Juges 16:13-22

Juges 16:13-22

13 Et Delila dit à Samson : Jusqu'ici tu t'es moqué de moi et tu m'as dit des mensonges. Déclare-moi avec quoi tu pourrais être lié. Et il lui dit : Il suffit de tisser1 les 7 tresses de ma tête avec la chaîne du tissu.
1 littéralement : Si tu tissais.

14 Et elle les fixa avec la cheville et lui dit : Les Philistins sont sur toi, Samson ! Et il se réveilla de son sommeil, et arracha la cheville du tissu et la chaîne.

15 Et elle lui dit : Comment dis-tu : Je t'aime — alors que ton cœur n'est pas avec moi ? Tu t'es moqué de moi ces 3 fois et tu ne m'as pas déclaré en quoi [consiste] ta grande force.

16 Et il arriva, comme elle le tourmentait par ses paroles tous les jours et le harcelait, que son âme perdit patience au point de désirer la mort.

17 Et il lui déclara tout [ce qui était dans] son cœur et lui dit : Le rasoir n'est jamais passé sur ma tête, car je suis naziréen de Dieu dès le ventre de ma mère. Si j'étais rasé, ma force s'en irait de moi, et je deviendrais faible, et je serais comme tous les hommes.

18 Et Delila vit qu'il lui avait déclaré tout [ce qui était dans] son cœur. Et elle envoya appeler les princes des Philistins, en disant : Montez cette fois, car il m'a déclaré tout [ce qui est dans] son cœur. Et les princes des Philistins montèrent vers elle et apportèrent l'argent dans leur main.

19 Et elle l'endormit sur ses genoux, et appela un homme, et rasa les 7 tresses de sa tête. Et elle commença à l'humilier et sa force se retira de lui.

20 Et elle dit : Les Philistins sont sur toi, Samson ! Et il se réveilla de son sommeil et se dit : Je m'en irai comme les autres fois et je me dégagerai. Or il ne savait pas que l'Éternel s'était retiré de lui.

21 Et les Philistins le saisirent, et lui crevèrent les yeux, et le firent descendre à Gaza, et le lièrent avec 2 chaînes1 de bronze. Et il tournait la meule dans la maison des prisonniers.
1 ou : des chaînes.

22 Mais les cheveux de sa tête commencèrent à repousser, depuis le moment où ils avaient été coupés.

Il y avait des secrets dans la vie de Samson: Son énigme au chapitre 14, et ici son naziréat. Il n'a su garder ni l'un ni l'autre. Le racheté a ses propres secrets avec son Sauveur: telles expériences faites avec Lui dont il ne pourra peut-être parler à personne. Naturellement, notre conversion est une chose qui doit se savoir. En revanche nous ne pouvons pas toujours expliquer à autrui pourquoi nous faisons ou ne faisons pas telle ou telle chose (Dan. 3:16 dn 3.15-18). Ce motif, c'est notre mise à part pour Dieu, notre «naziréat» dont dépend notre force spirituelle. «Séparés de moi, vous ne pouvez rien faire» a dit le Seigneur Jésus (Jean 15:5 j 15.1-8). Alors si le monde arrive à découvrir en quoi consiste notre séparation, il saura aussi nous la faire perdre.

Séduisante, Délila, jour après jour, harcèle le pauvre Samson. Et celui-ci, tourmenté, ennuyé «jusqu'à la mort», finit par céder. «Elle l'endormit», est-il ajouté. Fatal sommeil! «Ne dormons pas comme les autres, mais veillons et soyons sobres», recommande l'apôtre (1 Thessaloniciens 5:6 1th 5.4-10).

Vainqueur d'un lion, l'homme fort à deux reprises n'a pas su garder sa langue (ch. 14 v. 17 jg 14.16-17 et ch. 16 v. 17). «Toute espèce de bêtes sauvages... a été domptée par l'espèce humaine — déclare Jacques — mais pour la langue, aucun homme ne peut la dompter» (ch. 3 v. 7, 8 jq 3.7-10). Pour y parvenir, il faut le secours de Dieu et Il ne l'accorde qu'à ceux qui Lui obéissent (1 Jean 3:22 1j 3.21-22).