Josué 24:16-33

Josué 24:16-33

16 Et le peuple répondit et dit : Loin de nous que nous abandonnions l'Éternel pour servir d'autres dieux !

17 Car l'Éternel notre Dieu, c'est lui qui nous a fait monter, nous et nos pères, du pays d'Égypte, de la maison d'esclavage1, et qui a fait devant nos yeux ces grands signes, et qui nous a gardés dans tout le chemin par lequel nous avons marché, et parmi tous les peuples au milieu desquels nous sommes passés.
1 littéralement : maison des esclaves.

18 Et l'Éternel a chassé devant nous tous les peuples, et l'Amoréen qui habitait dans le pays. Nous aussi, nous servirons l'Éternel, car c'est lui qui est notre Dieu !

19 Et Josué dit au peuple : Vous ne pourrez pas servir l'Éternel car il est un Dieu saint, il est un °Dieu1 jaloux. Il ne pardonnera pas votre transgression et vos péchés.
1 hébreu : El.

20 Si vous abandonnez l'Éternel et si vous servez des dieux étrangers1, alors il se retournera [contre vous], et vous fera du mal, et vous exterminera après vous avoir fait du bien.
1 ou : les dieux des étrangers.

21 Et le peuple dit à Josué : Non, car nous servirons l'Éternel !

22 Et Josué dit au peuple : Vous êtes témoins contre vous-mêmes que c'est vous qui avez choisi vous-même l'Éternel pour le servir. Et ils dirent : [Nous en sommes] témoins !

23 Et maintenant, ôtez les dieux étrangers1 qui sont au milieu de vous et inclinez votre cœur vers l'Éternel, le Dieu d'Israël !
1 ou : les dieux des étrangers.

24 Et le peuple dit à Josué : Nous servirons l'Éternel notre Dieu et nous écouterons sa voix !

25 Et Josué fit ce jour-là une alliance avec le peuple, et il lui donna un statut et une ordonnance1 à Sichem.
1 ou : un droit.

26 Et Josué écrivit ces paroles dans le livre de la loi de Dieu. Et il prit une grande pierre et la dressa là sous le chêne qui était dans le sanctuaire de l'Éternel.

27 Et Josué dit à tout le peuple : Voici, cette pierre sera témoin contre nous, car elle a entendu toutes les paroles de l'Éternel qu'il nous a dites. Et elle sera témoin contre vous, de peur que vous ne reniiez votre Dieu.

28 Alors Josué renvoya le peuple, chacun à son héritage.

Mort de Josué – Les os de Joseph – Mort d'Éléazar

29 Et il arriva, après ces choses, que Josué, fils de Nun, serviteur de l'Éternel, mourut âgé de 110 ans.

30 Et on l'enterra dans le territoire de son héritage, à Thimnath-Sérakh, qui est dans la montagne d'Éphraïm, au nord de la montagne de Gaash.

31 Et Israël servit l'Éternel tous les jours de Josué, et tous les jours des anciens dont les jours se prolongèrent après Josué, et qui avaient connu toute l'œuvre de l'Éternel, [celle] qu'il avait faite pour Israël.

32 Et on enterra à Sichem les os de Joseph, que les fils d'Israël avaient transportés d'Égypte, dans la parcelle de champ que Jacob avait achetée des fils de Hamor, père de Sichem, pour 100 kesitas1, et qui devint l'héritage des fils de Joseph.
1 kesita : poids d'or ou d'argent dont on ignore la valeur.

33 Et Éléazar, fils d'Aaron, mourut et on l'enterra sur la colline de Phinées son fils. Elle lui avait été donnée dans la montagne d'Éphraïm.1
1 date : environ 1427 av. J.-C.

À l'exhortation de Josué, à l'exemple qu'il donne personnellement, Israël répond par une prompte profession de foi. Il s'engage à servir l'Éternel. Mais les bonnes intentions ne suffisent pas. Et le v. 16 montre leur aveuglement, car les dieux étrangers sont toujours là, (v. 23) en sorte que Josué est obligé de leur dire tant qu'il en est ainsi: «vous ne pourrez pas servir l'Éternel» (v. 19). «Aucun serviteur ne peut servir deux maîtres», confirme le Seigneur (Luc 16:13 lc 16.9-13).

Les bonnes dispositions d'Israël dureront tant qu'il aura de pieux conducteurs: Josué, Eléazar, Phinées... (comp. 2 Chron. 24:2 2ch 24.1-4). C'est l'occasion de nous interroger une fois encore: Sommes-nous attachés à Christ par une foi vivante et personnelle? Ou bien nous sommes-nous contentés jusqu'ici de suivre par entraînement et imitation ceux qui nous ont enseignés? Dans ce cas, que ferons-nous quand ils nous auront quittés?

Josué termine sa course. Fidèle conducteur, il a marché dans le désert la marche de la foi. Il a combattu ensuite le combat de la foi. Nous avons reconnu en lui quelques traits du grand Conducteur, du Vainqueur du monde, du Chef de la foi, de celui qui l'accomplit pleinement. Demandons à Dieu qu'il nous apprenne, dans la marche comme dans le combat, à fixer les yeux sur Jésus (Héb. 12:2 hb 12.1-3).