Josué 4:9-24

Josué 4:9-24

Les douze pierres dans le Jourdain

9 Et Josué dressa douze pierres au milieu du Jourdain à la place où s'étaient tenus les pieds des sacrificateurs qui portaient l'arche de l'alliance. Et elles sont là jusqu'à ce jour.

10 Et les sacrificateurs qui portaient l'arche s'arrêtèrent au milieu du Jourdain jusqu'à ce que soit exécutée toute la parole que l'Éternel avait commandé à Josué de dire au peuple, selon tout ce que Moïse avait ordonné à Josué. Et le peuple se hâta de passer.

11 Et quand tout le peuple eut achevé de passer, il arriva que l'arche de l'Éternel et les sacrificateurs passèrent devant le peuple.

Les hommes armés des deux tribus et demie passent le Jourdain

12 Et les fils de Ruben, et les fils de Gad, et la moitié de la tribu de Manassé passèrent armés1 devant les fils d'Israël, comme le leur avait dit Moïse.
1 ou : en ordre de bataille (ici et en 1:14) ; voir Exode 13:18.

13 Environ 40 000 hommes équipés pour la guerre passèrent devant l'Éternel pour le combat, dans les plaines de Jéricho.

Josué est élevé aux yeux de tout Israël

14 En ce jour-là, l'Éternel éleva Josué aux yeux de tout Israël et ils le craignirent comme ils avaient craint Moïse, tous les jours de sa vie.

15 Et l'Éternel parla à Josué, en disant :

16 Ordonne aux sacrificateurs qui portent l'arche du témoignage de remonter du Jourdain.

17 Et Josué donna cet ordre aux sacrificateurs, en disant : Montez hors du Jourdain !

18 Et il arriva, lorsque les sacrificateurs qui portaient l'arche de l'alliance de l'Éternel montèrent du milieu du Jourdain — dès que les plantes des pieds des sacrificateurs se retirèrent sur la terre sèche — que les eaux du Jourdain retournèrent à leur place et coulèrent comme auparavant1, par-dessus tous ses bords.
1 littéralement : comme hier, avant-hier.

Le peuple dresse son camp à Guilgal

19 Et le peuple monta hors du Jourdain, le dixième [jour] du premier mois, et ils dressèrent leur camp à Guilgal, à l'extrémité est de Jéricho.

20 Et ces douze pierres qu'ils avaient prises du Jourdain, Josué les dressa à Guilgal.

21 Et il parla aux fils d'Israël, en disant : Lorsqu'à l'avenir, vos fils interrogeront leurs pères, en disant : Que sont ces pierres ?

22 — vous instruirez vos fils, en disant : Israël a passé ce Jourdain à pied sec,

23 parce que l'Éternel votre Dieu assécha les eaux du Jourdain devant vous jusqu'à ce que vous soyez passés, comme l'Éternel votre Dieu a fait à la mer Rouge qu'il mit à sec devant nous jusqu'à ce que nous soyons passés.

24 [C'est] afin que tous les peuples de la terre connaissent la main de l'Éternel, qu'elle est forte, afin que vous craigniez tous les jours l'Éternel votre Dieu.

Sur l'ordre de l'Éternel, Josué a fait retirer douze pierres du fond du lit du fleuve pour en faire un monument à Guilgal (v. 20). Dans le Jourdain, il en dresse douze autres que les eaux vont recouvrir (v. 9). «Que signifient pour nous ces pierres?» (v. 6 js 4.5-9). L'épître aux Romains traduit leur langage. Elles représentent les croyants identifiés avec Christ dans sa mort (au fond du fleuve) ainsi que dans sa résurrection (sur la rive du pays — Rom. 6:5 rm 6.3-11).

Et l'unité du peuple est proclamée par ces douze pierres (douze tribus) qui constituent ensemble un seul monument. Car cette œuvre puissante a été accomplie en faveur de tous les rachetés, même si beaucoup n'en ont pas conscience. Le double mémorial l'atteste pour toujours.

Ainsi la croix m'a valu trois grandes délivrances qu'illustrent la Pâque, la mer Rouge et le Jourdain:

  • La Pâque m'apprend que je suis délivré du jugement de Dieu.
  • La mer Rouge m'enseigne que je suis libéré de mes ennemis extérieurs: Satan et le monde.
  • Le Jourdain enfin m'annonce que j'ai le droit de tenir pour morte la chair, ce tyrannique ennemi intérieur.

Les deux premières vérités sont saisies au moment de la nouvelle naissance. La troisième correspond à ce qu'on appelle l'affranchissement.