Deutéronome 32:34-52

Deutéronome 32:34-52

34 Cela n'est-il pas caché par-devers moi, scellé dans mes trésors ?

35 À moi la vengeance et la punition, au temps où leur pied trébuchera ! Car le jour de leur calamité est proche et ce qui leur est préparé se précipite.

36 Car l'Éternel jugera son peuple et se repentira en faveur de ses serviteurs, quand il verra que la force1 s'en est allée et qu'il n'y a plus personne, esclave ou homme libre.
1 littéralement : main.

37 Et il dira : Où sont leurs dieux, le rocher en qui ils mettaient leur confiance,

38 Ceux qui mangeaient la graisse de leurs sacrifices [et] buvaient le vin de leurs libations ? Qu'ils se lèvent et qu'ils vous secourent, qu'ils soient une protection pour vous !

39 Voyez maintenant que c'est moi, moi, le Même1, et il n'y a pas de dieu à côté de moi. Moi, je fais mourir et moi, je fais vivre ; moi, je blesse et moi, je guéris, et il n'y a personne qui délivre de ma main.
1 moi, le Même, ou : Je suis Celui [que je suis] ; cette expression devient un vrai nom de Dieu.

40 Car je lève ma main vers les cieux et je dis : Je vis éternellement !

41 Si j'aiguise l'éclair de mon épée et que ma main saisisse le jugement, je rendrai la vengeance à mes adversaires et je punirai ceux qui me haïssent.

42 J'enivrerai mes flèches de sang et mon épée dévorera de la chair. [Je les enivrerai] du sang des tués et des déportés, de la tête des chefs1 de l'ennemi.
1 selon d'autres : tête chevelue.

43 Réjouissez-vous, nations, [avec] son peuple ! Car il vengera le sang de ses serviteurs, et il rendra la vengeance à ses adversaires, et il pardonnera1 à sa terre, à son peuple.
1 ordinairement : faire propitiation.

44 Et Moïse vint prononcer toutes les paroles de ce cantique aux oreilles du peuple, lui et Osée1, fils de Nun.
1 ici : Osée (hébreu : Hoshéa) et non Josué ; comme en Nombres 13:8, 16.

45 Et Moïse acheva de prononcer toutes ces paroles à tout Israël,

46 et il leur dit : Appliquez votre cœur à toutes les paroles par lesquelles je rends témoignage aujourd'hui parmi vous, afin que vous ordonniez à vos fils de prendre garde à mettre en pratique toutes les paroles de cette loi.

47 Car ce n'est pas ici une parole vaine pour vous, mais c'est votre vie. Et par cette parole vous prolongerez [vos] jours sur la terre dont vous allez prendre possession, après avoir passé le Jourdain.

Annonce de la mort de Moïse

48 Et en ce même jour, l'Éternel parla à Moïse, en disant :

49 Monte sur cette montagne des Abarim, le mont Nebo, qui est dans le pays de Moab, qui est en face de Jéricho. Et regarde le pays de Canaan que je donne en possession aux fils d'Israël.

50 Et tu mourras sur la montagne sur laquelle tu monteras et tu seras recueilli vers ton peuple, comme Aaron ton frère est mort sur la montagne de Hor et a été recueilli vers son peuple.

51 [C'est] parce que vous avez été infidèles envers moi, au milieu des fils d'Israël, aux eaux de Meriba-Kadès, dans le désert de Tsin, en ce que vous ne m'avez pas sanctifié au milieu des fils d'Israël.

52 Car tu verras devant toi le pays, mais tu n'y entreras pas, dans le pays que je donne aux fils d'Israël.

Les versets qui terminent le cantique de Moïse rappellent que Dieu est souverain, qu'il est «le Même» et que par conséquent on peut s'attendre à ce qu'il ait le dernier mot. Quel est ce mot final? La vengeance pour ses ennemis longtemps impunis mais aussi le pardon pour son peuple avec lequel les nations se réjouiront durant le millenium (v. 43).

Moïse achève ses enseignements par une dernière exhortation à l'obéissance: «Appliquez votre cœur» à cette parole, à cette loi, «c'est votre vie» (v. 46, 47; És. 55:3 es 55.1-3; Prov. 4:13 pv 4.10-13 et 7:2 pv 7.1-5). Certains jeunes pensent que, pour «vivre leur vie», ils doivent s'affranchir de toute tutelle et surtout de celle de Dieu. Ces versets affirment, et notre expérience confirme, que se plier au joug béni du Seigneur, c'est en fait saisir «ce qui est vraiment la vie» (1 Tim. 6:19 1tm 6.17-19).

Les instructions de Moïse sont terminées. Vrai médiateur, il a parlé du peuple à l'Éternel et de l'Éternel au peuple. Il va à présent quitter celui-ci. Héb. 13:7 hb 13.7-8 nous exhorte à nous souvenir des fidèles conducteurs qui nous ont annoncé la parole de Dieu. Beaucoup d'entre eux ne sont plus là. Mais, ajoute l'auteur de l'épître: «Jésus Christ est le même, hier, et aujourd'hui, et éternellement» (comp. v. 39).