Nombres 9:15-23; 10:1-10

Nombres 9:15-23; 10:1-10

La nuée au-dessus du tabernacle

15 Et le jour où le tabernacle fut dressé, la nuée couvrit le tabernacle, la tente du témoignage. Et elle était le soir sur le tabernacle comme l'apparence du feu, jusqu'au matin.

16 Il [en] fut ainsi continuellement : la nuée le couvrait et la nuit, elle avait l'apparence du feu.

17 Et chaque fois que la nuée se levait de dessus la tente, après cela les fils d'Israël partaient. Et au lieu où la nuée s'arrêtait, là les fils d'Israël dressaient leur camp.

18 Au commandement de l'Éternel, les fils d'Israël partaient, et au commandement de l'Éternel, ils dressaient leur camp. Pendant tous les jours où la nuée restait fixée sur le tabernacle, ils restaient dans leur camp.

19 Et si la nuée s'attardait de nombreux jours sur le tabernacle, alors les fils d'Israël gardaient ce que l'Éternel leur avait donné à garder et ils ne partaient pas.

20 Et s'il arrivait que la nuée soit peu de jours sur le tabernacle, au commandement de l'Éternel, ils dressaient leur camp, et au commandement de l'Éternel, ils partaient.

21 Et s'il arrivait que la nuée y soit depuis le soir jusqu'au matin et que la nuée se lève le matin, alors ils partaient. Ou si, après un jour et une nuit, la nuée1 se levait, ils partaient.
1 selon d'autres : que ce soit de jour ou de nuit, quand la nuée.

22 Ou si la nuée s'attardait pendant deux jours, ou un mois, ou [beaucoup] de jours1 sur le tabernacle, pour y rester, les fils d'Israël restaient dans leur camp et ne partaient pas. Mais quand elle se levait, ils partaient.
1 littéralement : des jours ; ailleurs aussi : un an.

23 Au commandement de l'Éternel ils dressaient leur camp, et au commandement de l'Éternel ils partaient. Ils gardaient ce que l'Éternel leur avait donné à garder, selon le commandement de l'Éternel par l'intermédiaire de1 Moïse.
1 littéralement : par la main de.

Les deux trompettes d'argent

10 Et l'Éternel parla à Moïse, en disant :

2 Fais-toi deux trompettes ! Tu les feras en argent battu. Et elles te serviront pour la convocation de la communauté et pour le départ des camps.

3 Et lorsqu'on en sonnera, toute la communauté se réunira auprès de toi, à l'entrée de la tente de la Rencontre.

4 Et si l'on sonne d'une seule [trompette], alors les princes, les chefs des milliers d'Israël se réuniront auprès de toi.

5 Et quand vous sonnerez avec éclat, alors ceux qui ont dressé leur camp1 à l'est partiront.
1 littéralement : les camps, ceux qui campent.

6 Et quand vous sonnerez avec éclat une seconde fois, alors ceux qui ont dressé leur camp1 au sud partiront. On sonnera avec éclat pour leurs départs.
1 littéralement : les camps, ceux qui campent.

7 Et quand on réunira l'assemblée, vous sonnerez, mais pas avec éclat.

8 Les fils d'Aaron, les sacrificateurs, sonneront des trompettes. Et elles seront pour vous un statut perpétuel pour [toutes] vos générations.

9 Et quand, dans votre pays, vous irez à la guerre contre l'ennemi qui vous serre de près, alors vous sonnerez des trompettes avec éclat, et vous serez rappelés en mémoire devant l'Éternel votre Dieu, et vous serez délivrés de vos ennemis.

10 Et dans vos jours de joie, et dans vos jours solennels, et au commencement de vos mois, vous sonnerez des trompettes sur vos holocaustes, et sur vos sacrifices de prospérités. Et elles seront un mémorial pour vous devant votre Dieu. Je suis l'Éternel votre Dieu.

Israël n'avait aucune question à se poser pour ses étapes à travers le désert. Chaque départ et chaque halte avaient lieu «au commandement de l'Éternel». La nuée se levait-elle? Il fallait partir même si on était à peine arrivé, même si l'endroit plaisait. Restait-elle sur le tabernacle? On devait camper sans aller plus loin. La direction divine était aussi indispensable pour camper que pour partir, pour la nuit que pour le jour. Belle figure de la dépendance continuelle qui convient aux rachetés du Seigneur et que lui-même a parfaitement illustrée. Malgré le message qu'il a reçu des sœurs de Lazare et l'amour qu'il porte aux membres de cette famille, Jésus ne se rend à Béthanie que deux jours plus tard, lorsqu'il connaît la volonté de son Père (Jean 11 j 11.1-15).

Quand la volonté de l'Éternel était révélée, les trompettes d'argent des sacrificateurs donnaient le signal des divers mouvements du peuple. Elles sonnaient lors des rassemblements (v. 3, 4), des départs (v. 5, 6), des batailles (v. 9) ou des fêtes solennelles (v. 10). Ces trompettes nous parlent du témoignage de Dieu, rendu tant dans le rassemblement des saints que dans leur marche, dans leurs combats, dans leur culte. Au milieu d'un monde ennemi, «n'ayons pas honte du témoignage de notre Seigneur» (2 Tim 1:8 2tm 1.6-11).