Deutéronome 26:12-19

Deutéronome 26:12-19

La dîme triennale

12 Quand tu auras achevé de lever toute la dîme de tes récoltes1, dans la troisième année, qui est l'année de la dîme, alors tu la donneras au Lévite, à l'étranger, à l'orphelin et à la veuve. Et ils la mangeront dans les portes [de tes villes] et seront rassasiés.
1 proprement : ton rapport.

13 Et tu diras devant l'Éternel ton Dieu : J'ai emporté de ma1 maison les choses saintes, et je les ai aussi données au Lévite et à l'étranger, à l'orphelin et à la veuve, selon tout ton commandement que tu m'as prescrit. Je n'ai pas transgressé tes commandements ni ne les ai oubliés.
1 littéralement : la.

14 Je n'ai pas mangé de ces choses [quand j'étais] dans le deuil, et je n'en ai rien emporté quand j'étais impur1, et je n'en ai pas donné pour un mort. J'ai écouté la voix de l'Éternel mon Dieu, j'ai fait selon tout ce que tu m'as commandé.
1 ou : pour un usage impur.

15 Regarde depuis ta sainte demeure, depuis les cieux, et bénis ton peuple Israël et la terre que tu nous as donnée, comme tu avais juré à nos pères, un pays ruisselant de lait et de miel !

Israël, peuple de l'Éternel

16 Aujourd'hui, l'Éternel ton Dieu te commande de mettre en pratique ces statuts et ces ordonnances. Et tu les garderas et tu les feras de tout ton cœur et de toute ton âme.

17 Tu as fait dire aujourd'hui à l'Éternel qu'il devienne ton Dieu, pour marcher dans ses voies, et pour garder ses statuts, et ses commandements, et ses ordonnances, et pour écouter sa voix.

18 Et l'Éternel t'a fait dire aujourd'hui que tu sois pour lui un peuple qui lui appartienne en propre, comme il t'a parlé, et que tu gardes tous ses commandements,

19 afin qu'il te place très haut en louange, et en renommée, et en beauté au-dessus de toutes les nations qu'il a faites, et afin que tu sois un peuple saint, [consacré] à l'Éternel ton Dieu, comme il l'a dit.

L'invitation d'Hébreux 13 v. 15 hb 13.10-16 à offrir sans cesse à Dieu des sacrifices de louanges, est aussitôt suivie de cette exhortation: «Mais n'oubliez pas la bienfaisance, et de faire part de vos biens». Ici aussi, nous trouvons le sujet des dons traité immédiatement après celui des offrandes de prémices à l'Éternel (v. 1 à 11 dt 26.1-11). Les dîmes faisaient partie du culte en Israël et le v. 11 nous apprend pourquoi: il fallait que le Lévite et l'étranger puissent se réjouir avec l'Israélite. Ainsi nous sommes invités à faire part de nos biens, non pour en retirer quelque reconnaissance ou considération, mais pour que celui à qui nous donnons rende grâces au Seigneur avec nous des biens dont nous jouissons ensemble (2 Cor. 9:12 2cr 9.10-15). Au ciel la bienfaisance n'aura plus sa raison d'être, tout besoin ayant évidemment disparu. Mais sur la terre l'Esprit de Dieu lie ce service à la louange comme pour nous donner l'occasion de prouver notre amour au Seigneur autrement que par des paroles. Et n'oublions pas le touchant motif qui devrait nous suffire: «Dieu prend plaisir à de tels sacrifices» (Héb. 13:16 hb 13.10-16)!

Une seule chose élevait Israël «en louange et en renommée et en beauté, au-dessus de toutes les nations», c'était l'obéissance aux commandements de son Dieu (v. 18, 19).