à cette occasion, nous permet de mesurer ce que cet acte infâme des Ziphiens a eu de douloureux pour David. Il implore le secours de Dieu contre les hommes violents qui cherchent sa vie; ils n’ont pas mis Dieu devant eux (Ps. 54:5 ps 54.1-9) mais lui l’invoque, et, en réponse à sa prière, Dieu protège Son oint et lui fournit une nouvelle occasion de montrer la pureté de ses intentions envers Saül. Une expédition nocturne met entre les mains de David la lance avec laquelle, à deux reprises, le roi criminel avait voulu le transpercer. Un mot aurait suffi... Abishaï l'attend. Mais cette fois encore la miséricorde arrête son bras.

N'est-ce pas ainsi qu'a agi notre parfait Modèle (voir par exemple Luc 9:54, 55 lc 9.51-56). Il mettait en pratique ce qu'il avait enseigné auparavant à ses disciples: «Aimez vos ennemis; faites du bien à ceux qui vous haïssent... Soyez miséricordieux... ne jugez pas... ne condamnez pas» (Luc 6:27, 36, 37 lc 6.27-38). Puissions-nous mettre davantage en application ces précieuses paroles du Seigneur Jésus!