Lévitique 10:1-20

Lévitique 10:1-20

Péché et jugement de Nadab et Abihu

10 Et les fils d'Aaron, Nadab et Abihu, prirent chacun leur encensoir, et y mirent du feu, et placèrent de l'encens dessus, et présentèrent devant l'Éternel un feu étranger, ce qu'il ne leur avait pas commandé.

2 Et le feu sortit de devant l'Éternel, et les dévora, et ils moururent devant l'Éternel.

3 Et Moïse dit à Aaron : Voilà ce que l'Éternel prononça, en disant : Je serai sanctifié par ceux qui s'approchent de moi et je serai glorifié devant tout le peuple. Et Aaron garda le silence.

4 Et Moïse appela Mishaël et Eltsaphan, fils d'Uziel, oncle d'Aaron, et il leur dit : Approchez-vous, emportez vos frères de devant le lieu saint, hors du camp.

5 Et ils s'approchèrent et les emportèrent dans leurs tuniques hors du camp, comme Moïse l'avait dit.

6 Et Moïse dit à Aaron, et à Éléazar et à Ithamar, ses fils : Ne découvrez pas vos têtes et ne déchirez pas vos vêtements, afin que vous ne mouriez pas et qu'il n'y ait pas de la colère contre toute la communauté. Mais vos frères, toute la maison d'Israël, pleureront ceux que l'Éternel a détruits par le feu1.
1 littéralement : la chose brûlée que l'Éternel a brûlée.

7 Et ne sortez pas de l'entrée de la tente de la Rencontre, de peur que vous ne mouriez, car l'huile de l'onction de l'Éternel est sur vous. Et ils firent selon la parole de Moïse.

Interdiction pour les sacrificateurs de boire du vin et des boissons fortes

8 Et l'Éternel parla à Aaron, en disant :

9 Vous ne boirez pas de vin ni de boisson forte, toi et tes fils avec toi, quand vous entrerez dans la tente de la Rencontre, afin que vous ne mouriez pas. [C'est] un statut perpétuel pour [toutes] vos générations,

10 afin que vous discerniez entre ce qui est saint et ce qui est profane, et entre ce qui est impur et ce qui est pur,

11 et afin que vous enseigniez aux fils d'Israël tous les statuts que l'Éternel leur a dits par l'intermédiaire de1 Moïse.
1 littéralement : par la main de.

Des règles relatives aux sacrifices

12 Et Moïse dit à Aaron, et à Éléazar et à Ithamar, ses fils qui restaient : Prenez l'offrande de gâteau, ce qui reste des sacrifices de l'Éternel faits par feu, et mangez-la en pains sans levain à côté de l'autel. Car c'est une chose très sainte.

13 Et vous la mangerez dans un lieu saint, parce que c'est là ta part1 et la part1 de tes fils dans les sacrifices de l'Éternel faits par feu. Car [c'est] ainsi [qu']il m'a été commandé.
1 ailleurs : statut.

14 Et vous mangerez la poitrine tournoyée et l'épaule élevée dans un lieu pur, toi, et tes fils, et tes filles avec toi. Car elles vous sont données comme ta part et la part de tes fils dans les sacrifices de prospérités des fils d'Israël.

15 Ils apporteront l'épaule élevée et la poitrine tournoyée — avec les sacrifices par feu que sont les graisses — pour les tournoyer comme offrande tournoyée devant l'Éternel. Et cela t'appartiendra, à toi et à tes fils avec toi, par statut perpétuel, comme l'Éternel l'a commandé.

16 Et Moïse chercha soigneusement le bouc du sacrifice pour le péché, mais voici, il avait été brûlé. Et Moïse1 se mit en colère contre Éléazar et Ithamar, les fils d'Aaron qui restaient, et il [leur] dit :
1 littéralement : il.

17 Pourquoi n'avez-vous pas mangé le sacrifice pour le péché dans un lieu saint ? Car c'est une chose très sainte, et Il vous l'a donné pour porter l'iniquité de la communauté, pour faire propitiation pour eux devant l'Éternel.

18 Voici, son sang n'a pas été porté à l'intérieur du lieu saint. Vous devez de toute manière le manger dans le lieu saint, comme je l'ai ordonné.

19 Et Aaron dit à Moïse : Voici, ils ont présenté aujourd'hui leur sacrifice pour le péché et leur holocauste devant l'Éternel, et ces choses me sont arrivées. Et si j'avais mangé aujourd'hui le sacrifice pour le péché, cela aurait-il été bon aux yeux de l'Éternel ?

20 Et Moïse l'entendit et cela fut bon à ses yeux.

Il nous a été rappelé au ch. 9 qu'il pouvait arriver aux sacrificateurs «pris d'entre les hommes» de pécher. Nous n'avons pas eu à aller loin pour le vérifier tristement. Chaque fois que Dieu place l'homme dans une relation nouvelle, celui-ci démontre qu'il n'est pas capable d'y faire face. Jusqu'ici chaque détail avait été exécuté «comme l'Éternel l'avait commandé» (expression répétée 14 fois dans les ch. 8 et 9). Mais à présent Nadab et Abihu, fils aînés d'Aaron, font «ce qu'Il ne leur avait pas commandé» (v. 1). À peine consacrés, ils présentent devant l'Éternel un feu ne venant pas de l'autel. Le solennel châtiment qui s'ensuit nous rappelle combien il est grave de substituer notre volonté aux instructions de la parole de Dieu (comp. en 2 Sam. 6:3... 2s 6.1-11 l'épisode de l'arche placée sur un chariot neuf, suivi de la mort d'Uzza). Pas plus les pensées de la chair que ce qui excite ses sentiments (les boissons fortes) ne sont tolérés pour rendre culte à Dieu. Mépriser ouvertement les vérités que l'on connaît amène le transgresseur sous le gouvernement de Dieu. En revanche, comme le montre la fin du chapitre, le Seigneur est plein d'indulgence envers les ignorants et les errants, ainsi que pour ceux qui se courbent sous sa discipline.