1 Samuel 4:12-22

1 Samuel 4:12-22

12 Et un homme de Benjamin accourut de la bataille et vint à Silo ce même jour, ayant ses vêtements déchirés et de la terre sur sa tête.

13 Et quand il arriva, voici, Éli était assis sur un siège, aux aguets, à côté du chemin, car son cœur tremblait pour l'arche de Dieu. Et l'homme entra dans la ville pour annoncer [ce qui était arrivé], et toute la ville poussa des cris.

14 Et Éli entendit le bruit des cris et il dit : « Qu'est-ce que ce bruit de tumulte ? » Et l'homme vint en hâte et informa Éli.

15 Or Éli était âgé de 98 ans, et ses yeux étaient fixes, et il ne pouvait pas voir.

16 Et l'homme dit à Éli : « Je viens de la bataille et je me suis enfui de la bataille aujourd'hui. » Et Éli1 dit : « Qu'est-il arrivé, mon fils ? »
1 littéralement : il.

17 Et celui qui apportait la nouvelle répondit et dit : « Israël a fui devant les Philistins, et même il y a eu une grande défaite du peuple, et même tes deux fils Hophni et Phinées sont morts, et l'arche de Dieu a été prise. »

18 Et il arriva, lorsqu'il mentionna l'arche de Dieu, qu'Éli1 tomba de son siège à la renverse, sur le côté de la porte [de la ville], et il se brisa la nuque, et il mourut. Car c'était un homme âgé et lourd.2 Et il avait jugé Israël [pendant] 40 ans.
1 littéralement : il. 2 date : environ 1120 av. J.-C.

Naissance d'I-Cabod

19 Et sa belle-fille, la femme de Phinées, était enceinte, près d'accoucher. Et elle entendit la nouvelle, que l'arche de Dieu avait été prise et que son beau-père et son mari étaient morts. Et elle se courba et accoucha, car les douleurs l'avaient saisie.

20 Et comme elle allait mourir, alors celles qui se tenaient auprès d'elle [lui] dirent : « Ne crains pas, car tu as donné naissance à un fils ! » Mais elle ne répondit pas et n'y prêta pas attention1.
1 littéralement : ne plaça pas son cœur.

21 Et elle appela le garçon I-Cabod1, en disant : « La gloire s'en est allée d'Israël », parce que l'arche de Dieu avait été prise, et à cause de son beau-père et de son mari.
1 I-Cabod : où est la gloire ? Ou : privé de gloire.

22 Et elle dit : « La gloire s'en est allée d'Israël, car l'arche de Dieu a été prise. »

Les calculs ont été déjoués. La présence de l'arche au milieu du peuple en mauvais état n'a pas empêché le désastre. L'arche est prise (voir Psaume 78:60, 61 ps 78.56-64). Quelle honte pour un régiment quand l'ennemi lui prend son drapeau! À plus forte raison s'il s'agit, comme pour Israël, du trône même de son Dieu. Comment célébrer le jour des expiations (Lévitique 16:14-15 lv 16.11-16) sans le saint propitiatoire où le sang devait être apporté? Mais aussi comment le faire sans les descendants d'Aaron pour accomplir les ordonnances? Car, du même coup, la sacrificature a été frappée à mort. Hophni et Phinées ont été tués tous les deux.

Éli aurait peut-être eu un moyen d'arrêter le jugement divin sur tout Israël. Selon Deutéronome 21:18-21 dt 21.18-21, il devait désigner ses fils au peuple pour être lapidés à cause de leur mauvaise conduite. Il n'en avait pas eu le courage. Or maintenant, non seulement Hophni et Phinées ont péri, mais 34 000 hommes sont morts avec eux. Et l'arche sainte, la gloire d'Israël, s'en est allée. Cette dernière nouvelle est celle qui tue le vieillard. L'arche lui tenait à cœur plus que les siens, et il en est de même pour sa belle-fille. En appelant son fils nouveau-né: I-Cabod (c'est à dire: privé de gloire, ou: la gloire s’en est allée), c'est l'oraison funèbre de son peuple qu'elle prononce.