Exode 5:15-23; 6:1-8

Exode 5:15-23; 6:1-8

15 Et les commissaires des fils d'Israël allèrent crier vers le Pharaon, en disant : Pourquoi fais-tu ainsi à tes serviteurs ?

16 On ne donne aucune paille à tes serviteurs, et on nous dit : Faites des briques ! Et voici, tes serviteurs sont battus et c'est ton peuple qui est coupable.

17 Et il dit : Vous êtes paresseux, paresseux ! C'est pourquoi vous dites : Allons et sacrifions à l'Éternel.

18 Et maintenant, allez, travaillez ! On ne vous donnera pas de paille et vous livrerez la [même] quantité de briques.

Plaintes des Israélites et de Moïse

19 Et les commissaires des fils d'Israël virent que leur cas était mauvais, puisqu'on disait : Vous ne diminuerez pas [le nombre] de vos briques : à chaque jour sa tâche1.
1 littéralement : l'affaire du jour en son jour.

20 Et comme ils sortaient de devant le Pharaon, ils rencontrèrent Moïse et Aaron qui se tenaient là pour les rencontrer..

21 Et ils leur dirent : Que l'Éternel vous regarde et qu'il juge ! Car vous nous avez mis en mauvaise odeur auprès1 du Pharaon et auprès1 de ses serviteurs, en mettant une épée dans leur main pour nous tuer.
1 littéralement : aux yeux.

22 Et Moïse retourna vers l'Éternel et dit : Seigneur, pourquoi as-tu fait du mal à ce peuple ? Pourquoi donc m'as-tu envoyé ?

23 Depuis que je suis allé vers le Pharaon pour parler en ton nom, il a fait du mal à ce peuple et tu n'as pas du tout délivré ton peuple.

Dieu renouvelle à Moise sa promesse de délivrer Israël

6 Et l'Éternel dit à Moïse : Tu verras maintenant ce que je ferai au Pharaon, car [contraint] par une main forte, il les laissera partir, et [contraint] par une main forte, il les chassera de son pays.

2 Et Dieu parla à Moïse et lui dit : Je suis l'Éternel1.
1 hébreu : Jéhovah (YHWH).

3 Je suis apparu à Abraham, à Isaac et à Jacob comme le °Dieu Tout-Puissant1. Mais je n'ai pas été connu d'eux par mon nom d'Éternel2.
1 hébreu : El-Shaddaï ; voir Gen. 17:1 ; 28:3, etc. 2 hébreu : Jéhovah (YHWH).

4 Et j'ai aussi établi mon alliance avec eux, pour leur donner le pays de Canaan, le pays de leurs migrations, dans lequel ils ont séjourné.

5 Et j'ai aussi entendu le gémissement des fils d'Israël, que les Égyptiens asservissent, et je me suis souvenu de mon alliance.

6 C'est pourquoi, dis aux fils d'Israël : Je suis l'Éternel, et je vous ferai sortir de dessous les fardeaux des Égyptiens, et je vous délivrerai de leur esclavage, et je vous rachèterai à bras étendu et par de grands jugements.

7 Et je vous prendrai pour être mon peuple, et je serai votre Dieu. Et vous saurez que je suis l'Éternel votre Dieu, [celui] qui vous fait sortir de dessous les fardeaux des Égyptiens.

8 Et je vous ferai entrer dans le pays au sujet duquel j'ai levé ma main1, pour le donner à Abraham, à Isaac et à Jacob, et je vous le donnerai en possession. Je suis l'Éternel2.
1 lever sa main : s'engager par serment. 2 hébreu : Jéhovah (YHWH).

Le Pharaon ne donne rien; au contraire il exige sans cesse davantage. Et c'est en vain qu'on crie à lui (v. 15 à 18). Non seulement Satan ne connaît aucune miséricorde, mais il trouve plaisir à la misère de ses esclaves. Ah! nous en avons peut-être déjà fait l'expérience: le péché est un tyran qui ne désarme pas. À peine une convoitise est-elle satisfaite qu'une autre se fait pressante. Seul Christ peut totalement et définitivement apaiser un cœur. Parfois Dieu permet que la délivrance se fasse attendre pour que l'homme, sentant bien le poids de ce joug de l'ennemi et le fond de son misérable état, soit enfin prêt à reconnaître que Lui seul peut l'en arracher.

En réponse au découragement de ses serviteurs (v. 23), Dieu ne leur fait aucun reproche. Au contraire, c'est l'occasion d'une nouvelle révélation de lui-même. L'Éternel ou «Jéhovah» est le nom que Dieu prend dans ses relations avec Israël. Pour les patriarches, il était le Dieu Très-Haut, possesseur des cieux et de la terre. Maintenant, voulant faire une chose nouvelle, Dieu prend aussi un nom nouveau. L'Éternel, c'est celui qui ne change pas et qui est fidèle à son alliance. Pour nous, croyants du temps de la grâce, il porte un nom bien plus précieux encore, celui de Père, que Jésus est venu nous faire connaître (Jean 17:26 j 17.24-26).