Genèse 42:25-38

Genèse 42:25-38

Retour des fils de Jacob en Canaan

25 Et Joseph commanda de remplir de blé leurs sacs1 et de leur remettre leur argent, à chacun dans son sac, et de leur donner des provisions pour le chemin. Et on leur fit ainsi.
1 ou : ustensiles, récipients ; ailleurs : effets ; ici et en 43:11.

26 Et ils chargèrent leur blé sur leurs ânes et s'en allèrent de là.

27 Et dans le caravansérail, l'un [d'eux] ouvrit son sac pour donner du fourrage à son âne, et il vit son argent ; et voici, il était à l'ouverture de son sac.

28 Et il dit à ses frères : Mon argent m'a été rendu, et même, le voici dans mon sac ! Et le cœur leur manqua et ils tremblèrent de peur, en se disant l'un à l'autre : Qu'est-ce que Dieu nous a fait ?

Jacob ne veut pas envoyer Benjamin en Égypte

29 Et ils arrivèrent au pays de Canaan, vers Jacob, leur père, et ils lui racontèrent tout ce qui leur était arrivé, en disant :

30 L'homme, le seigneur du pays, nous a parlé durement et nous a traités comme des espions du pays.

31 Et nous lui avons dit : Nous sommes d'honnêtes gens, nous ne sommes pas des espions.

32 Nous étions douze frères, fils de notre père ; l'un [de nous] n'est plus et le plus jeune est aujourd'hui avec notre père au pays de Canaan.

33 Et l'homme, le seigneur du pays, nous a dit : À ceci je saurai que vous êtes d'honnêtes gens : Laissez auprès de moi l'un de vos frères, et prenez [du blé] pour la faim de vos maisons, et allez-vous-en.

34 Et amenez-moi votre plus jeune frère et je saurai que vous n'êtes pas des espions, mais que vous êtes d'honnêtes gens. Je vous donnerai votre frère et vous pourrez faire du commerce dans le pays1.
1 littéralement : vous parcourrez le pays.

35 Et il arriva, comme ils vidaient leurs sacs, que voici, chacun avait son paquet d'argent dans son sac. Et ils virent, eux et leur père, leurs paquets d'argent, et ils eurent peur.

36 Et Jacob, leur père, leur dit : Vous m'avez privé d'enfants : Joseph n'est plus, et Siméon n'est plus, et vous voulez prendre Benjamin ! Toutes ces choses sont contre moi.

37 Et Ruben parla à son père, en disant : Tu feras mourir mes deux fils si je ne te le ramène pas. Remets-le entre mes mains et moi, je te le ramènerai.

38 Mais il dit : Mon fils ne descendra pas avec vous, car son frère est mort et lui seul est resté. Si quelque accident lui arrivait sur le chemin où vous allez, vous feriez descendre mes cheveux blancs avec douleur au shéol1.
1 expression très vague pour désigner le séjour des âmes séparées du corps.

L'intention de Joseph en parlant durement à ses frères n'est pas la vengeance, nous le comprenons bien. Mais il connaît par expérience la méchanceté de leur cœur et son but est de les amener à une vraie repentance. Il va employer successivement pour cela la sévérité et la bienveillance, les alarmes et les encouragements, les accusations et les festins. Tout est dirigé avec la plus grande sagesse et nous montre par comparaison comment le Seigneur agit quand il veut réveiller notre conscience et notre cœur. Il est quelquefois nécessaire qu'il nous parle «durement».

Les accusations formulées contre les frères de Joseph sont injustes. Ils ne sont pas des espions. Mais ils sentent que Dieu leur parle et se souviennent de leur péché commun, de leur propre injustice à l'égard de leur frère.

Il nous arrive de subir des injustices. Au lieu de nous irriter ou de chercher à nous justifier, demandons-nous plutôt ce que Dieu veut nous apprendre par ce pénible moyen.

Pour Jacob aussi, tout est dirigé pour son bien, quoiqu'il dise au v. 36: «Toutes ces choses sont contre moi». Il devra apprendre que si Dieu est pour lui, rien ne peut être contre lui et que toutes choses travaillent ensemble pour le bien de ceux qui aiment Dieu (Rom. 8:28, 31 rm 8.26-37). C'est en effet de cette manière que Dieu va lui rendre Joseph.