Nombres 21:1-15

Nombres 21:1-15

Victoire du peuple sur le roi d'Arad

21 Et le Cananéen, le roi d'Arad, qui habitait le Néguev1, entendit qu'Israël venait par le chemin d'Atharim2. Et il combattit contre Israël et lui emmena des prisonniers.
1 nom de la contrée située au sud de Juda, vers le désert. 2 selon quelques-uns : des Espions.

2 Et Israël fit un vœu à l'Éternel et dit : Si tu livres ce peuple entre mes mains, alors je détruirai entièrement ses villes.

3 Et l'Éternel écouta la voix d'Israël et [lui] livra les Cananéens. Et il les détruisit entièrement, ainsi que leurs villes, et on appela ce lieu du nom de Horma1.
1 Horma : entière destruction, anathème.

Les serpents brûlants – Le serpent de bronze

4 Et ils partirent de la montagne de Hor, par le chemin de la mer Rouge, pour contourner le pays d'Édom. Et le cœur du peuple s'impatienta en chemin.

5 Et le peuple parla contre Dieu et contre Moïse : Pourquoi nous avez-vous fait monter hors d'Égypte pour mourir dans le désert ? Car il n'y a pas de pain, et il n'y a pas d'eau, et notre âme est dégoûtée de ce pain misérable.

6 Et l'Éternel envoya parmi le peuple des serpents brûlants et ils mordirent le peuple. Et il mourut un grand nombre parmi ceux d'Israël.

7 Et le peuple vint à Moïse et dit : Nous avons péché, car nous avons parlé contre l'Éternel et contre toi. Prie l'Éternel qu'il retire les serpents de dessus nous. Et Moïse pria pour le peuple.

8 Et l'Éternel dit à Moïse : Fais-toi un [serpent] brûlant et mets-le sur une perche. Et il arrivera que quiconque sera mordu et le regardera1 vivra.
1 ici, littéralement : verra.

9 Et Moïse fit un serpent en bronze et le mit sur une perche. Et si un homme était mordu par un serpent et regardait le serpent de bronze, alors il arrivait qu'il vivait.

Trajet du peuple jusqu'au sommet du Pisga

10 Et les fils d'Israël partirent et dressèrent leur camp à Oboth.

11 Et ils partirent d'Oboth et dressèrent leur camp à Ijim-Abarim1, dans le désert qui est en face de Moab, vers le soleil levant.
1 ou : aux monceaux d'Abarim.

12 De là ils partirent et dressèrent leur camp dans la vallée1 de Zéred.
1 ou : au torrent.

13 De là ils partirent et dressèrent leur camp de l'autre côté de l'Arnon, qui est dans le désert, en sortant des territoires des Amoréens. Car l'Arnon est la frontière de Moab, entre Moab et l'Amoréen.

14 C'est pourquoi il est dit dans le livre des Guerres de l'Éternel :
Vaheb en Supha, et les rivières1 de l'Arnon,
1 ailleurs : torrents.

15 Et le cours des rivières1, qui s'étend vers l'habitation d'Ar,
Et qui s'appuie sur la frontière de Moab.
1 ailleurs : torrents.

La victoire de Horma est remportée 40 ans après la défaite du même nom (ch. 14 v. 45 nb 14.36-45). Il est triste de constater que sitôt après, le découragement survient: «il n'y a pas de pain... il n'y a pas d'eau» (v. 5). La manne ne manque pas, mais elle est méprisée. Le rocher a été frappé, mais on oublie de lui parler. Image de ce qui se produit quand nous négligeons la Parole et la prière! Perdre conscience de ces ressources, c'est sombrer dans le découragement et les plaintes, c'est s'exposer aux attaques de Satan. La morsure des serpents amène Israël à sentir et à confesser ses péchés. Alors Moïse intercède — une fois de plus — et l'Éternel ordonne un remède: ce serpent de bronze placé sur une perche. Un seul regard vers lui apportait la guérison. Le Seigneur Jésus, dans son entretien avec Nicodème, explique la portée spirituelle de cet épisode du désert. Le serpent d'airain élevé par Moïse, c'est lui, le Fils de l'homme élevé sur la croix, c'est Christ «fait péché pour nous» (2 Cor. 5:21 2cr 5.21), assimilé à la puissance même du mal pour en subir la condamnation. Telle est la mesure de l'amour de Dieu pour le monde! (Jean 3:14-16 j 3.13-17). Cher ami qui lisez ces lignes, avez-vous dirigé le regard de la foi vers le Sauveur élevé sur la croix? Avez-vous la vie éternelle?