Juges 7:9-25

Juges 7:9-25

9 Et il arriva, cette nuit-là, que l'Éternel lui dit : Lève-toi, descends au camp, car je l'ai livré entre tes mains.

10 Et si tu crains d'y descendre, descends vers le camp, toi et Pura, ton serviteur1.
1 littéralement : jeune homme.

11 Et tu entendras ce qu'ils diront, et ensuite tes mains seront fortifiées, et tu descendras au camp. Et il descendit, lui et Pura son serviteur1, aux avant-postes2 des hommes armés qui étaient dans le camp.
1 littéralement : jeune homme. 2 littéralement : à l'extrémité.

12 Et Madian, et Amalek, et tous les fils de l'Orient s'étendaient dans la vallée, nombreux comme des sauterelles. Et leurs chameaux étaient sans nombre, en multitude comme le sable qui est sur le bord de la mer.

13 Et Gédéon arriva et voici, un homme racontait un rêve à son compagnon, et il disait : Voici, j'ai fait un rêve et voici, un gâteau de pain d'orge roulait dans le camp de Madian, et il arriva jusqu'à la tente, et il la heurta et elle tomba. Et il la retourna sens dessus dessous et la tente était là renversée.

14 Et son compagnon répondit et dit : Ce n'est pas autre chose que l'épée de Gédéon, fils de Joas, homme d'Israël. Dieu a livré Madian et tout le camp entre ses mains.

15 Et il arriva, lorsque Gédéon entendit le récit du rêve et son interprétation, qu'il se prosterna. Et il retourna au camp d'Israël et dit : Levez-vous, car l'Éternel a livré le camp de Madian entre vos mains.

16 Et il divisa les 300 hommes en 3 troupes, et il mit des trompettes dans les mains d'eux tous, et des cruches vides, et des torches dans les cruches.

17 Et il leur dit : Regardez-moi faire et faites de même. Et voici, quand j'arriverai à l'extrémité du camp, alors ce que je ferai, vous le ferez de même.

18 Et [quand] je sonnerai de la trompette, moi et tous ceux qui sont avec moi, alors vous aussi, vous sonnerez des trompettes autour de tout le camp et vous direz : Pour l'Éternel et pour Gédéon !

19 Et Gédéon et les 100 hommes qui étaient avec lui arrivèrent à l'extrémité du camp, au commencement de la veille du milieu [de la nuit]. On venait seulement de placer les gardes. Et ils sonnèrent des trompettes et brisèrent les cruches qu'ils avaient à la main.

20 Et les 3 troupes sonnèrent des trompettes et brisèrent les cruches. Ils tenaient dans leur main gauche les torches, et dans leur main droite les trompettes pour sonner, et ils criaient : L'épée de l'Éternel et de Gédéon !

21 Et ils se tenaient chacun à sa place autour du camp. Et tout le camp se mit à courir, et à pousser des cris, et à fuir.

22 Et les 300 hommes sonnaient des trompettes, et l'Éternel tourna l'épée de chacun contre son compagnon, dans tout le camp. Et le camp s'enfuit jusqu'à Beth-Sitta, vers Tseréra, jusqu'au bord d'Abel-Mehola, près de Tabbath
.

23 Et les hommes d'Israël se rassemblèrent, de Nephthali, et d'Aser, et de tout Manassé, et ils poursuivirent Madian.

24 Et Gédéon envoya des messagers dans toute la montagne d'Éphraïm, pour dire : Descendez à la rencontre de Madian, et coupez-leur le passage des eaux jusqu'à Beth-Bara, et le Jourdain ! Et tous les hommes d'Éphraïm se rassemblèrent et s'emparèrent des eaux jusqu'à Beth-Bara, et du Jourdain.

25 Et ils prirent les deux princes de Madian, Oreb et Zeëb, et ils tuèrent Oreb au rocher d'Oreb et ils tuèrent Zeëb au pressoir de Zeëb. Et ils poursuivirent Madian, et apportèrent les têtes d'Oreb et de Zeëb à Gédéon, de l'autre côté du Jourdain.

Un dernier encouragement pour Gédéon: le rêve du Madianite expliqué par son compagnon. Une dernière leçon en même temps: il n'a pas plus de valeur qu'un pauvre pain d'orge. Alors le combat peut commencer. Dans la nuit, les trois petites troupes se disposent tout autour du camp ennemi, chacun à sa place. Observons bien quelles sont les armes de ces étranges soldats: un flambeau allumé à l'intérieur d'une cruche. Dans l'autre main une trompette, comme à Jéricho. Pas d'épée ni de lance; c'est l'Éternel qui combat. «Afin que l'excellence de la puissance soit de Dieu et non pas de nous», explique 2 Corinthiens 4:6-7 2cr 4.6-10. Le même passage compare les croyants à des vases d'argile dont la volonté doit être brisée, pour que le trésor resplendissant (Christ en eux) puisse rayonner au dehors.

À la sonnerie éclatante des clairons dans la nuit, aux lueurs fantastiques au flanc de la montagne, tout le camp soudain s'éveille épouvanté. Pris de panique, les hommes s'entretuent, fuient où ils peuvent. Et la poursuite commence, d'autres Israélites se joignant aux 300.

L'histoire d'Israël enregistre cette page glorieuse (Psaume 83:12 ps 83.12-14). Le rocher d'Oreb avec le pressoir de Zeëb rappelleront aux générations à venir la délivrance de l'Éternel.