Lévitique 5:14-26

Lévitique 5:14-26

14 Et l'Éternel parla à Moïse, en disant :

15 Si quelqu'un a commis une infidélité et a péché par erreur1 à l'égard des choses saintes de l'Éternel, alors il amènera son sacrifice pour le délit à l'Éternel, un bélier sans défaut, pris du petit bétail, selon ton estimation en sicles2 d'argent, selon le sicle du sanctuaire, en sacrifice pour le délit.
1 c.-à-d. : involontairement. 2 1 sicle = 11,4 g environ.

16 Et il restituera ce en quoi il a péché [en prenant] de la chose sainte1, et il y ajoutera par-dessus un cinquième, et il le donnera au sacrificateur. Et le sacrificateur fera propitiation pour lui avec le bélier du sacrifice pour le délit, et il lui sera pardonné.
1 ou : il a péché contre le lieu saint.

17 Et si quelqu'un a péché et a fait, à l'égard de l'un de tous les commandements de l'Éternel, ce qui ne doit pas se faire, et s'il ne l'a pas su, alors il sera coupable et portera son iniquité.

18 Et il amènera au sacrificateur un bélier sans défaut, pris du petit bétail, selon ton estimation, en sacrifice pour le délit1. Et le sacrificateur fera propitiation pour lui, pour son erreur qu'il a commise involontairement, et il lui sera pardonné.
1 ou : selon ton estimation du délit.

19 C'est un sacrifice pour le délit. Certainement il s'est rendu coupable envers l'Éternel.

20 Et l'Éternel parla à Moïse, en disant :

21 Si quelqu'un a péché, et a commis une infidélité envers l'Éternel, et a menti à son prochain pour une chose qu'on lui a confiée, ou qu'on a déposée entre ses mains, ou qu'il a volée, ou extorquée à son prochain ;

22 ou s'il a trouvé une chose perdue, et qu'il mente à ce sujet, et qu'il jure en mentant à propos de n'importe quelle chose par laquelle un homme pèche ;

23 alors, s'il a péché et qu'il soit coupable, il arrivera qu'il rendra l'objet qu'il a volé, ou la chose qu'il a extorquée, ou le dépôt qui lui a été confié, ou la chose perdue qu'il a trouvée,

24 ou tout ce à l'égard de quoi il a juré en mentant. Et il restituera le principal et ajoutera un cinquième par-dessus. Il le donnera à celui à qui cela appartient le jour de son sacrifice pour le délit.

25 Et il amènera au sacrificateur, pour l'Éternel, son sacrifice pour le délit, un bélier sans défaut pris du petit bétail, selon ton estimation, en sacrifice pour le délit.

26 Et le sacrificateur fera propitiation pour lui devant l'Éternel, et il lui sera pardonné, quelle que soit la faute qu'il ait faite par laquelle il s'est rendu coupable.

L'Israélite le plus scrupuleux pouvait toujours craindre d'avoir oublié un péché commis par erreur. Et à peine avait-il apporté un coûteux sacrifice qu'une nouvelle infidélité pouvait en exiger un autre. Hélas! malgré les certitudes de la Parole de Dieu, de nombreux chrétiens vivent encore dans la même crainte. Ils font dépendre leur salut d'efforts sincères pour apaiser Dieu, par des aumônes, des pénitences, sans jamais être sûrs que ce soit suffisant. Combien c'est méconnaître la plénitude de la grâce divine! Et quel bonheur nous possédons si nous sommes délivrés de cette crainte par l'assurance que Jésus a tout fait pour nous.

Notre passage distingue les péchés contre Dieu (v. 15, 17) des péchés contre le prochain (v. 21, 22). Souvent nous nous inquiétons moins des premiers que des seconds. Ce devrait être le contraire. Du reste, pour ce qui concerne le tort fait à autrui, il fallait non seulement le réparer, mais encore apporter un sacrifice à l'Éternel (v. 25; voir Ps. 51:6 ps 51.1-7). Inversement, il ne suffisait pas de se mettre en règle avec Dieu. Le jour où le coupable repentant offrait son sacrifice pour le délit, il devait aussi mettre sa situation en ordre devant les hommes (v. 24 fin). Les chrétiens d'Éphèse, jadis adonnés au spiritisme, se sont hâtés après leur conversion de brûler leurs livres de magie (Act. 19:19 ac 19.13-20).