1 Samuel 21:2-16

1 Samuel 21:2-16

David à Nob auprès d'Akhimélec

2 Et David vint à Nob, auprès d'Akhimélec le sacrificateur. Et Akhimélec trembla de frayeur en rencontrant David et il lui dit : Pourquoi es-tu seul et n'y a-t-il personne avec toi ?

3 Et David dit à Akhimélec le sacrificateur : Le roi m'a ordonné quelque chose1 et m'a dit : Que personne ne sache rien de l'affaire pour laquelle je t'envoie, ni de ce que je t'ai ordonné. Et j'ai indiqué à mes jeunes hommes tel et tel lieu [de rencontre].
1 littéralement : une parole.

4 Et maintenant, qu'as-tu sous la main ? Donne-moi dans la main cinq pains ou ce qui se trouvera.

5 Et le sacrificateur répondit à David et dit : Je n'ai pas de pain ordinaire sous la main, il n'y a que du pain sacré. Si seulement les jeunes hommes se sont gardés des femmes !

6 Et David répondit au sacrificateur et lui dit : Oui, nous avons été privés des femmes, comme toujours quand je pars en campagne1, et les corps2 de mes jeunes hommes sont saints. Et le pain3 est en quelque sorte ordinaire, d'autant plus qu'on en consacre [de nouveau] dans les vases aujourd'hui.
1 littéralement : quand je sors. 2 littéralement : vases. 3 littéralement : lui.

7 Et le sacrificateur lui donna du [pain] sacré1, car il n'y avait pas là d'autre pain que le pain de présentation qui avait été ôté de devant l'Éternel pour remettre du pain chaud le jour où l'on enlevait l'autre.
1 ou : saint.

8 Et il y avait là un homme d'entre les serviteurs de Saül, retenu ce jour-là devant l'Éternel, et son nom était Doëg l'Édomite. Il était le chef1 des bergers de Saül.
1 littéralement : le puissant.

9 Et David dit à Akhimélec : N'as-tu pas ici sous la main une lance ou une épée ? Car je n'ai pris dans ma main ni mon épée ni mes armes, parce que l'affaire du roi était urgente.

10 Et le sacrificateur dit : L'épée de Goliath le Philistin que tu as frappé dans la vallée d'Éla, la voilà, enveloppée dans un manteau derrière l'éphod. Si tu veux la prendre, prends-la, car ici, il n'y en a aucune autre excepté celle-là. Et David dit : Il n'y en a pas de pareille, donne-la-moi !

11 Et David se leva, et s'enfuit ce jour-là loin de Saül, et il alla vers Akish, roi de Gath.

David à Gath auprès d'Akish

12 Et les serviteurs d'Akish lui dirent : N'est-ce pas là David, le roi du pays ? N'est-ce pas au sujet de celui-ci qu'on se répondait dans les danses, en disant : Saül a frappé ses 1 000 et David ses 10 000 ?

13 Et David prit à cœur ces paroles et il eut très peur d'Akish, roi de Gath.

14 Et il changea son comportement devant eux et fit l'insensé entre leurs mains. Il faisait des marques sur les battants de la porte et laissait couler sa salive sur sa barbe.

15 Et Akish dit à ses serviteurs : Voici, vous voyez que cet homme est fou. Pourquoi me l'avez-vous amené ?

16 Est-ce que je manque de fous, moi, pour que vous m'ayez amené celui-ci pour faire le fou devant moi ? Celui-ci entrerait-il dans ma maison ?

La vie errante de David va commencer. Il se rend à Nob auprès d'Akhimélec le sacrificateur. Le Seigneur rappellera cette scène aux Juifs pour leur prouver que tout (y compris la Loi) doit être soumis à leur Messie, dont David était le type (Marc 2:25-26 mc 2.23-28).

Avant d'affronter nos difficultés, avant d'entreprendre quoi que ce soit, allons à Jésus, notre grand Sacrificateur. Demandons Lui, comme David, la nourriture et l'épée. Sa Parole comprise et reçue nous fournira à la fois l'une et l'autre.

Hélas, de la bouche de David nous devons entendre un mensonge (verset 3)! Ensuite, nouveau manquement, il cherche refuge chez les ennemis d'Israël et contrefait le fou devant Akish, prince des Philistins. Triste tableau! N'est-il pas l'oint de l'Éternel, le vainqueur de Goliath, l'image en d’autres temps du Seigneur Jésus? Triste spectacle aussi quand un chrétien oublie qu'il est un représentant de Christ et agit devant le monde comme un insensé!

Mais il est consolant d'apprendre, par le titre du Psaume 34, qu'après son faux pas, David restauré a pu composer par l'Esprit ce merveilleux cantique: «Je bénirai l'Éternel en tout temps...» (Psaume 34:1-2 ps 34.1-4).