Josué 22:21-34

Josué 22:21-34

21 Et les fils de Ruben, et les fils de Gad, et la demi-tribu de Manassé, répondirent et dirent aux chefs des milliers d'Israël :

22 Le °Dieu des dieux, l'Éternel, le °Dieu des dieux, l'Éternel, lui le sait, et Israël, lui le saura ! Si c'est par révolte et si c'est par infidélité contre l'Éternel, qu'il ne nous sauve pas en ce jour !

23 Si nous nous sommes bâti un autel pour nous détourner de1 l'Éternel, si c'est pour y offrir des holocaustes et des offrandes de gâteaux, et si c'est pour y faire des sacrifices de prospérités, que l'Éternel lui-même [nous] en demande compte !
1 littéralement : d'après.

24 Mais c'est plutôt par crainte de cette chose que nous avons fait cela, en disant : Dans l'avenir vos fils parleront à nos fils, en disant : Qu'y a-t-il de commun entre vous et l'Éternel, le Dieu d'Israël ?

25 L'Éternel a mis une frontière, le Jourdain entre nous et vous, fils de Ruben et fils de Gad ; vous n'avez aucune part à l'Éternel. Et ainsi, vos fils feraient que nos fils cesseraient de craindre l'Éternel.

26 Et nous avons dit : Mettons-nous donc [à l'œuvre] pour bâtir un autel, non pour des holocaustes ni pour des sacrifices,

27 mais comme témoin entre nous et vous, et entre nos générations après nous, afin de faire le service de l'Éternel devant lui par nos holocaustes, et par nos sacrifices, et par nos sacrifices de prospérités. [C'est] afin que vos fils ne disent pas dans l'avenir à nos fils : Vous n'avez aucune part à l'Éternel.

28 Et nous avons dit : S'il arrive qu'ils nous disent cela, à nous et à nos générations dans l'avenir, alors nous [leur] dirons : Voyez la forme de l'autel de l'Éternel que nos pères ont fait, non pour des holocaustes ni pour des sacrifices, mais comme témoin1 entre nous et vous.
1 hébreu : hed.

29 Loin de nous que nous nous révoltions contre l'Éternel et que nous nous détournions aujourd'hui de1 l'Éternel en bâtissant un autel pour des holocaustes, pour des offrandes de gâteaux et pour des sacrifices, en plus de l'autel de l'Éternel notre Dieu, qui est devant son tabernacle.
1 littéralement : d'après.

30 Et quand Phinées le sacrificateur, et les princes de la communauté, et les chefs des milliers d'Israël qui étaient avec lui, entendirent les paroles que prononcèrent les fils de Ruben, et les fils de Gad, et les fils de Manassé, alors la chose fut bonne à leurs yeux.

31 Et Phinées, fils d'Éléazar le sacrificateur, dit au fils de Ruben, et aux fils de Gad, et aux fils de Manassé : Nous reconnaissons aujourd'hui que l'Éternel est au milieu de nous, en ce que vous n'avez pas commis cet acte d'infidélité contre l'Éternel. Maintenant, vous avez sauvé les fils d'Israël de la main de l'Éternel.

32 Et Phinées, fils d'Éléazar le sacrificateur, et les princes s'en retournèrent d'auprès des fils de Ruben et d'auprès des fils de Gad, du pays de Galaad vers le pays de Canaan, vers les fils d'Israël, et ils leur rapportèrent la chose.

33 Et la chose fut bonne aux yeux des fils d'Israël. Et les fils d'Israël bénirent Dieu et ne pensèrent plus à monter en bataille contre eux pour détruire le pays où habitaient les fils de Ruben et les fils de Gad.

34 Et les fils de Ruben et les fils de Gad donnèrent un nom à l'autel, car, [dirent-ils], il est témoin1 entre nous que l'Éternel est Dieu.
1 hébreu : hed.

Les fils de Ruben, de Gad et de Manassé s'expliquent sur leurs intentions, et leur sincérité est reconnue par leurs frères. Mais à quoi bon cet autel imposant? N'y avait-il pas déjà près du Jourdain un monument autrement représentatif: le monceau de douze pierres, symbole de l'unité du peuple dans sa position céleste (ch. 4 js 4.1-9)? Mais précisément les deux tribus et demie ont perdu (comme tant de chrétiens) la pleine jouissance de leurs privilèges. Dans la chrétienté ont été édifiés beaucoup «d'autels» qui ont grande apparence. Échafaudés par l'imagination des hommes, au lieu de témoigner de l'unité de l'Église, ils proclament plutôt son morcellement. Et la légitime indignation des neuf tribus et demie nous montre combien nous avons à prendre au sérieux la division du peuple de Dieu. Ériger et mettre en avant de grands principes, même s'ils sont conformes à l'Écriture, ne saurait remplacer la réalité de la jouissance du «pays». Le croyant qui a fait l'expérience de celle-ci n'est pas toujours en mesure de donner aux autres beaucoup d'explications. Mais il peut les inviter: «Venez et voyez» (Jean 1:39, 40, 47 j 1.37-47). «... si vous avez goûté que le Seigneur est bon — dit l'apôtre Pierre — duquel vous approchant... vous êtes édifiés une maison spirituelle...» (lire 1 Pier. 2:3-5 1p 2.1-5).