Juges 14:14-20; 15:1-8

Juges 14:14-20; 15:1-8

14 Et il leur dit : « De celui qui mange est sorti ce qui se mange et du fort est sortie la douceur. » Et pendant 3 jours ils ne furent pas capable d'expliquer l'énigme.

15 Or il arriva, le 7e jour, qu'ils dirent à la femme de Samson : « Persuade ton mari, afin qu'il nous explique l'énigme, de peur que nous ne te brûlions au feu, toi et la maison de ton père. C'est pour nous déposséder que vous nous avez appelés, n'est-ce pas ? »

16 Et la femme de Samson pleura auprès de lui et elle dit : « Tu n'as pour moi que de la haine et tu ne m'aimes pas. Tu as proposé une énigme aux fils de mon peuple et tu ne me l'as pas expliquée. » Et il lui dit : « Voici, je ne l'ai expliquée ni à mon père ni à ma mère, et c'est à toi que je l'expliquerais ? »

17 Et elle pleura auprès de lui pendant les 7 jours que dura leur festin. Et il arriva, le 7e jour, qu'il la lui expliqua, parce qu'elle le tourmentait. Et elle expliqua l'énigme aux fils de son peuple.

18 Alors le 7e jour, avant que le soleil ne soit couché, les hommes de la ville lui dirent : « Qu'y a-t-il de plus doux que le miel et qu'y a-t-il de plus fort que le lion ? » Et il leur dit : « Si vous n'aviez pas labouré avec ma génisse, vous n'auriez pas trouvé mon énigme. »

19 Et l'Esprit de l'Éternel le saisit, et il descendit à Askalon, et y tua1 30 hommes. Et il prit leurs affaires et donna les vêtements de rechange à ceux qui avaient expliqué l'énigme. Mais sa colère s'enflamma et il remonta à la maison de son père.
1 littéralement : frappa.

20 Alors la femme de Samson fut [donnée] à son compagnon dont il avait fait son ami.

Vengeance de Samson contre les Philistins

15 Et il arriva, quelque temps après, pendant les jours de la moisson des blés, que Samson alla visiter sa femme avec un chevreau. Et il dit : « Je veux entrer chez ma femme dans la chambre. » Mais le père de sa femme1 ne lui permit pas d'entrer.
1 littéralement : d'elle.

2 Et son père dit : « J'ai pensé que tu l'avais en haine et je l'ai donnée à ton compagnon. Sa jeune sœur n'est-elle pas plus belle qu'elle ? Prends-la à sa place, je te prie. »

3 Et Samson leur dit : « Cette fois je suis quitte envers les1 Philistins si je leur fais du mal. »
1 ou : plus innocent que les.

4 Alors Samson s'en alla et attrapa 300 chacals. Puis il prit des torches, et tourna [les chacals] queue contre queue, et mit une torche entre les 2 queues, au milieu.

5 Et il mit le feu aux torches et lâcha [les chacals] dans les champs de blé des Philistins. Et il brûla aussi bien les tas de gerbes que le blé sur pied, et même les plantations d'oliviers.

6 Et les Philistins dirent : « Qui a fait cela ? » Et l'on dit : « [C'est] Samson, le gendre du Thimnite, parce qu'il lui a pris sa femme et l'a donnée à son compagnon. » Et les Philistins montèrent et brûlèrent au feu la femme1 et son père.
1 littéralement : elle.

7 Et Samson leur dit : « Si c'est ainsi que vous faites, alors certes je me vengerai de vous, et après je cesserai. »

8 Et il les frappa d'un grand coup, à leur casser bras et jambes. Et il descendit et habita dans la caverne du rocher d'Étam.

Les victoires du croyant, au lieu de le fatiguer et de l'affaiblir, lui procurent au contraire nourriture et douceur. Voilà ce que signifie le miel trouvé dans la carcasse du lion. Mais c’est un secret que le monde ne peut pas comprendre car ses propres joies, il les trouve plutôt dans les fêtes (v. 10 jg 14.10). Pour l'homme inconverti il y a là un mystère: Comment un chrétien peut-il trouver ses plaisirs et la nourriture de son âme là où lui-même ne discerne que la terreur et la mort (le pouvoir de Satan annulé par la mort de Christ — Hébreux 2:14 hb 2.14-15)? Samson pose son énigme aux Philistins et, sans la trahison de sa femme, ceux-ci n'auraient pu l'expliquer. Un peu plus tard, c'est son beau-père qui le trahit (ch. 15 v. 2). Le monde est toujours trompeur, toujours décevant. S'il nous arrive comme à Samson de lui faire confiance, ou de nous mêler à ses joies, nous connaîtrons d'amères déceptions.

Dieu garde Son serviteur en lui évitant ce mariage avec une Philistine. Mais tout le souci et le tourment qu'il s'attire lui auraient été évités s'il avait écouté ses parents. Et Dieu n'aurait pas manqué de lui fournir une autre «occasion contre les Philistins».