Nombres 27:12-23

Nombres 27:12-23

Josué est désigné comme successeur de Moïse

12 Et l'Éternel dit à Moïse : Monte sur cette montagne des Abarim et regarde le pays que j'ai donné aux fils d'Israël.

13 Tu le regarderas et tu seras recueilli vers ton peuple, toi aussi, comme a été recueilli Aaron ton frère.

14 [C'est] parce que vous avez été rebelles à mon commandement, au désert de Tsin, lors de la contestation de la communauté, quand vous auriez dû me sanctifier sous leurs yeux à propos des eaux. Ce sont les eaux de Meriba1 à Kadès, dans le désert de Tsin.
1 Meriba : contestation.

15 Et Moïse parla à l'Éternel, en disant :

16 Que l'Éternel, le Dieu des esprits de toute chair, établisse sur la communauté un homme

17 qui sorte devant eux et entre devant eux, et qui les fasse sortir et les fasse entrer. Et que la communauté de l'Éternel ne soit pas comme un troupeau qui n'a pas de berger.

18 Et l'Éternel dit à Moïse : Prends pour toi Josué, fils de Nun, un homme en qui est l'Esprit, et pose ta main sur lui.

19 Et tu le feras se tenir devant Éléazar le sacrificateur, et devant toute la communauté, et tu lui donneras des ordres sous leurs yeux.

20 Et tu mettras sur lui [une part] de ta gloire, afin que toute la communauté des fils d'Israël l'écoute.

21 Et il se tiendra devant Éléazar le sacrificateur, qui interrogera pour lui le jugement de l'Urim devant l'Éternel. À sa parole1 ils sortiront et à sa parole1 ils entreront, lui et tous les fils d'Israël avec lui, toute la communauté.
1 littéralement : sa bouche.

22 Alors Moïse fit comme l'Éternel le lui avait commandé. Et il prit Josué et le fit se tenir devant Éléazar le sacrificateur et devant toute la communauté.

23 Et il posa ses mains sur lui et lui donna des ordres, comme l'Éternel l'avait dit par l'intermédiaire de1 Moïse.
1 littéralement : par la main de.

L'Éternel entretient maintenant son serviteur Moïse de la fin de sa carrière. À cause de sa faute aux eaux de Mériba, il ne lui sera pas permis de faire entrer le peuple dans le pays. Ce qui inquiète aussitôt l'homme de Dieu, c'est qu'Israël pourrait se trouver sans conducteur. Au lieu de penser à lui-même, il intercède une nouvelle fois pour le peuple en demandant qu'il ne soit pas comme un troupeau sans berger (v. 17). La même pensée occupait le cœur du Seigneur Jésus. Considérons-le en Matt. 9:36 mt 9.35-38 «ému de compassion» envers les gens qui l'entouraient «parce qu'ils étaient fatigués et abattus comme des brebis qui n'ont pas de berger». Pourtant n'était-il pas au milieu d'eux, lui le bon Berger? Mais on ne voulait pas de lui.

En réponse à la demande de Moïse, l'Éternel désigne Josué, «un homme en qui est l'Esprit». Dans l'intérieur de la tente, celui-ci a appris dès sa jeunesse à connaître l'Éternel (Ex. 33:11 ex 33.7-11). Il a plus tard rempli avec fidélité une mission de haute confiance: l'exploration du pays. Enfin, comme Moïse autrefois, Josué a été formé pendant 40 ans à l'école du désert, la longue école de la patience. Alors seulement Dieu l'appelle pour le service qu'il lui a réservé: introduire le peuple en Canaan.