Deutéronome 2:14-25

Deutéronome 2:14-25

14 Et les jours où nous avons marché depuis Kadès-Barnéa jusqu'à ce que nous ayons passé le torrent1 de Zéred, ont été de 38 ans, jusqu'à ce que toute la génération des hommes de guerre ait disparu du milieu du camp, comme l'Éternel le leur avait juré.
1 ou : la vallée.

15 Et la main de l'Éternel a aussi été contre eux, pour les détruire du milieu du camp, jusqu'à ce qu'ils aient disparu.

16 Et il arriva, lorsque tous les hommes de guerre eurent disparu du milieu du peuple par la mort,

17 que l'Éternel m'a parlé, en disant :

18 Tu vas traverser aujourd'hui la frontière de Moab, [en passant par] Ar,

19 et tu t'approcheras des1 fils d'Ammon. Tu ne les attaqueras pas et tu n'engageras pas de lutte avec eux, car je ne te donnerai rien du pays des fils d'Ammon comme possession, parce que je l'ai donné en possession aux fils de Lot.
1 littéralement : en face des.

20 1(Il est aussi considéré comme un pays des Rephaïm2. Les Rephaïm y habitaient auparavant et les Ammonites les appellent Zamzummim,
1 la parenthèse se termine au verset 23. 2 ou : géants ; ici et en 3:11, etc.

21 peuple grand, et nombreux, et de haute stature comme les Anakim. Mais l'Éternel les détruisit devant eux, et ils les dépossédèrent, et habitèrent à leur place.

22 [C'est aussi] ce qu'il a fait pour les fils d'Ésaü qui habitent en Séhir, lorsqu'il détruisit les Horiens devant eux et qu'ils les dépossédèrent. Et ils ont habité à leur place jusqu'à ce jour.

23 Et quant aux Avviens qui habitaient dans des hameaux jusqu'à Gaza, les Caphtorim, sortis de Caphtor, les détruisirent et habitèrent à leur place.)1
1 la parenthèse commence au verset 20.

Victoire sur Sihon, roi de Hesbon, et occupation de son territoire

24 Levez-vous, partez et passez le torrent de l'Arnon ! Regarde, j'ai livré entre tes mains Sihon, roi de Hesbon, [et] l'Amoréen, et son pays. Commence, prends possession et fais-lui la guerre !

25 Aujourd'hui je commencerai à mettre la frayeur et la peur de toi sur les peuples, sous tous les cieux. Car ils entendront parler de toi1, et ils trembleront, et seront saisis d'angoisse devant toi.
1 littéralement : ton bruit.

La longue errance d'Israël à travers le désert était la juste punition de son incrédulité. Mais la durée du voyage avait aussi un autre motif. Tant qu'il comptait des guerriers valeureux, le peuple était en danger d'attribuer à sa propre force la conquête du pays. 38 ans ont donc été nécessaires pour que périsse cette génération des hommes de guerre (v. 14). Le ch. 5 de Jean relate l'histoire d'un infirme que Jésus guérit au réservoir de Béthesda (Jean 5:1-15 j 5.1-15). C'est aussi au bout de 38 ans que ce malheureux a complètement renoncé à tout secours humain. Il doit convenir: «je n'ai personne...», et c'est alors que Jésus le fait marcher.

Maintenant les adultes sont morts et ce sont les petits enfants dont le peuple avait dit qu'ils seraient une proie, ce sont justement eux qui vont entrer dans le pays (ch. 1 v. 39 dt 1.37-40; comp. Nomb. 14:3 nb 14.1-4). Portés par les bras de l'Éternel, ils sont plus forts que tous les guerriers. Quand la force de l'homme s'en est allée, l'heure de Dieu a sonné (ch. 32 v. 36 dt 32.35-40). Il a préparé des victoires éclatantes et fait dire au peuple: Levez-vous, partez, passez l'Arnon,... commence, prends possession, fais la guerre (v. 24). Lui se charge de tout le reste.