Exode 20:18-26; 21:1-6

Exode 20:18-26; 21:1-6

18 Et tout le peuple aperçut les tonnerres1, et les flammes, et le son de la trompette, et la montagne fumante. Et le peuple vit [cela], et ils tremblèrent et se tinrent à distance.
1 littéralement : les voix.

19 Et ils dirent à Moïse : Toi, parle avec nous et nous écouterons ; mais que Dieu ne parle pas avec nous, de peur que nous ne mourions.

20 Et Moïse dit au peuple : Ne craignez pas ! Car c'est afin de vous mettre à l'épreuve que Dieu est venu, et afin que sa crainte soit devant vos yeux1, pour que vous ne péchiez pas.
1 littéralement : faces.

21 Et le peuple se tint à distance, mais Moïse s'approcha de l'obscurité profonde où était Dieu.

22 Et l'Éternel dit à Moïse : Tu diras ainsi aux fils d'Israël : Vous avez vu que je vous ai parlé depuis les cieux.

23 Vous ne ferez pas de dieux en argent à côté de moi et vous ne vous ferez pas des dieux en or.

24 Tu me feras un autel en argile1, et tu sacrifieras dessus tes holocaustes et tes sacrifices de prospérités, ton petit bétail et ton gros bétail. En tout lieu où je mettrai la mémoire de mon nom, je viendrai à toi et je te bénirai.
1 littéralement : terre (de couleur rouge).

25 Et si tu me fais un autel de pierres, tu ne le bâtiras pas de pierres taillées ; car en brandissant ton ciseau sur la pierre1, alors tu la profanerais.
1 littéralement : sur elle.

26 Et tu ne monteras pas à mon autel par des marches, afin que ta nudité n'y soit pas découverte.

Lois sur les esclaves

21 Voici les lois1 que tu placeras devant eux :
1 ou : jugements..

2 Si tu achètes un serviteur hébreu, il servira six années, et la septième, il sortira libre, sans rien payer.

3 S'il est venu seul1, il sortira seul1 ; s'il avait une femme, alors sa femme sortira avec lui.
1 littéralement : avec son corps.

4 Si son maître lui a donné une femme et qu'elle lui ait donné des fils ou des filles, la femme et ses enfants seront à son maître1, et lui, il sortira seul2.
1 c.-à-d. : au maître de la femme. 2 littéralement : avec son corps.

5 Mais si le serviteur dit positivement : J'aime mon maître, ma femme et mes enfants, je ne veux pas sortir libre !

6 — alors son maître le fera venir devant les juges1, et le fera approcher de la porte ou du montant, et son maître lui percera l'oreille avec un poinçon. Et il le servira pour toujours.
1 littéralement : les dieux ; ou : Dieu.

Cette scène (v. 18 à 21) se trouve rappelée en Héb. 12:19 hb 12.19-23 pour montrer la différence avec la position du croyant sous la grâce. À celui-ci il n'est plus commandé de faire quoi que ce soit, mais de croire en Jésus qui a tout fait. La fin du chapitre d'ailleurs ne nous montre pas l'homme dans la position de quelqu'un qui fait des œuvres, mais dans celle d'un adorateur. Il est clair que Sinaï n'est pas le lieu où Dieu et le pécheur peuvent se rencontrer (v. 24). Le v. 25 nous enseigne que les œuvres et les ordonnances de l'homme n'ont aucune place dans le culte selon Dieu. Enfin, selon le v. 26, nul ne doit s'élever au-dessus de ses frères; la chair serait visible à sa honte.

Sous l'image du serviteur hébreu (ch. 21 v. 2 à 6), nous reconnaissons le Seigneur Jésus (comp. Zach. 13:5, 6 za 13.5-6). Homme obéissant, qui seul a accompli la Loi, ce parfait Serviteur aurait pu sortir libre, remonter au ciel sans passer par la mort. Mais il y aurait été seul. Or dans son amour infini, Christ voulait la compagnie d'une Épouse. Alors il a payé le prix nécessaire. Son sang versé, ses blessures, en sont la preuve, proclamant pour l'éternité l'abaissement volontaire de Celui qui prit «la condition d'esclave» (Phil. 2:7 ph 2.5-11) et qui, jusque dans la gloire, se plaira à servir les siens (Luc 12:37 lc 12.35-40).