Juges 7:1-8

Juges 7:1-8

Victoire de Gédéon sur les Madianites

7 Et Jerubbaal, qui est Gédéon, se leva de bonne heure, et tout le peuple qui était avec lui, et ils dressèrent leur camp près de la source de Harod. Et il avait le camp de Madian au nord, du côté de la colline de Moré, dans la vallée.

2 Et l'Éternel dit à Gédéon : Le peuple qui est avec toi est trop nombreux pour que je livre Madian entre ses mains, de peur qu'Israël ne se glorifie contre moi, en disant : Ma main m'a sauvé.

3 Et maintenant, crie donc aux oreilles du peuple, en disant : Que celui qui est peureux et qui tremble s'en retourne et s'éloigne de la montagne de Galaad. Et 22 000 [hommes] du peuple s'en retournèrent et il en resta 10 000.

4 Et l'Éternel dit à Gédéon : Le peuple est encore [trop] nombreux. Fais-les descendre vers l'eau et là je les épurerai pour toi. Et il arrivera que celui dont je te dirai : Celui-ci ira avec toi — celui-là ira avec toi ; et que tous ceux dont je te dirai : Celui-ci n'ira pas avec toi — celui-là n'ira pas.

5 Et il fit descendre le peuple vers l'eau. Et l'Éternel dit à Gédéon : Celui qui lapera l'eau avec sa langue, comme lape le chien, tu le mettras à part, et [de même] tous ceux qui se mettront à genoux pour boire.

6 Et le nombre de ceux qui lapèrent dans leur main [en la portant] à leur bouche fut de 300 hommes. Et tout le reste du peuple se mit à genoux pour boire l'eau.

7 Et l'Éternel dit à Gédéon : Par les 300 hommes qui ont lapé [l'eau], je vous sauverai et je livrerai Madian entre tes mains. Mais que tout le peuple s'en aille, chacun dans son lieu.

8 Et les 300 hommes1 prirent dans leurs mains les vivres du peuple et ses trompettes. Et Gédéon1 renvoya tous les hommes d'Israël, chacun à sa tente, et il retint les 300 hommes. Or le camp de Madian était au-dessous de lui, dans la vallée.
1 littéralement : ils. 2 littéralement : il.

À côté des multitudes de Madian, d'Amalek et de «tous les fils de l'Orient», la petite armée de 32 000 Israélites faisait déjà maigre figure. On peut donc imaginer la perplexité dans laquelle Gédéon dut être plongé quand l'Éternel lui dit par deux fois: «Le peuple est trop nombreux» (versets 2, 4). Mais il ne faut pas que celui-ci puisse s'attribuer par la suite l'honneur de la victoire. Un premier tri se fait: ceux qui manquent de courage s'en retournent, selon Deutéronome 20:8 dt 20.5-9. 10 000 restent, que le test de l’eau va encore départager. Les uns se mettent à leur aise pour boire, les autres, à la hâte, lapent l'eau dans leur main. Ces derniers, au nombre de 300 seulement, sont propres au combat. Ils savent faire passer la recherche de leurs aises après le but qu'ils poursuivent. Leçon pour nous dont le but est céleste! «Si quelqu'un veut venir à ma suite — avertit le Seigneur Jésus — qu'il renonce à lui-même» (Luc 9:23 lc 9.22-26). N'est-Il pas digne de tout renoncement? Lui aussi a bu «du torrent sur le chemin» (Psaume 110:7 ps 110.5-7), trouvant ici ou là quelque rafraîchissement pour son cœur, mais sans perdre un instant de vue le but qu'il poursuivait: le triomphe de la croix et la gloire de Dieu Son Père (Luc 9:51 lc 9.51-56 et 12:50 lc 12.42-53).