Deutéronome 5:22-33

Deutéronome 5:22-33

22 L'Éternel a prononcé ces paroles, [les adressant] à toute votre assemblée, sur la montagne, du milieu du feu, de la nuée et de l'obscurité profonde, avec une voix forte, et il n'a rien ajouté. Et il les a écrites sur deux tables de pierre et me les a données.

Moïse, médiateur entre l'Éternel et le peuple

23 Et il arriva, lorsque vous avez entendu la voix du milieu des ténèbres, la montagne étant brûlante de feu, que vous vous êtes approchés de moi, tous les chefs1 de vos tribus et vos anciens,
1 littéralement : toutes les têtes.

24 et vous avez dit : Voici, l'Éternel notre Dieu nous a fait voir sa gloire et sa grandeur, et nous avons entendu sa voix du milieu du feu. Aujourd'hui nous avons vu que Dieu parle avec l'homme et que [l'homme] reste en vie.

25 Et maintenant, pourquoi mourrions-nous ? Car ce grand feu nous dévorera. Si nous continuons à entendre encore la voix de l'Éternel notre Dieu, alors nous mourrons.

26 Car qui, de toute chair, a entendu, comme nous, la voix du Dieu vivant parlant du milieu du feu, et est resté en vie ?

27 Approche-toi et écoute tout ce que dira l'Éternel notre Dieu. Et toi, tu nous diras tout ce que l'Éternel notre Dieu t'aura dit, et nous l'écouterons, et nous le mettrons en pratique.

28 Et l'Éternel a entendu la voix de vos paroles, lorsque vous me parliez, et l'Éternel m'a dit : J'ai entendu la voix des paroles de ce peuple, qu'ils t'ont dites. Tout ce qu'ils ont dit, ils l'ont bien dit.

29 Oh ! s'ils avaient toujours ce cœur-là pour me craindre et pour garder tous mes commandements, afin de prospérer, eux et leurs fils, pour toujours !

30 Va, dis-leur : Retournez à vos tentes !

31 Mais toi, tiens-toi ici auprès de moi, et je te dirai tous les commandements1, et les statuts, et les ordonnances que tu leur enseigneras, afin qu'ils les mettent en pratique dans le pays que je leur donne pour en prendre possession.
1 littéralement : le commandement ; ici et en 6:1, 25 ; 7:11 ; 8:1.

32 Vous prendrez donc garde à faire comme l'Éternel votre Dieu vous a commandé. Vous ne vous écarterez ni à droite ni à gauche.

33 Vous marcherez sur tout le chemin que l'Éternel votre Dieu vous a tracé, afin que vous viviez, et que vous prospériez, et que vous prolongiez vos jours dans le pays dont vous allez prendre possession.

La Loi est donnée. L'Éternel n'a rien à y ajouter. C'est maintenant au peuple de répondre dans un élan joyeux et spontané. Combien ce premier amour a du prix pour Dieu! «Oh! S'ils avaient toujours ce cœur-là pour me craindre...», confirme-t-il à son serviteur (v. 29). Bien plus tard, au temps de Jérémie, il évoquera ce jour heureux: «je me souviens de toi... de l'amour de tes fiançailles, quand tu me suivais dans le désert...». Et il devra ajouter avec quelle tristesse!: «Mais mon peuple m'a oublié pendant des jours sans nombre» (Jér. 2:2 jr 2.1-232 jr 2.32).

Oui, le peuple a bien parlé; «tout ce qu'ils ont dit, ils l'ont bien dit» (v. 28). Mais Dieu ne se contente pas de paroles. Il nous jugera selon nos actes. «Vous prendrez donc garde à faire» (v. 32). Demandons au Seigneur d'opérer en nous «et le vouloir et le faire» (Phil. 2:13 ph 2.12-13).

Un chemin a été tracé dont on ne devra s'écarter «ni à droite ni à gauche» (v. 32, 33). Combien nous avons vite fait un pas hors du chemin de l'obéissance, attiré par un objet étranger ou effrayé par un obstacle! Imitons Josias, ce jeune roi dont la piété brille au milieu des ténèbres de l'idolâtrie contemporaine. Il est le seul dont il soit dit qu'il marcha «sur les voies de David, son père, et ne s'en écarta ni à droite ni à gauche» (2 Chron. 34:2 2ch 34.1-3).