Deutéronome 10:1-11

Deutéronome 10:1-11

Les nouvelles tables de pierre et l'arche de l'alliance

10 En ce temps-là, l'Éternel m'a dit : Taille-toi 2 tables de pierre comme les 1res, et monte vers moi sur la montagne, et fais-toi une arche1 de bois.
1 c.-à-d. : l'arche (ou coffre) de l'alliance.

2 Et j'écrirai sur les tables les paroles qui étaient sur les 1res tables que tu as brisées, et tu les mettras dans l'arche.

3 Et j'ai fait une arche de bois d'acacia, et j'ai taillé 2 tables de pierre comme les 1res, et je suis monté sur la montagne, les 2 tables dans ma main.

4 Et il a écrit sur les tables, selon ce qu'il avait écrit la 1re fois1, les 10 paroles que l'Éternel vous avait dites sur la montagne, du milieu du feu, le jour de l'assemblée, puis l'Éternel me les a données.
1 littéralement : selon le premier écrit.

5 Et je me suis tourné, et je suis descendu de la montagne, et j'ai mis les tables dans l'arche que j'avais faite, et elles sont là, comme l'Éternel me l'avait commandé.

6 Et les fils d'Israël partirent de Beéroth-Bené-Jaakan pour Moséra. Là mourut Aaron et il y fut enseveli. Et Éléazar son fils exerça la sacrificature1 à sa place.
1 la sacrificature (ou : sacerdoce) était le service exercé par le sacrificateur (ou : prêtre) dans le but de mettre les hommes en relation avec Dieu ; elle s'exerçait dans le tabernacle ou le temple.

7 De là ils partirent pour Gudgoda, et de Gudgoda pour Jotbatha, un pays de ruisseaux d'eau.

8 En ce temps-là, l'Éternel sépara la tribu de Lévi pour porter l'arche de l'alliance de l'Éternel, pour se tenir devant l'Éternel, pour faire son service, et pour bénir en son nom, jusqu'à ce jour.

9 C'est pourquoi Lévi n'a pas de part ni d'héritage avec ses frères. L'Éternel est son héritage, comme l'Éternel ton Dieu le lui a dit.

10 Et moi, je me suis tenu sur la montagne comme les jours précédents, 40 jours et 40 nuits. Et l'Éternel m'a écouté aussi cette fois-là ; l'Éternel n'a pas voulu te détruire.

11 Et l'Éternel m'a dit : Lève-toi, va pour marcher devant le peuple, et qu'ils entrent dans le pays que j'ai juré à leurs pères de leur donner, et qu'ils en prennent possession.

À peine entre les mains de Moïse, les deux premières tables avaient été brisées pour que le jugement n'entre pas avec elles dans le camp idolâtre. Aussi cette fois, l'Éternel ordonne de placer immédiatement les nouvelles tables dans l'arche, type de Christ qui est le garant de l'intégrité de la Loi. Selon ses propres paroles, Jésus n'était pas venu pour abolir la Loi, mais pour l'accomplir. Pas un iota, pas un trait de lettre auquel notre cher Sauveur n'ait parfaitement satisfait! À ce titre aussi, il sera le plus grand dans le royaume des cieux (Matt. 5:17-19 mt 5.17-20).

2 Cor. 3 2cr 3.1-18 compare les «dix paroles» inscrites jadis sur la pierre et la «lettre de Christ» gravée «sur les tables de chair du cœur». Celle-ci se résume en fait à un nom, celui de Jésus que le Saint Esprit imprime dans le cœur de son racheté. Mais pas pour y rester caché. Une lettre est faite pour être lue. Le nom de Christ doit pouvoir l'être par ceux qui nous connaissent. Autour de nous, nombreux sont ceux qui ne lisent jamais la Bible. D'une manière indirecte ils peuvent y être contraints dans la mesure où notre conduite qu'ils observent met en pratique ses enseignements et reflète Jésus (1 Pier. 3:1, 2 1p 3.1-6).