1 Samuel 25:1-17

1 Samuel 25:1-17

Mort de Samuel

25 Et Samuel mourut, et tout Israël se rassembla et se lamenta sur lui, et on l'enterra dans sa maison, à Rama. Et David se leva et descendit au désert de Paran.

Nabal est ingrat envers David

2 Et il y avait à Maon un homme qui avait ses activités à Carmel1. Et cet homme était très riche, et il avait 3 000 moutons et 1 000 chèvres. Et il était à Carmel pendant qu'on tondait ses moutons.
1 Carmel en Juda ; voir Josué 15:55.

3 Et le nom de l'homme était Nabal et le nom de sa femme, Abigaïl. Et la femme avait du bon sens et était belle de visage1. Mais l'homme était dur et méchant dans ses actes, et il était de la race de Caleb.
1 littéralement : d'apparence.

4 Et David apprit dans le désert que Nabal tondait ses moutons.

5 Et David envoya 10 jeunes hommes et David dit aux jeunes hommes : Montez à Carmel, et allez auprès de Nabal, et saluez-le en mon nom.

6 Et vous [lui] direz ainsi : Longue vie à toi ! Et que la paix soit avec toi, et avec ta maison, et avec tout ce qui t'appartient !

7 Et maintenant, j'ai entendu dire que tu as les tondeurs. Or tes bergers ont été avec nous, et nous ne les avons pas molestés, et rien n'a manqué de ce qui était à eux tous les jours qu'ils ont été à Carmel.

8 Demande-le à tes serviteurs1 et ils t'en informeront. Que les jeunes hommes trouvent donc grâce à tes yeux, car nous sommes venus dans un bon jour. Donne, je te prie, à tes serviteurs et à ton fils David ce que ta main trouvera.
1 ou : jeunes gens ; ici et dans tout le passage.

9 Et les jeunes hommes de David vinrent et parlèrent à Nabal selon toutes ces paroles, au nom de David ; et ils attendirent [la réponse].

10 Et Nabal répondit aux serviteurs de David et il dit : Qui est David ? Et qui est le fils d'Isaï ? Ils sont nombreux aujourd'hui les serviteurs qui se sauvent, chacun de chez son maître.

11 Et je prendrais mon pain, et mon eau, et ma viande que j'ai tuée pour mes tondeurs, et je les donnerais à des hommes dont je ne sais pas d'où ils sont ?

12 Et les jeunes hommes de David rebroussèrent chemin et s'en retournèrent. Et ils vinrent rapporter à David1 toutes ces paroles.
1 littéralement : lui rapporter.

13 Et David dit à ses hommes : Mettez chacun votre épée à la ceinture. Et ils mirent chacun leur épée à la ceinture et David mit aussi son épée à la ceinture. Et environ 400 hommes montèrent à la suite de1 David et 200 restèrent près des bagages.
1 littéralement : derrière.

14 Et un des serviteurs [de Nabal] informa Abigaïl, femme de Nabal, en disant : Voici, David a envoyé du désert des messagers pour bénir notre maître, mais il s'est emporté contre eux.

15 Et les hommes ont été très bons pour nous, et nous n'avons pas été molestés, et il n'a rien manqué de ce qui était à nous, tout le temps où nous avons marché avec eux pendant que nous étions aux champs.

16 Ils ont été une muraille pour nous, de nuit et de jour, tout le temps où nous avons été avec eux pour faire paître le petit bétail.

17 Et maintenant, reconnais et vois ce que tu dois faire, car le malheur est décidé contre notre maître et contre toute sa maison. Et il est trop fils de Bélial pour qu'on parle avec lui.

Samuel meurt et avec lui cessent les prières qu'il faisait monter fidèlement en faveur du peuple (ch. 12 v. 23 1s 12.20-25). Moïse et lui sont deux grands exemples de l'intercession (Jérémie 15:1 jr 15.1). C'est toujours solennel quand Dieu retire un homme ou une femme de prière, quand une voix se tait... après avoir peut-être beaucoup prié pour nous. Toutefois celle du Seigneur ne s'interrompra pas. Il est «toujours vivant pour intercéder pour nous» (Hébreux 7:25 hb 7.23-27).

David, le vrai roi, le sauveur d'Israël, est là au milieu de son peuple comme un berger fidèle. Il a veillé sur les troupeaux du riche Nabal aussi soigneusement que jadis sur ses propres brebis. À présent il envoie ses jeunes gens avec une parole de paix pour la maison de cet homme (verset 6; comparez Luc 10:5 lc 10.1-6). Mais Nabal ne connaît pas David et il le méprise (verset 10). Il ressemble à ces pharisiens qui disaient de Jésus: «Pour celui-ci, nous ne savons pas d'où il est» (Jean 9:29 j 9.26-34). Il rejette à la fois le roi véritable et ses messagers. Et c'est aussi ce que le Seigneur annonçait à Ses disciples: «Celui qui vous écoute, m'écoute; et celui qui vous rejette, me rejette» (Luc 10:16 lc 10.15-16).

En outre, tout comme le riche «insensé» de Luc 12:16 à 20 lc 12.16-21, Nabal s’attribue ce que Dieu a placé entre ses mains: mon pain, mon eau, ma viande, etc…