Genèse 43:16-34

Genèse 43:16-34

16 Et Joseph vit Benjamin avec eux et il dit à celui qui était [établi] sur sa maison : Emmène ces hommes dans la maison et tue [une bête] et prépare[-la] ! Car ces hommes mangeront avec moi à midi.

17 Et l'homme fit comme Joseph avait dit et il1 amena les hommes dans la maison de Joseph.
1 littéralement : et l'homme.

18 Et les hommes eurent peur de ce qu'on les conduisait à la maison de Joseph et ils dirent : C'est à cause de l'argent qui a été remis dans nos sacs au commencement, que nous sommes emmenés, pour qu'on se jette sur nous, et pour qu'on tombe sur nous, et pour qu'on nous prenne comme esclaves avec nos ânes.

19 Et ils s'approchèrent de l'homme qui était [établi] sur la maison de Joseph, et ils lui parlèrent à l'entrée de la maison,

20 et dirent : Ah, mon seigneur ! Nous sommes descendus au commencement pour acheter des vivres.

21 Et il s'est trouvé, lorsque nous sommes arrivés au caravansérail, que nous avons ouvert nos sacs, et voici, l'argent de chacun était à l'ouverture de son sac, notre argent selon son poids. Et nous l'avons rapporté dans nos mains.

22 Et nous avons apporté d'autre argent dans nos mains pour acheter des vivres. Nous ne savons pas qui a mis notre argent dans nos sacs.

23 Et l'homme1 dit : Soyez en paix, ne craignez pas ! C'est votre Dieu et le Dieu de votre père qui vous a donné un trésor dans vos sacs. Votre argent m'est parvenu. Et il fit sortir Siméon vers eux.
1 littéralement : il.

24 Et l'homme introduisit ces hommes dans la maison de Joseph, et leur donna de l'eau, et ils lavèrent leurs pieds. Et il donna du fourrage à leurs ânes.

25 Et ils préparèrent le cadeau pour l'arrivée de Joseph à midi, car ils avaient appris qu'ils mangeraient là le pain.

26 Et Joseph arriva à la maison, et ils lui apportèrent, dans la maison, le cadeau qui était dans leurs mains, et ils se prosternèrent contre terre devant lui.

27 Et il leur demanda s'ils allaient bien et dit : Votre père [qui est] âgé, dont vous m'avez parlé, va-t-il bien ? Vit-il encore ?

28 Et ils dirent : Ton serviteur notre père va bien, il vit encore. Et ils s'inclinèrent et se prosternèrent.

29 Et il leva les yeux et vit Benjamin, son frère, fils de sa mère, et il dit : Est-ce là votre plus jeune frère dont vous m'avez parlé ? Et il dit : [Que] Dieu te fasse grâce, mon fils !

30 Et Joseph se hâta, car ses entrailles s'étaient émues1 envers son frère, et il cherchait [un endroit pour] pleurer. Et il entra dans la chambre et là il pleura.
1 c.-à-d. : il était profondément ému.

31 Puis il se lava le visage, et sortit, et maîtrisa son émotion, et dit : Servez le pain !

32 Et on le servit, lui à part, et eux à part, et les Égyptiens qui mangeaient avec lui, à part. Car les Égyptiens ne pouvaient pas manger le pain avec les Hébreux, parce que c'est une abomination pour les Égyptiens.

33 Et ils s'assirent devant lui, le premier-né selon son droit d'aînesse et le plus jeune selon sa jeunesse. Et les hommes se regardaient les uns les autres avec stupeur.

34 Et il leur fit porter des portions de ce qui était devant lui et la portion de Benjamin était cinq fois plus grande que les portions d'eux tous. Et ils burent avec lui, jusqu'à l'ivresse.

Les frères de Joseph ont de la peine à mettre de côté leurs propres ressources! Il faut cependant qu'ils acceptent le fait que leur dette a été payée. Nous pouvons être sûrs que les comptes de celui qui était établi sur la maison de Joseph étaient en ordre puisqu'il leur affirme: «votre argent m'est parvenu» (v. 23). Le grand Joseph avait personnellement payé pour ses frères. Notre dette aussi a été payée par Celui qui seul en connaît l'importance. Toutefois, tant que le mal n'est pas jugé et confessé, la joie de la communion ne peut être goûtée. Le repas pris ensemble est l'image de cette communion qui implique une parfaite entente, un partage, une conversation commune entre tous les participants. N'en est-il pas ainsi à la Table du Seigneur où les croyants, tous ensemble, pensent à ses souffrances? Mais ici, à cause du péché qui élève une barrière entre eux, Joseph mange à part et ses frères à part (v. 32).

En lisant ces chapitres, nous remarquons combien de fois Joseph pleure (ch. 42 v. 24 gn 42.21-24; ch. 43 v. 30 gn 43.29-31; ch. 45 v. 2, 14 gn 45.1-15; ch. 46 v. 29 gn 46.28-30; ch. 50 v. 1, 17 fin gn 49.33-50.21). Chose admirable, ce n'est ni dans la fosse ni dans la prison qu'il pleure! Non, ce sont toujours les larmes de l'amour. Elles nous font penser à celles du Seigneur Jésus (Jean 11:35 j 11.32-36; Luc 19:41 lc 19.41-44).