Genèse 41:37-52

Genèse 41:37-52

Joseph devient gouverneur de l'Égypte

37 Et la chose fut bonne aux yeux du Pharaon et aux yeux de tous ses serviteurs.

38 Et le Pharaon dit à ses serviteurs : Trouverons-nous un homme semblable à celui-ci, en qui est l'esprit de Dieu ?

39 Et le Pharaon dit à Joseph : Puisque Dieu t'a fait connaître tout cela, personne n'est intelligent et sage comme toi.

40 Toi, tu seras [établi] sur ma maison, et tout mon peuple obéira à tes ordres1. Seulement quant au trône, je serai plus grand que toi.
1 littéralement : tout mon peuple embrassera sur ta bouche.

41 Et le Pharaon dit à Joseph : Vois, je t'ai établi sur tout le pays d'Égypte.

42 Et le Pharaon ôta l'anneau1 de sa main et le mit à la main de Joseph, et il le revêtit de vêtements de fin lin et mit un collier d'or à son cou.
1 anneau, ici : bague à cachet.

43 Et il le fit monter sur son deuxième char et on criait devant lui : Abrec1 ! Et il l'établit sur tout le pays d'Égypte.
1 mot égyptien signifiant : qu'on s'agenouille.

44 Et le Pharaon dit à Joseph : Moi, je suis le Pharaon. Mais sans toi, personne ne lèvera la main ni le pied dans tout le pays d'Égypte.

45 Et le Pharaon appela Joseph du nom de Tsaphnath-Pahnéakh1 ; et il lui donna pour femme Asnath, fille de Poti-Phéra, sacrificateur d'On2. Et Joseph parcourut le pays d'Égypte.
1 Tsaphnath-Pahnéakh signifie, d'après l'hébreu : révélateur de secrets ; d'après l'égyptien : sauveur du monde ; ou : soutien de la vie. 2 On est le nom égyptien de la ville d'Héliopolis, proche du Caire.

46 Et Joseph était âgé de 30 ans lorsqu'il se tint devant le Pharaon, roi d'Égypte. Et Joseph sortit de devant le Pharaon et parcourut tout le pays d'Égypte.

Les sept années d'abondance

47 Et la terre produisit considérablement1 pendant les sept années d'abondance.
1 littéralement : à pleines mains.

48 Et Joseph1 rassembla tous les vivres des sept années, qui se trouvaient dans le pays d'Égypte, et il mit les vivres dans les villes. Il mit dans chaque ville les vivres [provenant] des champs qui étaient autour d'elle.
1 littéralement : il.

49 Et Joseph amassa du blé comme le sable de la mer, une immense quantité, jusqu'à ce qu'on cesse de compter parce que ce n'était plus mesurable1.
1 littéralement : il n'y avait aucun nombre.

Naissance des deux fils de Joseph

50 Et avant que vienne l'année de la famine, il naquit à Joseph deux fils, que lui donna Asnath, fille de Poti-Phéra, sacrificateur d'On.

51 Et Joseph appela le premier-né du nom de Manassé1, car [dit-il], Dieu m'a fait oublier toute ma peine et toute la maison de mon père.
1 Manassé : oubli.

52 Et il appela le second du nom d'Éphraïm1, car [dit-il], Dieu m'a rendu fécond dans le pays de mon affliction.
1 Éphraïm : double fertilité.

Une grande page de l'histoire de Joseph est maintenant tournée. Après les souffrances viennent les gloires (comp. Luc 24:26 lc 24.25-27). L'affligé jeté dans la fosse, l'esclave dans un pays étranger, le prisonnier dans la tour, devient le seigneur du pays (ch. 42 v. 30 gn 42.29-31), le sauveur du monde, celui devant lequel tous les genoux se plient (voir notes). Chacun de ces titres nous parle de Celui qui, jadis humilié et méprisé, sera bientôt par tous à jamais honoré. Jésus, le Nazaréen, a été haut élevé par Dieu, couronné de gloire et d'honneur (Héb. 2:7 hb 2.5-9). Et, complément de toutes ces gloires, ce qui seul peut satisfaire ses affections: une épouse est donnée à Joseph, image de l'Église, prise du milieu des nations (Éph. 1:20-23 ep 1.15-23). Les noms de ses fils peuvent suggérer le pénible travail de l'âme du Sauveur, oublié désormais (Manassé, v. 51) pour goûter une abondance de fruit (Éphraïm, v. 52; comp. És. 53:11 es 53.10-12).

Le Ps. 105 v. 16 à 21 ps 105.16-22, déjà cité, résume cette magnifique histoire. Avant d'envoyer sur la terre la famine qu'il avait déjà décrétée, Dieu a préparé par ses afflictions Joseph, type de Christ, au rôle de sauveur et de soutien de la vie pour le monde et pour la famille d'Israël (Éphraïm = double fertilité). Aussi pouvons-nous bien nous écrier avec admiration: «Trouverons-nous un homme semblable à celui-ci?» (v. 38).