Lévitique 27:16-34

Lévitique 27:16-34

16 Et si quelqu'un sanctifie à l'Éternel un des champs de sa possession, ton estimation sera en fonction de ce qu'on peut y semer1 : 50 sicles d'argent par khomer2 de semence d'orge.
1 littéralement : de sa semence. 2 1 khomer = 10 éphas = 220 litres environ.

17 S'il sanctifie son champ dès l'année du Jubilé, on s'en tiendra à ton estimation.

18 Et si c'est après le Jubilé qu'il sanctifie son champ, alors le sacrificateur lui comptera l'argent en fonction des années qui restent jusqu'à l'année du Jubilé, et il sera fait une réduction sur ton estimation.

19 Mais si celui qui a sanctifié le champ veut le racheter, alors il ajoutera en plus un cinquième à l'argent de ton estimation, et il lui restera.

20 Et s'il ne rachète pas le champ ou s'il vend le champ à un autre homme, il ne pourra plus être racheté.

21 Et le champ, en étant libéré au Jubilé, sera saint, [consacré] à l'Éternel, comme un champ voué1 ; la possession en sera au sacrificateur.
1 c.-à-d., dans ce contexte, irrévocablement voué à Dieu et exclu de l'usage profane ; voir versets 28 et suivants.

22 Et s'il sanctifie à l'Éternel un champ qu'il a acheté, qui n'est pas un des champs de sa possession,

23 alors le sacrificateur lui comptera le montant de ton estimation jusqu'à l'année du Jubilé, et il donnera, ce jour-là, le montant de ton estimation, comme une chose sainte [consacrée] à l'Éternel.

24 Dans l'année du Jubilé, le champ retournera à celui à qui il avait été acheté, à celui qui avait la propriété de la terre.

25 Et toute estimation que tu auras faite sera selon le sicle du sanctuaire. Le sicle1 sera de 20 guéras1.
1 sicle = 20 guéras = 11,4 g environ.

26 Seulement, personne ne pourra sanctifier1 le premier-né parmi les bêtes, qui, comme premier-né, [appartient déjà] à l'Éternel. Si c'est un bœuf ou un agneau2, il est à l'Éternel.
1 ou : consacrer. 2 ou : chevreau.

27 Mais si le premier-né1 provient d'une bête impure, alors on le rachètera selon ton estimation et l'on ajoutera en plus un cinquième. Et si on ne le rachète pas, alors il sera vendu selon ton estimation.
1 littéralement : il.

28 Seulement, aucune chose vouée1 que quelqu'un aura vouée à l'Éternel, de tout ce qu'il a, soit homme, ou bête, ou champ de sa propriété, ne sera vendue ni ne sera rachetée. Toute chose vouée sera très sainte, [consacrée] à l'Éternel.
1 c.-à-d., dans ce contexte, irrévocablement voué à Dieu et exclu de l'usage profane.

29 Quiconque parmi les hommes est voué [à Dieu] ne pourra être racheté : il sera certainement mis à mort.

30 Et toute dîme de la terre, de la semence de la terre, du fruit des arbres, appartient à l'Éternel . C'est une chose sainte [consacrée] à l'Éternel.

31 Mais si quelqu'un veut racheter quelque chose de sa dîme, il y ajoutera en plus un cinquième.

32 Quant à toute dîme de gros bétail et de petit bétail, de tout ce qui passe sous la houlette, la dîme sera sainte, [consacrée] à l'Éternel.

33 On ne distinguera pas entre le bon et le mauvais [animal], et on ne l'échangera pas. Et si on l'échange, alors la bête échangée et celle qui la remplace seront saintes, elles ne seront pas rachetées.

34 Tels sont les commandements que l'Éternel a prescrits à Moïse sur le mont Sinaï, pour les fils d'Israël.1
1 date : 1490 av. J.-C.

Laissons le Seigneur apprécier et estimer ce que font les autres. Mais ne nous préoccupons pas non plus de rechercher pour nous l'estime d'autrui; n'attendons pas des hommes davantage que Celui qui fut «estimé par eux» à seulement 30 pièces d'argent (Zach. 11:12, 13 za 11.10-14). Étudions-nous en revanche à être présentés « à Dieu comme approuvés» (2 Tim. 2:15 2tm 2.14-18).

Nous avons considéré le sacrificateur et ses offices dans ce livre du Lévitique dont nous terminons l'étude. Étude un peu ardue parfois, mais qui nous a permis de porter nos regards sur Jésus, notre grand sacrificateur! Et nous avons pu constater son intervention dans tous les domaines de la vie des siens. Pour le salut: il est entré dans les lieux saints avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle. Pour la marche: il veille à écarter toute lèpre. Pour le service enfin: il est, dans notre chapitre, celui qui apprécie tout à sa propre mesure! Chose triste à dire, il existe des chrétiens qui acceptent bien le salut, mais préféreraient ensuite que le Seigneur ne s'occupe pas de leurs affaires. Alors, pour ceux-là, il faudra peut-être de tristes expériences, comme celles du ch. 26, jusqu'à ce que leurs affections soient réveillées. Que le Seigneur nous donne une confiance entière dans sa Personne et dans son œuvre!