Néhémie

Faisant suite au livre d'Esdras, celui de Néhémie parle du troisième retour à Jérusalem, en 445 av. J.-C. Esdras fait ressortir la restauration religieuse du résidu, quand il traite du redressement de l'autel, de la construction du temple, et de la loi de l'Éternel, c'est-à-dire de la Parole de Dieu.

La tâche de Néhémie consistait à rebâtir les murailles et les portes de la ville de Jérusalem. La ville est une image de la vie communautaire du peuple de Dieu. De même, la vie quotidienne des croyants doit toujours être dirigée par la parole et la volonté de Dieu. Des ennemis venus de l'extérieur et des opposants à l'intérieur se dressent contre le fidèle serviteur, Néhémie. Mais celui-ci ne se laisse pas détourner de son but: établir de nouveau clairement la séparation entre ce qui est saint et ce qui est profane (en figure: les murailles; comp. Ezéch. 42:20), et définir les principes concernant l'entrée et la sortie, c'est-à-dire la marche (en figure: les portes: comp. Jean 10:9). La muraille de Jérusalem gardait, protégeait et séparait les habitants de la ville contre toutes attaques et influences de l'extérieur. - La plupart des exhortations pratiques qui terminent les épîtres du Nouveau Testament revêtent la même signification.

(Extrait de «Vue d'ensemble de l'Ancien Testament» de A. Remmers)