Genèse 26:1-16

Genèse 26:1-16

Isaac chez les Philistins à Guérar

26 Et il y eut une famine dans le pays, distincte de la première famine qui avait eu lieu aux jours d'Abraham. Et Isaac s'en alla vers Abimélec, roi des Philistins, à Guérar.

2 Et l'Éternel lui apparut et dit : Ne descends pas en Égypte ; habite dans le pays que je te dirai.

3 Séjourne dans ce pays-ci, et je serai avec toi, et je te bénirai. Car je donnerai toutes ces terres à toi et à ta descendance, et j'accomplirai le serment que j'ai juré à ton père Abraham.

4 Et je multiplierai ta descendance comme les étoiles des cieux, et je donnerai toutes ces terres à ta descendance, et toutes les nations de la terre se béniront1 par ta descendance.
1 ou : seront bénies.

5 [C'est] parce qu'Abraham a écouté ma voix et a gardé mes ordonnances, mes commandements, mes statuts et mes lois.

6 Et Isaac habita à Guérar.

7 Et les hommes du lieu posèrent des questions au sujet de sa femme et il dit : Elle est ma sœur. Car il craignait de dire : Ma femme — de peur, [disait-il en lui-même], que les hommes du lieu ne me tuent à cause de Rebecca, car elle est belle de visage1.
1 littéralement : d'apparence.

8 Et il arriva, comme son séjour dans ce [lieu] se prolongeait, qu'Abimélec, roi des Philistins, regarda par la fenêtre. Et il vit et voici, Isaac s'amusait avec Rebecca sa femme.

9 Et Abimélec appela Isaac et dit : Voici, assurément elle est ta femme ; et comment as-tu dit : Elle est ma sœur ? Et Isaac lui dit : Parce que je disais : De peur que je ne meure à cause d'elle.

10 Et Abimélec dit : Qu'est-ce que tu nous as fait ? Car peu s'en est fallu que quelqu'un du peuple n'ait couché avec ta femme, et tu nous aurais rendus coupables1.
1 littéralement : tu aurais fait venir une culpabilité sur nous.

11 Et Abimélec donna cet ordre à tout le peuple, en disant : Celui qui touchera cet homme ou sa femme sera certainement mis à mort.

12 Et Isaac sema dans ce pays et il recueillit le centuple cette année-là, et l'Éternel le bénit.

13 Et l'homme s'agrandissait et il allait s'agrandissant de plus en plus, jusqu'à ce qu'il devienne très riche1.
1 littéralement : grand.

14 Et il eut des troupeaux de petit bétail, et des troupeaux de gros bétail, et beaucoup de serviteurs. Et les Philistins furent jaloux de lui.

15 Et tous les puits que les serviteurs de son père avaient creusés aux jours de son père Abraham, les Philistins les bouchèrent et les remplirent de terre1.
1 ou : sable ; littéralement : poussière.

16 Et Abimélec dit à Isaac : Va-t'en d'auprès de nous, car tu es beaucoup plus puissant que nous.

Isaac n'a pas tiré profit des tristes expériences de son père dans les ch. 12 gn 12.10-20 et 20 gn 20.1-7. Mis à l'épreuve par la famine, lui aussi séjourne à Guérar et, par crainte, y renie sa femme en trompant Abimélec. Les fréquentations mondaines nous exposent aux mêmes conséquences: manque de courage pour confesser notre relation avec Christ, peur de l'opprobre, faux témoignage devant le monde. Mais, sitôt après, nous lisons une belle page de l'histoire du patriarche. Pour se mettre lui et les siens à l'abri de la famine, il sème et récolte, Dieu bénissant son travail. Sa prospérité éveille la jalousie des Philistins (v. 14). Comme au temps d'Abraham, ces derniers cherchent à priver l'homme de Dieu de l'eau nécessaire à la vie (ch. 21 v. 25 gn 21.22-34). Elle est fournie par les anciens puits, image de la Parole et des sources de rafraîchissement spirituel dont les générations qui nous précèdent ont joui avant nous, où nous avons à puiser pour nous-mêmes. Et ces Philistins malveillants qui bouchent les puits avec de la terre nous font penser à l'Ennemi de nos âmes. Il s'efforce, de remplir notre vie des choses de la terre et de créer toujours de nouveaux besoins dans nos cœurs pour nous priver de la Parole vivante indispensable à notre prospérité spirituelle.