Josué 8:24-35

Josué 8:24-35

24 Et lorsque Israël eut achevé de tuer tous les habitants d'Aï dans la campagne, dans le désert où ils les avaient poursuivis, et que tous furent tombés sous le tranchant de l'épée, jusqu'à leur extermination, alors il arriva que tout Israël revint vers Aï et ils la frappèrent par le tranchant de l'épée.

25 Et il arriva que tous ceux qui tombèrent ce jour-là, hommes ou femmes, furent [au nombre de] 12 000, tous les habitants d'Aï.

26 Et Josué ne retira pas sa main qu'il avait étendue avec le javelot, jusqu'à ce qu'on ait entièrement détruit tous les habitants d'Aï.

27 Cependant, Israël pilla pour lui les bêtes et le butin de cette ville-là, selon la parole que l'Éternel avait prescrite à Josué.

28 Et Josué brûla Aï et en fit pour toujours un monceau de ruines jusqu'à ce jour.

29 Et il pendit le roi d'Aï à un arbre, jusqu'au temps du soir. Et comme le soleil se couchait, Josué donna des ordres, et l'on descendit de l'arbre son cadavre, et on le jeta à l'entrée de la porte de la ville, et l'on éleva sur lui un grand monceau de pierres, [qui est resté] jusqu'à ce jour.

Construction d'un autel sur le mont Ébal et lecture de la Loi

30 Alors Josué bâtit un autel à l'Éternel, le Dieu d'Israël, sur le mont Ébal,

31 comme Moïse, serviteur de l'Éternel, l'avait ordonné aux fils d'Israël — comme il est écrit dans le livre de la loi de Moïse — un autel de pierres brutes, sur lesquelles on n'avait pas passé le fer. Et ils offrirent dessus des holocaustes à l'Éternel et offrirent1 des sacrifices de prospérités.
1 littéralement : sacrifièrent.

32 Et il écrivit là, sur les pierres, une copie de la loi de Moïse, qu'il avait écrite devant les fils d'Israël.

33 Et tout Israël, et ses anciens, et ses magistrats, et ses juges, se tenaient des deux côtés de l'arche, devant les sacrificateurs, les Lévites, qui portaient l'arche de l'alliance de l'Éternel. Aussi bien l'étranger que l'Israélite de naissance1 [étaient là], une moitié du côté du mont Garizim, et l'autre moitié du côté du mont Ébal, selon l'ordre que Moïse, serviteur de l'Éternel, avait donné au début, pour bénir le peuple d'Israël.
1 littéralement : l'autochtone.

34 Et après cela, Josué1 lut toutes les paroles de la Loi, la bénédiction et la malédiction, selon tout ce qui est écrit dans le livre de la Loi.
1 littéralement : il.

35 Il n'y eut pas une parole de tout ce que Moïse avait ordonné, que Josué n'ait lue devant toute l'assemblée d'Israël, et les femmes, et les enfants, et l'étranger marchant au milieu d'eux.

Aï est conquise puis brûlée, ses habitants massacrés, son roi pendu, son butin préservé au profit du peuple «selon la parole que l'Éternel avait commandée» (v. 27). Ayant payé chèrement le prix de la propre volonté, Josué et Israël se conforment cette fois strictement aux instructions divines. Deut. 21:22, 23 dt 21.22-23 défendait de laisser le cadavre d'un pendu sur le bois pendant la nuit et Josué obéit aussi (v. 29), preuve qu'il considère déjà la terre comme à eux. Appliquons-nous à justifier le plus possible notre comportement par l'Écriture. Quelle force aurait notre témoignage si nous pouvions répondre à toute question, concernant notre conduite, notre tenue; c'est ce que le Seigneur demande, me demande, dans sa Parole. Contemplons Jésus sur la croix. À l'ultime instant de sa vie d'homme obéissant, il dit encore «afin que l'Écriture soit accomplie: J'ai soif» (Jean 19:28 j 19.25-30).

La scène qui suit (v. 30 à 35) répond, elle aussi, aux instructions du Deutéronome (Deut. 11:29 dt 11.26-32; 27:11... dt 27.11-19). Hommes, femmes, enfants, tout le peuple est réuni, y compris l'étranger (donc Rahab s'y trouve probablement) au lieu désigné pour y écouter la Loi. Et le centre de ce rassemblement, c'est l'arche sainte, type de Christ. L'adoration et la joie s'expriment par les holocaustes et sacrifices offerts.