Genèse 40:9-23

Genèse 40:9-23

9 Et le chef des échansons raconta son rêve à Joseph et lui dit : Dans mon rêve, voici, un cep de vigne était devant moi,

10 et sur ce cep, [il y avait] trois sarments. Et il était comme bourgeonnant : sa fleur monta et ses grappes produisirent des raisins mûrs.

11 Et la coupe du Pharaon était dans ma main, et j'ai pris les raisins et les ai pressés dans la coupe du Pharaon, et j'ai mis la coupe dans la main du Pharaon.

12 Et Joseph lui dit : Voici son interprétation : Les trois sarments, ce sont trois jours.

13 Encore trois jours et le Pharaon élèvera ta tête et te rétablira dans ton poste, et tu mettras la coupe du Pharaon dans sa main, comme c'était le cas précédemment quand tu étais son échanson.

14 Mais souviens-toi de moi quand tu seras bien traité, et use, je te prie, de bonté envers moi, et fais mention de moi au Pharaon, et fais-moi sortir de cette maison.

15 Car j'ai été volé du pays des Hébreux et même ici je n'ai rien fait pour qu'on me mette au cachot1.
1 littéralement : dans la fosse.

16 Et le chef des panetiers vit qu'il interprétait favorablement [les rêves] et il dit à Joseph : [J'ai vu], moi aussi, dans mon rêve, et voici, trois corbeilles de pain blanc étaient sur ma tête.

17 Et dans la corbeille la plus élevée, il y avait toutes sortes de produits pour le Pharaon, d'ouvrage de boulanger. Et les oiseaux les mangeaient hors de la corbeille [qui était] au-dessus de ma tête.

18 Et Joseph répondit et dit : Voici son interprétation : Les trois corbeilles, ce sont trois jours.

19 Encore trois jours et le Pharaon élèvera ta tête de dessus toi, et te pendra à un arbre, et les oiseaux mangeront ta chair de dessus toi.

20 Et il arriva, le troisième jour, jour [anniversaire] de la naissance du Pharaon, qu'il fit un festin à tous ses serviteurs. Et il éleva la tête du chef des échansons et la tête du chef des panetiers au milieu de ses serviteurs.

21 Il rétablit le chef des échansons dans sa fonction d'échanson et celui-ci mit la coupe dans la main du Pharaon.

22 Et il pendit le chef des panetiers, conformément à ce que Joseph leur avait expliqué.

23 Mais le chef des échansons ne se souvint pas de Joseph et l'oublia.

Dans ces deux serviteurs du roi d'Égypte, l'échanson et le panetier, nous avons un échantillon de l'humanité tout entière. «Il n'y a pas de différence, car tous ont péché...», déclare l'Écriture (Rom. 3:23 rm 3.19-26). Tous ont péché contre Dieu, tous ont mérité sa colère, son châtiment. Mais c'est ensuite que se montrera la différence. Les uns reçoivent par la foi la bonne nouvelle du salut par grâce. Et devant les autres est placée la perspective de l'effrayante seconde mort. Il n'existe pas dans le monde d'autre alternative que ces deux là: sauvé ou perdu. À laquelle appartenez-vous?

A la différence du panetier qui ne pouvait plus échapper au jugement du roi, il est encore possible aujourd'hui, en recevant l'Évangile de la grâce, de passer de la condition de pécheur perdu à celle de racheté de Christ.

Les deux brigands de la croix illustrent mieux encore ces deux classes qui partagent l'humanité. L'un reste insensible et meurt dans ses péchés: l'autre, en réponse à sa prière: «Seigneur, souviens-toi de moi...», obtient cette réponse merveilleuse: «aujourd'hui tu seras avec moi dans le Paradis» (Luc 23:43 lc 23.39-43). De même qu'ici Joseph est le messager de la grâce souveraine, c'est Jésus qui le premier a annoncé le salut et la bonne nouvelle de la paix (Eph. 2:17 ep 2.14-18).