Nombres 19:1-10

Nombres 19:1-10

La génisse rousse et l'eau de purification

19 Et l'Éternel parla à Moïse et à Aaron, en disant :

2 Voici le statut de la loi que l'Éternel a prescrit, en disant : Parle aux fils d'Israël et qu'ils t'amènent une génisse rousse, sans tare, qui n'ait aucun défaut corporel [et] qui n'ait pas porté le joug.

3 Et vous la donnerez à Éléazar le sacrificateur, et il la mènera hors du camp, et on l'égorgera devant lui.

4 Et Éléazar le sacrificateur prendra de son sang avec son doigt et fera aspersion1 de son sang, sept fois, droit devant la tente de la Rencontre.
1 faire aspersion (ici et versets 18, 19, 21) : comme en Lév. 4:6.

5 Et l'on brûlera la génisse devant ses yeux ; on brûlera sa peau, et sa chair, et son sang, avec ses excréments.

6 Et le sacrificateur prendra du bois de cèdre, et de l'hysope, et de l'écarlate, et il les jettera au milieu du feu où brûle la génisse.

7 Et le sacrificateur lavera ses vêtements et lavera1 son corps2 dans l'eau, et après cela, il entrera dans le camp. Et le sacrificateur sera impur jusqu'au soir.
1 littéralement : baignera. 2 littéralement : sa chair.

8 Et celui qui l'aura brûlée lavera ses vêtements dans l'eau, et lavera1 son corps2 dans l'eau, et il sera impur jusqu'au soir.
1 littéralement : baignera. 2 littéralement : sa chair.

9 Et un homme pur ramassera la cendre de la génisse, et la déposera hors du camp dans un lieu pur, et elle sera gardée pour la communauté des fils d'Israël pour [faire] l'eau de purification1. C'est un sacrifice pour le péché.
1 littéralement : les eaux de la souillure.

10 Et celui qui aura ramassé la cendre de la génisse lavera ses vêtements et sera impur jusqu'au soir. Et ce sera un statut perpétuel pour les fils d'Israël et pour l'étranger qui séjourne au milieu d'eux.

Le sacrifice de la génisse rousse occupe une place à part, au milieu du livre du désert, parce que précisément il n'est prévu en figure que pour les besoins de ce dernier. Comme les autres sacrifices, celui-ci représente sous certains aspects la personne et l'œuvre de Christ. Cette génisse rousse, sans tare, sans aucun défaut, et qui n'avait jamais porté le joug, évoque Celui qui a été la victime sans tache et n'a pas connu comme nous le terrible joug du péché.

Quand la victime avait été égorgée hors du camp, il était fait aspersion de son sang devant la tente de la Rencontre. Puis elle était brûlée entièrement. La graisse n'était pas offerte à l'Éternel et le sacrificateur ne mangeait aucune portion. En revanche la cendre était recueillie, et procurait une abondante provision d'eau de purification, suffisante pour laver tous les péchés de tous les Israélites pendant tout le long désert. Ce sacrifice ne correspond pas, comme ceux de Lév. 4, aux besoins des inconvertis, mais à ceux des croyants quand ils ont manqué. L'œuvre de Jésus, accomplie une fois, est la ressource suffisante pour purifier de leurs péchés et maintenir dans la communion ses rachetés exposés à la souillure. Le Saint Esprit applique, par la Parole (l'eau), le souvenir des souffrances de Christ (les cendres) à la conscience et au cœur du croyant en chute.