Lévitique 21:1-24

Lévitique 21:1-24

Lois concernant les sacrificateurs

21 Et l'Éternel dit à Moïse : Parle aux sacrificateurs, fils d'Aaron, et dis-leur : Que le sacrificateur1 ne se rende pas impur parmi son peuple pour un mort2,
1 littéralement : Qu'il. 2 littéralement : pour une âme.

2 excepté pour son proche parent, pour sa mère, et pour son père, et pour son fils, et pour sa fille, et pour son frère,

3 et pour sa sœur vierge qui lui est proche et qui n'aura pas été mariée ; pour elle il se rendra impur.

4 [Mais] il ne se rendra pas impur comme chef parmi son peuple, en se profanant.

5 Ils ne se feront pas de tonsure sur leur tête et ils ne raseront pas les coins de leur barbe et ne se feront pas d'incisions dans leur chair.

6 Ils seront saints, [consacrés] à leur Dieu, et ils ne profaneront pas le nom de leur Dieu, car ils présentent les sacrifices de l'Éternel faits par feu, le pain de leur Dieu ; ils seront donc saints.

7 Ils ne prendront pas pour femme une prostituée ou une femme déshonorée. Et ils ne prendront pas une femme répudiée par son mari, car le sacrificateur1 est saint, [consacré] à son Dieu.
1 littéralement : il.

8 Et tu le tiendras pour saint, car il présente le pain de ton Dieu. Il sera saint pour toi, car je suis saint, moi, l'Éternel qui vous sanctifie.

9 Et si la fille d'un sacrificateur se déshonore en se prostituant, elle profane son père. Elle sera brûlée au feu.

10 Et le grand sacrificateur parmi ses frères, sur la tête duquel l'huile de l'onction aura été versée et qui aura été consacré pour revêtir les [saints] vêtements, ne découvrira pas sa tête et ne déchirera pas ses vêtements.

11 Il n'ira vers aucune personne morte, il ne se rendra impur ni pour son père ni pour sa mère.

12 Et il ne sortira pas du sanctuaire et ne profanera pas le sanctuaire de son Dieu, car la consécration1 de l'huile de l'onction de son Dieu est sur lui. Je suis l'Éternel.
1 littéralement : séparation ; ailleurs : naziréat.

13 Et il prendra pour femme une vierge.

14 Il ne prendra pas une veuve, ou une femme répudiée, ou une femme déshonorée, ou une prostituée. Mais il prendra pour femme une vierge parmi son peuple.

15 Et il ne profanera pas sa descendance parmi son peuple, car je suis l'Éternel qui le sanctifie.

16 Et l'Éternel parla à Moïse, en disant :

17 Parle à Aaron, en disant : Aucun homme de ta descendance, dans [toutes] ses générations, qui a quelque défaut corporel, ne s'approchera pour présenter le pain de son Dieu.

18 Car quiconque a un défaut corporel ne s'approchera pas : l'homme aveugle, ou boiteux, ou qui a le nez déformé ou un membre plus long que l'autre ;

19 ou l'homme qui a une fracture au pied ou une fracture à la main ;

20 ou celui qui est bossu, ou petit, ou qui a une tache à l'œil, ou qui a une gale, ou une dartre, ou qui a les testicules écrasés.

21 Aucun homme de la descendance d'Aaron, le sacrificateur, ayant en lui quelque défaut corporel, ne s'approchera pour présenter les sacrifices de l'Éternel faits par feu. Il y a en lui un défaut corporel, il ne s'approchera pas pour présenter le pain de son Dieu.

22 Il mangera du pain de son Dieu, des choses très saintes et des choses saintes.

23 Seulement il n'ira pas vers le voile et ne s'approchera pas de l'autel, car il y a en lui un défaut corporel. Et il ne profanera pas mes sanctuaires1, car je suis l'Éternel qui les sanctifie.
1 ou : mes choses saintes.

24 [Ainsi] parla Moïse à Aaron, et à ses fils, et à tous les fils d'Israël.

De même que le seul fait d'appartenir à la famille d'Aaron conférait le titre de sacrificateur, tous les rachetés du Seigneur sont aujourd'hui des adorateurs. En revanche s'il s'agissait d'exercer son service, un sacrificateur pouvait être disqualifié. Le contact avec la mort, un mariage qui n'était pas selon Dieu, un défaut naturel incorrigible, privaient le fils d'Aaron de ses saintes fonctions. Il était autorisé à se nourrir du pain de Dieu tout comme ses frères (v. 22), mais il ne connaissait pas la joie de Le servir. Malheureusement, beaucoup de croyants sont dans ce cas! Ceux qui sont aveugles au sens de 2 Pier. 1:9 2p 1.3-9 ou boiteux au sens de Héb. 12:13 hb 12.11-13, tout en conservant leurs titre et privilège d'enfants de Dieu, ne peuvent s'acquitter comme ils le devraient de leur service d'adorateurs. Et c'est une grande perte non seulement pour eux mais d'abord pour le Seigneur.

Si notre souverain sacrificateur supporte avec indulgence les défauts et infirmités des siens (ch. 21 — ce qui nous est confirmé par Héb. 4:15 hb 4.14-16), il ne peut en revanche avoir aucune communion avec ce qui, au ch. 22 lv 22.1-16, est l'image en eux d'un péché positif: un flux ou une lèpre (v. 4). La souillure chez un croyant le prive de la jouissance des «choses saintes».